?>

Publications




04/04/2019 - 04/04/2019  

Jean-Philippe Deltour, "L’influence française au cœur de l’Union européenne : Analyse du processus révisionnel de la directive ‘Services de Médias Audiovisuels’", CEFIR Working Paper N° 7, Avril 2019, pp.1-34.


New publication: Jean-Philippe Deltour, "L’influence française au cœur de l’Union européenne : Analyse du processus révisionnel de la directive ‘Services de Médias Audiovisuels’", CEFIR Working Paper N° 7, Avril 2019, pp.1-34.

 

Abstract:

Depuis une dizaine d’années, la France s’inquiète de la perte de son influence au sein de l’Union européenne (UE). Deux rapports rendus à l’Assemblée nationale en 2004 et en 2016 respectivement alertaient les autorités françaises sur le déclin de l’influence de la France dans le processus décisionnel européen. Nous notons deux raisons censées expliquer ce déclin.

Primo, les élargissements successifs de l’UE ont redistribué les cartes entre les anciens et les nouveaux États. Ainsi, il est naturel que la France pèse moins dans un ensemble élargi que dans un ensemble étroit. À la suite de ces élargissements, l’organisation a dû être repensée. Au Parlement européen d’abord, l’Allemagne s’est vue octroyer un nombre important de sièges supplémentaires par rapport à la France. Ensuite, au niveau de la Commission européenne, alors que la France désirait un nombre réduit de commissaires par rapport au nombre d’États, c’est la règle d’un commissaire par État qui l’a emporté. Cela engendre pour la France, d’une part, la perte d’un commissaire et d’autre part, une Commission où la position des petits États est renforcée. D’ailleurs, l’extension du vote à la majorité qualifiée engendre de facto la perte d’un droit de veto pour la France.

Secundo, l’absence de la France auprès des lobbies et des groupes d’experts est censée mener la France à perdre la bataille des idées au sein de l’UE. Cela s’expliquerait par la perception péjorative que les autorités françaises ont du lobbying. Cela contraste avec la réalité allemande où le lobbying est perçu comme une « représentation des intérêts » naturelle et démocratique. Il permettrait d’associer les destinataires d’une politique à la formulation de l’action publique.

Or, ces groupes d’experts jouent un rôle fondamental en amont des initiatives de la Commission. La composition de ces groupes est donc un enjeu important.

De fait, pour un État, il ne suffit plus aujourd’hui d’avoir une délégation au Conseil. Il importe, comme l’Allemagne le fait, de mobiliser l’ensemble des acteurs concourant afin d’être présent à tous les niveaux de la décision de son élaboration à sa communication. Combinés à la situation économique française, ces développements incitent à penser que la France a perdu son leadership au sein de l’UE.

This seventh issue of CEFIR Working Paper 2019 is available as an attachment.

Ce septième numéro de CEFIR Working Paper 2019 est disponible en pièce jointe.

 

About the author

Jean-Philippe Deltour est politologue. Il est titulaire d’un Master en sciences politiques et administration publique de l’Université de Liège.


10/12/2018 - 10/12/2018  

Gabrielle W. Cusson, « EU-Brazil in Global Governance: the case of biofuels », CEFIR Working Paper, N° 6, December 2018, pp. 1-16.


New publication: Gabrielle W. Cusson, « EU-Brazil in Global Governance: the case of biofuels », CEFIR Working Paper, N° 6, December 2018, pp. 1-16.

 

Abstract:

In the broad framework of the international talks between the European Union (EU) and Mercosur regarding a potential trade deal, many sensitive issues have come up as obstacles to negotiation, such as agriculture and biofuels. As the main agriculture powerhouse in Mercosur, Brazil has made clear that the trade deal would pass only if the EU would accept more generous import quotas for several commodities, including bioethanol, which is derived mainly from the culture of sugarcane and corn-crops. It is used in a wide-range of products such as biochemicals, bioplastics, pharmaceuticals, cosmetics, industrial products (solvents, paint) and, increasingly, as a biofuel for transport. Bioethanol, as an alternative and renewable energy, has the potential to meet some of the world’s energy needs, but its adverse social and environmental effects are considerable. Therefore, there is a need for better governance related to biofuel production, use, trade and cooperation.

However, Brazil-EU collaboration on biofuels has a deeper history on both bilateral and trilateral levels to promote biofuel production in underdeveloped countries. In this framework, environmental and social issues related to this specific agricultural production did not seem to engender the same kinds of debates. In a context where the EU-Brazil relationship on energy security and sustainable development is part of a political project aimed at consolidating their respective status as powers, it is relevant to reflect on the following question: How does this struggle affect the EU and Brazil’s power-seeking strategies?

The purpose of this paper is therefore to investigate, in a critical perspective based on an alternative conception of power, how biofuel can be mobilized as a foreign policy tool in an important emerging area of global environmental governance, through the notion of norms ideas and material capacities diffusion. The analysis will cover a period of 11 years, going back to EU –Brazil’s first strategic partnership (SP) on renewable energy in 2007 to the more recent trade negotiations in 2018.  This article will focus on the EU-Brazil bioethanol relationship on interregional (EU-Mercosur) and the trilateral levels (EU, Brazil and Mozambique) and demonstrate how they can mobilize biofuel as a foreign policy tool. From a critical perspective, we will analyze the differences between the official discourse and the realities on the ground.

This sixth issue of CEFIR Working Paper 2018 is available as an attachment.

Ce sixième numéro de CEFIR Working Paper 2018 est disponible en pièce jointe.

 

About the author

Gabrielle W. Cusson is a PhD Candidate at the Liège University (ULiège) and a researcher related to the Center for International Relations Studies (CEFIR). She specializes on emerging powers’ South South cooperation strategy in the field of agriculture.

 


02/03/2018  

Vsevolod Samokhvalov and Teodor Kalpakchiev, « Spatial Geo-Economic Strategies of Russia and China in Conflict Zones: Ukraine and Myanmar Compared », CEFIR Working Paper, N° 5, March 2018, pp. 1-30.


New publication: Vsevolod Samokhvalov and Teodor Kalpakchiev, « Spatial Geo-Economic Strategies of Russia and China in Conflict Zones: Ukraine and Myanmar Compared », CEFIR Working Paper, N° 5, March 2018, pp. 1-30.

 

Abstract: 

 

Throughout 2014-2017, the dominance of the global West was challenged by a series of crises in the United States of America (US), Europe and their periphery. This trend has allowed two Eurasian powers – China and Russia to further claim regional leadership and to further deepen economic and security cooperation in their respective peripheries. In contrast with the evident global power projection of the US and the European Union’s (EU) soft power of attraction, Russia and China have preferred inconspicuous methods of assertion. This working paper will investigate critically the interaction between regional integration strategies undertaken by the Euro-Atlantic community, on the one hand, as well as the response of Russia and China, on the other hand. By comparing the examples of Ukraine and Myanmar, the paper will investigate the systemic permeation and regional-shaping projects financed by Russia and China in their respective peripheries.


This fifth issue of CEFIR Working Paper 2018 is available as an attachment.

 

Ce cinquième numéro de CEFIR Working Paper 2018 est disponible en pièce jointe.

 

About the authors

 

Vsevolod Samokhvalov is Marie-Curie Fellow and Lecturer at the University of Liege. Vsevolod gained his PhD in International Relations from the University of Cambridge. He published extensively on regional developments in the Russian-European neighbourhood and Central Asia. His most recent book is ‘Russian-European Relations in the Balkans and the Black Sea Region: Great Power Identity and the Idea of Europe’. https://myulg.academia.edu/VsevolodSamokhvalov

 

Teodor Kalpakchiev is a graduate of the Jean Monnet Centre of Excellence for the Study of SEE at the Sofia University, the Willy Brandt School of Public Policy at the University of Erfurt and the College of Europe in Natolin. He has had exchanges at the University of Novosibirsk Russia and the University of Punjab, Pakistan and taught a semester in the MBA program of the European Education Centre Business School in Yangon, Myanmar. In April 2018 he begins his PhD in Governance Institutions for Sustainability at the Leuphana University of Lüneburg within the Horizon 2020 ITN Couple.

 


14/02/2018  

Martine Colette Mvengou Cruzmerino, « Le phénomène interrégional dans le Global South: quel cadre conceptuel pour une réalité empirique plurielle ? Le cas du dialogue afro-sud-américain », CEFIR Working Paper, N° 4, février, 2018, pp. 1-16.


Nouvelle publication: Martine Colette Mvengou Cruzmerino, « Le phénomène interrégional dans le Global South: quel cadre conceptuel pour une réalité empirique plurielle ? Le cas du dialogue afro-sud-américain », CEFIR Working Paper, N° 4, février, 2018, pp. 1-16.

 

Abstract :

La mise en place de dynamiques interrégionales dans le Global South a participé à la mutation de la physionomie de la scène internationale dès le début du XXIe siècle, offrant ainsi aux régions du Sud de nouveaux espaces de socialisation et de dialogue.

Par ailleurs, ces interactions interrégionales Sud-Sud renvoient à une réalité empirique plurielle dont l’étude reste marginalisée au sein de la littérature sur l’interregionalisme.

Dès lors, la présente contribution s’interroge sur l’usage et la pratique qui est fait de l’espace inter régional dans le Global South et questionne la mise en place d’un cadre conceptuel capable de mettre en lumière les différents enjeux et logiques qui structurent lesdits processus ineterregionaux.

En soulignant le paradoxe épistémologique qui caractérise l’analyse des processus interrégionaux au Sud, à savoir le fait de rassembler des réalités plurielles et à la fois de manquer de cadre d’analyse susceptible d’aborder les enjeux de cet usage spécifique, cette contribution se penche sur le cas des relations interrégionales afro-sud-américaines.

Ainsi, à partir de cette étude de cas, il est présenté une approche éclectique qui vise à intégrer le concept de Coopération Sud-Sud dans l’étude desdits processus notamment à travers la notion d’interrégionalisme Sud-Sud.

 

Mots clés : interrégionalisme Sud-Sud ; coopération Sud-Sud ; Amérique du Sud ; Afrique.

Ce quatrième numéro de CEFIR Working Paper 2018 est disponible en pièce jointe.


A propos de l'auteur :

Martine Colette Mvengou Cruzmerino est doctorante au Center for International Relations Studies (CEFIR) de la Faculté de Droit, de Science politique et de Criminologie de l’Université de Liège (ULiège). 


13/11/2017  

Vincent Bricart, « Le Congrès américain et les pouvoirs de guerre : de la théorie à la pratique », CEFIR Working Paper, N° 3, Novembre 2017, pp. 1-19.


Nouvelle publicationVincent Bricart, « Le Congrès américain et les pouvoirs de guerre : de la théorie à la pratique », CEFIR Working Paper, N° 3, Novembre  2017, pp. 1-19.


Abstract :

Le jeudi 6 avril 2017, le président américain Donald Trump a ordonné le lancement d’une série de bombardements contre un certain nombre de bases militaires du régime du président Bachar Al-Assad en Syrie. Cette décision est intervenue en répression de l’usage par les forces armées du dirigeant syrien d’armes chimiques contre des populations civiles. Cette intervention unilatérale fut décidée et mise en place par le gouvernement sans que le Congrès américain soit informé ou consulté au préalable. Bien que cette opération ait reçu un soutien public majoritaire de la part des membres du Congrès, certaines voix se sont élevées pour affirmer que cet acte allait à l’encontre de la Constitution du pays, le président n’ayant pas eu l’autorisation du Congrès pour mener ces bombardements.

L’opposition aux États-Unis entre le Congrès et le président sur l’emploi de la force militaire n’est pas nouvelle. Elle fait partie des débats publics récurrents au sein de la société américaine depuis le début de la guerre froide. Cependant le Congrès a-t-il vraiment la légitimité de contester l’autorité du président dans ce domaine ? Le président étant le chef des armées aux États-Unis, est-il légal pour le Congrès américain de s’opposer à lui ? Et surtout, dispose-t-il réellement de moyens lui permettant de limiter l’usage que fait le chef de l’État de ses prérogatives militaires à l’étranger ?

Afin de répondre à ces interrogations, la présente analyse va s’attacher à identifier de manière théorique et pratique l’usage de la force militaire dans la politique étrangère des États-Unis d’Amérique et tentera de déterminer si les élus du Congrès américain ont la capacité de contrôler l’usage par le chef de l’État de la force armée hors des frontières du pays.

À cette fin, cette étude entendra dans un premier temps dresser le portrait de la répartition complexe des compétences de guerre aux États-Unis. Par la suite, nous tenterons de déterminer l’influence de l’opinion publique sur les élus du Congrès dans ce domaine. Enfin, nous analyserons les différents moyens par lesquels le Congrès entend influencer le déroulement des opérations militaires à l’étranger. Nous chercherons par ailleurs à déterminer l’efficacité ou non de ces derniers à travers trois évènements spécifiques durant lesquels l’usage de la force militaire des États-Unis a été appliqué au cours des vingt dernières années. Ces trois périodes étant la guerre en Irak sous George Bush Junior, l’intervention américaine en Libye de 2011 et les débats ayant eu lieu aux États-Unis en 2013 sur la possibilité d’une intervention en Syrie.

Ce trosième numéro de CEFIR Working Paper 2017 est disponible en pièce jointe.


A propos de l'auteur :

Vincent Bricart est politologue. Il est titulaire d’un master en Science Politique/Relations internationales à l’ULiège. 


01/03/2017  

Cindy Regnier, « Russie – Venezuela : l’alliance stratégique à l’épreuve des faits », CEFIR Working Paper, N° 2, Mars 2017, pp. 1-15.


Nouvelle publication: Cindy Regnier, « Russie - Venezuela : l'alliance stratégique à l'épreuve des faits », CEFIR Working Paper, N° 2, Mars 2017, pp. 1-15.


Abstract :

Au début du XXIème siècle la Russie de Vladimir Poutine se rapproche du Venezuela de Hugo Chavez, ce rapprochement est souvent considéré par les observateurs comme une réponse aux agissements américains dans le voisinage de la Russie. Ainsi une alliance stratégique se mettrait en place dans le but de contrecarrer la prédominance américaine aux alentours de la Russie mais aussi et plus largement sur la scène internationale. Néanmoins et à l'écart de ces considérations, nous soutenons que ce rapprochement est sous-tendu par une volonté de satisfaire les intérêts du Kremlin et cela au détriment du Venezuela si nécessaire. Ainsi, ce ne serait pas une alliance idéologique pérenne comme cela a pu exister lors de la guerre froide qui se crée entre ces deux acteurs mais plutôt une coopération ad hoc en fonction des intérêts de Moscou. Pour soutenir cette proposition, nous revenons sur les différents aspects de leurs relations pour en montrer la fragilité. Ce sont donc les relations qu'entretiennent les deux acteurs avec les États-Unis qui seront abordées avant de se pencher sur le commerce d'armes, la coopération dans les domaines militaires et du pétrole et enfin leur coopération pour la création d'un monde multipolaire.C'est sous le ministre des Affaires étrangères Evgueni Primakov, lors de la présidence de Boris Eltsine, que la Russie, après une phase de rapprochement avec l'Occident, commence à renforcer ses liens avec les autres régions du monde. Au début des années 2000, certains observateurs voient se mettre en place une relation privilégiée entre la Russie de Poutine et le Venezuela de Chavez. Un parallèle est vite établi entre ce rapprochement et les tensions qui naissent entre les États-Unis et la Russie. L'intégration d'anciens pays satellites de l'Union des républiques socialistes soviétiques (URSS) dans l'Organisation du traité de l'Atlantique nord (OTAN) , la sortie unilatérale des États-Unis du traité sur les missiles antibalistiques (ABM) ainsi que la présence de la flotte américaine dans la mer noire amènent Dmitri Trenin, directeur du centre Carnegie à Moscou, à affirmer que le rapprochement russe avec le Venezuela aurait pour but d'envoyer à Washington le message : « Get off my back ». D'après le site Open Source Center, lié aux services de renseignement américain, « Moscow considers the formation of such a union [de la Russie avec le Venezuela, Cuba et le Nicaragua] a worthy response to U.S. activity in the former Soviet Union and the placement of missile defenses in Poland and the Czech Republic ».


Ce deuxième numéro de CEFIR Working Paper 2017 est disponible en pièce jointe.


A propos de l'auteur :

Cindy Regnier est doctorante au Center for International Relations Studies (CEFIR) du Département de Science politique de l'Université de Liège (ULg). Sa thèse de doctorat porte sur les pays (ré)émergents, les organisations régionales sécuritaires et l'influence des interprétations géopolitiques concurrentes. Ses domaines de recherches sont : les relations de l'OTAN avec la Russie, le poststructuralisme et l'influence de la géopolitique.


19/12/2016  

Jacques Ténier, « Intégration, désintégration : à la recherche du sens d’un rapprochement régional », CEFIR Working Paper, N° 1, décembre 2016, pp. 1-15.


Nouvelle publication : Jacques Ténier, « Intégration, désintégration : à la recherche du sens d'un rapprochement régional », CEFIR Working Paper, N° 1, décembre 2016, pp. 1-15.

 

Abstract:

En 2016, le peuple britannique a voté en faveur d'une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, inversant ainsi un cycle d'élargissements de cet espace organisé, de plus de quarante ans. A ce jour, nul ne sait les conditions dans lesquelles le retrait se fera, ni à quel point l'ancien Etat membre demeurera politiquement et économiquement intégré avec ses voisins. Après le refus en 2005 des peuples français et néerlandais d'approfondir l'intégration qui leur était proposée, la défection britannique semble amorcer un mouvement de désintégration de l'espace régional progressivement constitué. Encore faut-il s'entendre sur le sens des mots, intégration, désintégration, régional. Or, il apparaît qu'ils sont souvent employés pour décrire des réalités ou des ambitions différentes. Alors que les plaques politiques et économiques du monde se déplacent vigoureusement, un détour par l'histoire, par la géographie et par une anthropologie politique, est nécessaire pour approcher les enjeux de la régionalisation, non seulement en Europe mais aussi dans les autres espaces continentaux et maritimes.  

Ce premier numéro de CEFIR Working Paper 2016 est disponible en pièce jointe.


A propos de l'auteur :    

Jacques Ténier est enseignant associé à l'Université Rennes II et à l'Institut d'études politiques (IEP) de Rennes. Il a enseigné les intégrations et coopérations régionales en Amérique du Sud, en Afrique occidentale et australe ainsi qu'en Asie méridionale et orientale. Il est l'auteur de nombreuses publications sur la question du régionalisme international.

 

 

 

Page mise à jour le 16/07/2019