Media




07/11/2017  

Conférence: Olivier Dupont, "L'Indonésie 1945-2017", le mardi 7 novembre 2017 à 18h00 à Namur.


 

MARDI 7 NOVEMBRE 2017 – 18H00

En préparation à la visite des expositions « Europalia Indonésie » à Bruxelles, programmée le 18 novembre 2017, et dans une perspective d’éducation permanente, Monsieur Olivier Dupont, maître de conférences à l’ULG, professeur en relations internationales et en communication à la Haute École de la Province de Namur et chercheur en sciences politiques, retracera l’évolution qu’a connue l’Indonésie au cours des septante dernières années.

Autoproclamées indépendantes le 17 août 1945, soit deux jours après la capitulation nippone, les îles des Indes néerlandaises, qui s’étaient ralliées au Japon pour contrer l’administration hollandaise durant le conflit, entamèrent sous la direction du mouvement nationaliste mené par Ahmet Soekarno (1901-1970) et Mohammad Hatta (1902-1980) un cheminement qui les menèrent vers le tout nouvel État d’Indonésie, reconnu officiellement en décembre 1949.

En un peu moins d’un siècle, l’Indonésie est pratiquement passée d’un statut de territoire colonisé à celui d’un pays en développement pour atteindre aujourd’hui celui de puissance régionale. Cette évolution ne s’est pas faite sans heurt ; acteur majeur dans la définition du tiers-monde durant la période de la guerre froide, la nature du régime qui a caractérisé le pays, durant quelque trente années, a été celle d’un régime autoritaire extrêmement dur, marqué par la terreur, la corruption et des atteintes continuelles aux droits humains. Depuis la fin du XXe siècle, le pays a entamé un virage qui l’a conduit de la dictature à la démocratie, même si celle-ci demeure fragile à de multiples égards.

Il n’en resta pas moins que, malgré les nombreuses ambigüités qui caractérisent le pays sur les plans économique, culturel, démographique et sécuritaire, l’Indonésie occupe à présent une place centrale et incontournable en Asie du Sud-Est. Ce sont ces dimensions que cette conférence se propose de mettre en lumière.

Renseignements pratiques

Cette conférence-débat se déroulera au local F13 (2ème étage) à l’Institut Ilon Saint-Jacques, rue Saint-Joseph, 1 à Namur.

Entrée gratuite.

Invitation à toutes et à tous, que vous participiez ou non aux visites à Bruxelles.

Pour la bonne organisation de cette conférence, nous vous demandons de vous inscrire en téléphonant à notre permanence (081/22.95.54) jusqu’au 6 novembre inclus.

Navigation de l'article

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


03/11/2017

Call for papers: "Latin American challenges: the role of the European Union", Deadline for submission: Friday, November 3, 2017


Call for papers: 

Latin American challenges: the role of the European Union

 

A seminar and publications

 

Selected topics:

 

  • The Venezuela crisis: impact on CELAC’s plans
  • Consequences of the Lima Declaration
  • Suspension-delay of the EU-CELAC summit
  • The future of CELAC
  • A Latin-American breach: the deepening of differences between countries;
  • The Trade and Investment Partnership between the European Union and the United States (TTIP): impasse and Latin American opportunities
  • The current policy of the United States
  • The shape of relations between the EU and Latin America
  • Regional integration and economic cooperation in the Western Hemisphere: MERCOSUR, NAFTA, UNASUR, and others
  • Transition in the European Union and relations with Latin America
  • The role of influential member states (Spain, France, Germany, and others)
  • Latin American special cases: Colombia, Venezuela, Cuba –the role of the EU
  • Venezuela's gloomy scenarios: effects on the region's stability  
  • Relations with the US
  • Poverty and inequality
  • Crime and instability
  • Environmental challenges  
  • Emigration
  • Political internal confrontations

 

Organization: Jean Monnet Chair/European Union Center, University of Miami and co-sponsorship of the University of Miami’s Institute for Advanced Study of the Americas (http://www.as.miami.edu/mia/) and the Miami-Florida European Union Center (a partnership with Florida International University, and the Jean Monnet program of the European Union).

Place: TBA: Tentative, supplementary sites: Jean Monnet Chair, 1300 Camposano, Room 250, University of Miami; MIA; CIBER Center, School of Business Administration Aresty Graduate Business Building; Casa Barcadí

Date:   Friday, November 3, 2017

 

Requirements-details:

 

Languages of seminar and publications: English and Spanish

Paper: 2,000-4,000 words; abstract (100-150 words) by September 15. 2017; first summary, expanded draft by October 15; final copy, ready for publication: January 5, 2018.

Style-format: Policy paper, based on solid facts and evidence, with moderate documentation, centered on analysis and recommendations.

  

Publication in English and Spanish in a series of papers by the Jean Monnet Chair/EU Center, by February 1, 2018, on time for a possible celebration of the delayed summit. A selection of the papers may be published in a collective volume, with an on-line first edition, to be co-distributed by the Argentine Council of Foreign Relations (CARI) and other cooperative think-tanks.

 

Participants will form a team that will draft a document entitled “The State of European Union-Latin America/Caribbean Relations: the Coral Gables Declaration”. It will be world-wide circulated and sent directly to the leading institutions of the CELAC and the European Union.

 

 Presentations of volume: Subject to the celebration of the EU-CELAC summit, a series of presentations will take place in round tables to be organized in Miami, Mexico, Cuba, and in Barcelona during the Latin American Studies Association (LASA) annual conference to be held in May 28-30, 2018. For previous models of collective publications, see EU Center web,  (www.as.miami.edu/eucenter/), publications: books

 

Financial assistance available. For information, contact ASAP:

Joaquín Roy, Jean Monnet Chair, University of Miami, jroy@miami.edu

 1-305-284-3266; call: 1-305-5056045; WhatsApp: 1-3055056045; Skype: baltimore500

 

 


23/10/2017    

Call for Papers and Panels of the #EUIA18 Conference:"The European Union in International Affairs VI - Protecting and Projecting Europe (EUIA18), Brussels, Deadline for submission: 23 October 2017.


CALL FOR PAPERS and PANELS

Deadline for submission23 October 2017

The European Union in International Affairs VI
Protecting and Projecting Europe (#EUIA18)
Brussels, 16-18 May 2018


The Institute for European Studies at the Vrije Universiteit Brussel (IES-VUB), the Institut d’Études Européennes at the Université Libre de Bruxelles (IEE-ULB), the United Nations University Institute on Comparative Regional Integration Studies (UNU-CRIS), and Egmont – the Royal Institute for International Relations invite paper abstracts and panel proposals for the sixth European Union in International Affairs (EUIA) conference. It will focus on the theme ‘Protecting and Projecting Europe’.

The EU has entered a critical phase of its history. A range of internal and external challenges confront the Union in ways and to an extent inconceivable in the past. The resilience of democratic norms in the face of populist movements and economic uncertainty, migration, terrorism and radicalisation and the decision of the United Kingdom to leave are just some of the challenges facing the EU. Many of these issues are closely interlinked with global developments. Instability or the (re-)consolidation of authoritarian rule in neighbouring countries, an altered geopolitical environment, climate change and resource constraints affect the EU’s ability to act as a credible and effective international actor. In view of this difficult environment, will the EU be able to protect its citizens while also projecting its values into the world? In what ways has the EU’s international role and standing been subject to change?

The EUIA biennial conference provides a major forum for discussion and exchange of ideas amongst academics and policy-makers who engage with these issues. We encourage the submission of paper abstracts and panel proposals that integrate the perspective on ‘protection and projection’ and investigate examples from various policy fields. Topics may include, but are not limited to:

The EU and international security

  • The EU as a diplomatic and security actor at a time of geopolitical shifts
  • Reforming European Security and Defence Policy
  • The European Neighbourhood Policy and local and regional dynamics
  • Counter-terrorism and the external dimension of EU policing and criminal justice policies
  • European values, cultural and science diplomacy and the EU’s external action
  • Europe’s reaction to a changing transatlantic relationship and the rise of Asia

Climate, energy and environment

  • The EU’s role in global environmental governance and climate diplomacy
  • EU external energy relations and the Paris Agreement
  • Environmental, climate and energy policies and democratic governance in Europe and beyond
  • Energy and the Arctic as new field of geostrategic interests

The external dimension of EU migration and rule of law policies

  • The dynamics of externalising EU migration and border control policies
  • International refugee protection in uncertain times
  • The effectiveness of the EU in promoting the rule of law
  • International Organisations and equality and diversity policies

Economic governance and globalisation

  • New technologies, regulation and democratic governance
  • Global governance, participation and legitimacy
  • Financial regulation, fairness and developments in globalisation
  • The external effects of the European monetary policy
  • Economic law and trade: unilateralism, bilateralism and protectionism

 

EUIA18 will host high-level keynote addresses and will mark the 40th anniversary of the Journal of European Integration (JEI) by hosting the first JEI Annual Lecture. A selection of the EUIA best papers will be published in a themed JEI section.

The conference will also welcome the editors of the leading EU journals (Journal of Common Market Studies, Journal of European Public Policy, Journal of European Integration, European Security, and Global Affairs), who will share their views on the EU in international affairs and provide insights into current trends in journal publishing. Junior researchers will have the opportunity to join a research/publishing workshop so that they can become better acquainted with publication processes and the state of the art of EU integration studies.

Please submit your paper abstract (300 words max.) or panel proposal (title of panel + short introduction to the panel of 300 words max. + 4 paper abstracts of 300 words max. + name of chair and discussant) via the ‘Submit here’ button below. EUIA18 encourages a collaborative approach to research so panel proposals are particularly welcome. The selection will take place in a blind peer review process, with each submission evaluated by three reviewers.

Deadline for submission: Mon 23 October 2017
Notification of acceptance: Wed 17 January 2018
Submission of full papers: Wed 2 May 2018
EUIA Conference: 16-18 May 2018 

We look forward to welcoming you to the sixth EUIA conference!

Florian Trauner (Conference Chair) and Antonios Nestoras (Academic Coordinator) on behalf of the EUIA conference organisers: IES-VUB, IEE-ULB, UNU-CRIS and Egmont

The EU in International Affairs conference secretariat
Institute for European Studies at the Vrije Universiteit Brussel
Pleinlaan 5, B-1050 Brussels (mailing address)
T: +32-2-6148040


18/09/2017

Professor Sebastian Santander took office as Head of the Department of Political Science of the University of Liège from today, September 18, 2017.


Nous avons le plaisir d'annoncer que le professeur Sebastian Santander a pris ses fonctions de Président du Département de Science Politique de l'Université de Liège à partir d'aujourd'hui, 18 septembre 2017.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

We are pleased to announce that the Professor Sebastian Santander took office as Head of the Political Science Department of the University of Liège from today, September 18, 2017.

 

 


15/09/2017  

Conférence: Olivier Dupont et Arnaud Zacharie, "Les (dés)équilibres du monde : Entre tension et incompréhension", Séminaire d’actualité du CEPAG, Vendredi 15 septembre 2017, Beez (Namur)


Séminaire d'actu CEPAG

Les (dés)équilibres du monde: Entre tension et incopréhension

Vendredi 15 septembre 2017

Beez (Namur)

 

UN TEMPS POUR DÉBATTRE : de 9h30 à 12h00

La guerre en Syrie, les tensions au Moyen-Orient et en Afrique, Donald Trump à la tête des Etats-Unis ou le régime autoritaire en Russie ... Le monde que nous connaissons paraît de plus en plus déséquilibré et instable. Sans compter les changements climatiques qui déstabilisent l'ensemble de la planète.

La situation du monde est telle que l'on peut se demander si le chaos ne sera pas la seule issue à ces dérèglements.

Mais au fait, notre monde est-il réellement plus violent, plus dangereux et plus opaque aujourd'hui qu'hier ? Ou est-ce la vision déformée que nous en donnent les analystes et les médias ?

D'autres grilles de lecture peuvent-elles être utilisées pour "donner sens" à ce qui paraît insensé ?

Pour en parler avec vous :

Olivier Dupont, Maître de conférences à l'ULg, Chargé de cours à la Haute Ecole de la Province de Namur et Collaborateur scientifique au Cefir (Center for International Relations Studies - ULg).

Arnaud Zacharie, Secrétaire général du CNCD-11.11.11

 

UN TEMPS POUR LIRE:  de 12h30 à 14h00

Envie d'aller plus loin dans la réflexion ?

Dans la foulée de ces séminaires d'actu, le CEPAG vous propose un lunch-débat autour de la présentation d'un livre ou d'un écrit (article, analyse...) en lien avec le sujet abordé. Ce "Temps pour lire" mettra en exercice notre esprit critique et la lecture comme outil d'émancipation.

Les séminaires d'actualité du CEPAG ont lieu à l'Espace Solidarité - Rue de Namur 47 - 5000 Beez.

Inscriptions :  cepag@cepag.be en précisant si vous souhaitez assister au séminaire et/ou au lunch-débat.

Infos: www.cepag.be 


05/09/2017  

Conference: Marco Siddi et Madalina Sisu Vicari, "EU Energy Diplomacy and the Southern Gas Corridor: Normative and Geopolitical Challenges to the Union's External Energy Policy", UACES, Krakow (Poland), September 5, 2017.


Marco Siddi et Madalina Sisu Vicari have presented a paper "EU Energy Diplomacy and the Southern Gas Corridor: Normative and Geopolitical Challenges to the Union's External Energy Policy", at the Academic Association for Contemporary European Studies (UACES), Krakow (Poland) in September 5, 2017. 

 

Abstract

Tensions with Russia following the Ukraine crisis have led the European Union to take steps aimed at reducing its energy dependence on Moscow, particularly in the field of natural gas. Together with the launch of a European Energy Security Strategy and the plan to create an Energy Union, the EU has revitalized existing import diversification plans. This step change can be seen in the EU's renewed focus on the Southern Gas Corridor (SGC), linking South Eastern Europe to the gas reserves of the Caspian basin. The EU has also engaged in an active energy diplomacy to advance the project. However, the implementation of the SGC confronts the Union with a broad range of complexities. Brussels faces geopolitical competition from Moscow for access to Caspian resources; Russia is pushing forward the Turkish Stream project, which aims at supplying the same countries as the SGC. This competition has important security and political ramifications, which may increase volatility in the Black Sea region and ultimately undermine EU energy security. Moreover, EU energy diplomacy in support of the SGC involves partnerships with Caucasian and Central Asian autocracies (such as Azerbaijan and Turkmenistan), which questions the Union's declared commitment to human rights and the rule of law in the region. The paper tracks the key developments in the EU's energy diplomacy supporting the SGC and examines its main challenges from a normative and geopolitical perspective. It argues that the EU is unlikely to achieve significant import diversification through the SGC. On the other hand, the Union's pursuit of partnerships with Caspian autocracies undermines its normative goals and creates new energy dependencies on authoritarian regimes.


16/08/2017  

Conférence magistrale: Sophie Wintgens, "La influencia normativa de China en America Latina y en el Caribe. Un desafio estrategico para la Union Europea", le 16 août 2016, San José (Costa Rica)


La Escuela de Planificacion y Promocion Social

Inauguracion II Ciclo Lectivo 2017

Conferencia Magistral, "La influencia normativa de China en America Latina y en el Caribe. Un desafio estrategico para la Union Europea".

Miercoles 16 de agosto

6:00pm

Sala de Conferencios de la Faculdad de Ciencias sociales

Expositora Sophie Wintgens, CEVIPOL-ULB, CEFIR-ULg.


26/07/2017

Sophie Wintgens présente une communication sur "El impacto de la fin del 'giro al la izquierda' sobre las relaciones entre China y América latina", ALACIP, à Montevideo (Uruguay) les 26-28 juillet 2017.


Sophie Wintgens présente une communication sur "El impacto de la fin del 'giro al la izquierda' sobre las relaciones entre China y América latina" dans le cadre d'un panel sur "Las relaciones internacionales de América Latina ante un cambio de época: enfoques teóricos, escenarios y procesos" lors du Congreso Latinoamericano de Ciencia Política (ALACIP) qui se tiendra à Montevideo (Uruguay) les 26-28 juillet 2017


15/07/2017  

Antonios Vlassis (CEFIR-FNRS) at the Annual Congress of International Association of Media and Communication Research, Cartagena, 15-20 July 2017.


CEFIR at the Annual Congress of International Association of Media and Communication Research, Cartagena, 15-20 July 2017. 

Antonios Vlassis will present two papers:

- "International organizations and creation of global norms for cultural policies: the creative economy policy agenda-making for whom and for what?" (with Christiaan De Beukelaer, University of Melbourne) 

- "The review of the Audiovisual Media Services Directive: many political voices for one digital Europe?"

- and he will chair the panel "The Promise and Practice of ICTs". 

Link: http://cartagena2017.iamcr.org/ 


28/06/2017  

Cindy Regnier a obtenu le Prix 2017 du Corps Consulaire de la Province de Liège pour son travail de fin d’études présenté en 2016, consacré à la politique étrangère russe à l’égard du Venezuela, « entre balancing et new world order ».


 

Communiqué de presse
       

Prix du Corps Consulaire 2017

28/06/2017

Le Prix 2017 du Corps Consulaire de la Province de Liège a été décerné ce 27 juin à Mme Cindy Regnier, titulaire d'un master en Sciences politiques, orientation générale, finalité relations internationales, pour son travail de fin d'études présenté en 2016, consacré à la politique étrangère russe à l'égard du Venezuela, « entre balancing  et new world order ».

Avec Vladimir Poutine, la Russie est perçue soit comme porteuse d'une alternative au modèle américain, soit comme une puissance déstabilisatrice des relations internationales. Cindy Regnier analyse cette polarisation en analysant le cas spécifique des relations de la Russie avec la république bolivarienne du Venezuela, pays dans la zone d'influence mais fortement opposé aux USA. Certains analystes voient dans ce rapprochement la volonté de faire émerger un monde multipolaire sur la scène internationale.

Qu'en est-il ? A la lumière des théories classiques, Cindy Regnier analyse les relations russo-vénézuéliennes selon l'hypothèse de « balancing » (le rapprochement est une réponse pour s'opposer à l'hégémonie américaine) ou selon la théorie libérale du « new world order » (la volonté serait de contribuer à construire un monde multipolaire).

PrixCConsul2017

Pour Cindy Regnier, ces deux conceptions peuvent tour à tour éclairer différents éléments de la politique étrangère russe à l'égard du Venezuela. Toutefois, conclut-elle, « l'explication de 'balancing' maintient un caractère explicatif plus large, dès lors la Russie aurait comme objectif premier de se maintenir comme pôle de puissance sur la scène internationale et cela au détriment d'autres considérations. » Néanmoins « lorsque la position de puissance est assurée, la théorie libérale semble plus appropriée pour comprendre la politique étrangère de Moscou. Le droit international et les valeurs ont bien une influence sur la politique du Kremlin, lorsque celui-ci ne sent pas son statut de puissance internationale menacé, permettant ainsi de façonner un éventuel soft power. »

Désormais chercheuse au CEFIR (Center For International Relations Studies), Cindy Regnier vient d'entamer une thèse de doctorat à l'Université de Liège sur le thème : « 'Pays (ré)émergents', organisations régionales sécuritaires et l'influence des interprétations géopolitiques concurrentes. Le cas des relations entre la Russie et l'OTAN. »

Prix du Corps Consulaire de la Province de Liège

Le prix institué par le Corps Consulaire de la Province de Liège est remis annuellement depuis 2001 et récompense un travail de 2ecycle réalisé à l'Université de Liège, portant sur des questions de «relations internationales, bilatérales ou multilatérales ». Il est doté d'un montant de 3.000 euros. L'objectif est de susciter et d'encourager, chez de jeunes étudiants diplômés, des vocations pour la vie diplomatique ou des carrières de recherches dans le domaine des relations internationales.

Le Prix 2017 du Corps Consulaire de la Province de Liège a été remis ce 27 juin 2017 au château de Colonster, en présence du recteur Albert Corhay, des membres du Jury, présidé par le Pr Michel Hermans, et des représentants du Corps Consulaire de la Province de Liège.

Contacter la lauréate

Cindy Regnierregniercindy.92@hotmail.be

PrixCConsul2017-Groupe

 

 


16/06/2017

Sophie Wintgens et Xavier Aurégan co-organisent un double atelier sur "Chinese presence in Africa and Latin America: a South-South cooperation?" à Sciences Po Paris du 26 au 28 juin 2017.


Sophie Wintgens et Xavier Aurégan co-organisent un double atelier sur "Chinese presence in Africa and Latin America: a South-South cooperation?/Présences chinoises en Afrique et en Amérique latine : une coopération Sud-Sud?" dans le cadre du 6th French Network for Asian Studies International Conference (FNASIC) qui aura lieu à Sciences Po Paris du 26 au 28 juin 2017.  


31/05/2017  

AAB Summer School on Democracy and Development, Prishtina, Republic of Kosovo, Registration deadline 31/05/2017


 

APPLICATION PROCEDURES

AAB Summer School 2017 takes place from 14 to 27 August 2017. Participants will be accommodated in the Pristina area, the largest city in Kosovo, with a population of over 400 000,

Application deadline: Extended to 31 May 2017

Participants from other Universities:
You will receive 4 ECTS credits. An official transcript will be issued by the AAB College. A copy of the transcript will also be sent directly to your University's registrar office for credit transfer. Previous AAB Summer School participants from many universities across the world have successfully gotten their Summer School credit recognized by their home institutions (such as University of Calgary, Mount Saint Vincent University, Cape Breton University, McGill University, Sir Wilfrid Laurier University, Royal Military College of Canada, University of Saskatchewan, Lile University (France), Dublin University College (Ireland), Charles University (Czech Republic), University College London (UK), University of Surrey (UK), etc.)

Successful completion of the program means that you participate in all program activities and daily lectures and that you submit a written essay / paper in accordance with the guidelines set by the principal program instructor.

Cost:
679, 00 EUR per person. The student shall pay the bank transfer fees.Included: program costs, accommodation in dormitory or hostel, all program activities, tours, accommodation and meals while on program tours. Not included: transportation costs from your country of origin to Kosovo.

How to apply:
Submit your complete AAB Summer School 2017 Application using our ONLINE APPLICATION FORM.
A complete application consists of:
- a CV / Resume;
- a cover letter explaining your interest in the program and/or the area / field of study;
- a certificate of enrolment / student status (only if you are a student).
You can upload each of these documents onto our Online Application Form as long as they are in either DOC or PDF format.

Eligibility:
To be eligible for the program, you must:
- be a currently enrolled student in good standing (at the undergrad or  grad level) at a recognized institution in your home country or professionals in the field of law, political sciences, public administration, sociology;
- be at least 18 years old;
- possess a valid passport for travel to Kosovo and the area;
- possess valid health insurance for the duration of your stay in Kosovo and the region.

Contact person:
Mr. Liridon Bajrami
International Cooperation Coordinator, AAB College
summerschool@aab-edu.net

 

 


18/05/2017

Conférence : Martine Mvengou Cruzmerino, "La politique extérieure de l'UNASUR vis-à-vis de ses partenaires du Sud: enjeux et perspectives", le jeudi 18 mai de 16h à 17h30, Université du Québec à Montréal.


Martine Mvengou Cruzmerino, membre du Center for International Relations Studies (CEFIR), interviendra dans le cadre du 7ème Congrès des Associations francophones de Science Politique dans la section thématique « L'Amérique latine en mouvement(s) : enjeux et outils d'analyse »

Titre de sa présentation : « La politique extérieure de l'UNASUR vis à vis de ses partenaires du Sud: enjeux et perspectives »

Lieu : Local SH-3420 Université du Québec à Montréal, 175 avenue du Président Kennedy Montréal.

Date et heure : le jeudi 18 mai de 16h à 17h30

 

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Martine Mvengou Cruzmerino, member of the Center for International Relations Studies (CEFIR), will participate in the 7th Congress of French-Speaking Associations of Political Science in the thematic section « Latin America in motion (s): issues and analytical tools »

Title of the presentation: « The foreign policy of UNASUR vis-à-vis its partners in the South: challenges and prospects »

Location: Local SH-3420 University of Quebec in Montreal, 175 avenue du Président Kennedy Montreal.

Date and time: Thursday, May 18 from 4 pm to 5:30 pm

 

 


17/05/2017

Sophie Wintgens et Arnaud Zacharie co-organisent un atelier sur « L’impact de la montée en puissance des pays émergents sur la gouvernance économique et les régulations commerciales et financières internationales », UQAM du 17 au 19 mai 2017.


Sophie Wintgens et Arnaud Zacharie co-organisent un atelier sur « L'impact de la montée en puissance des pays émergents sur la gouvernance économique et les régulations commerciales et financières internationales » dans le cadre du Congrès international des associations francophones de science politique (CoSPoF) et du Congrès annuel de la Société québécoise de science politique (SQSP) qui aura lieu à l'Université du Québec à Montréal (UQAM) du 17 au 19 mai 2017.


17/05/2017

Conférence : Georges Mulumbeni, "Les émergents et la régionalisation du commerce international. Le cas de la coopération Chine-SADC", le jeudi 18 mai 2017, UQAM.


Georges Mulumbeni, membre du Center for International Relations Studies (CEFIR), interviendra dans le cadre du Congrès international des associations francophones de science politique (CoSPoF) et du Congrès annuel de la Société québécoise de science politique (SQSP) dans la section thématique : « L'impact de la montée en puissance des pays émergents sur la gouvernance économique et les régulations commerciales et financières internationales »

Titre de sa présentation : « Les émergents et la régionalisation du commerce international. Le cas de la coopération Chine-SADC »

Lieu : l'Université du Québec à Montréal (UQAM)

Date et heure : le jeudi 17 mai 2017

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Georges Mulumbeni, member of the Center for International Relations Studies (CEFIR), will participate at the International Congress of Francophone Political Science Associations (CoSPoF) and the annual conference of the Société québécoise de science politique (SQSP) in the thematic section « The impact of the rise of emerging countries on economic governance and international trade and financial regulations »

Title of the presenatation: "Emerging countries and the regionalization of international trade. The case of China-SADC cooperation"

Location: Université du Québec à Montréal (UQAM)

Date and time: Thursday, May 17, 2017

 

 


16/05/2017  

New one-year Masters programme in political science taught entirely in English, " Global Politics & Political Affairs", University of Liège.


Starting next September, the University of Liège will offer a new one-year Masters programme in political science taught entirely in English.

Power, democracy, globalization, Europe's influence on global governance, migration crisis, human rights, cybercriminality, conflicts... These topics are on national and international news every day.

In order to train specialists with the necessary skills to understand the issues of the current world, the Department of Political Science at the University of Liège offers a new program entitled 'Global Politics and Political Affairs', taught entirely in English.

Discover here this new programme.

http://www.ulg.ac.be/cms/c_8664581/en/global-politics-political-affairs

Keys to grasp current global trends and act upon them

This new Masters aims at providing advanced knowledge, tools and methods to analyze and decypher all aspects of local and global politics: evolution, stakes, political actors and degrees of interaction, levels of decison making... The purpose of this new programme is to better understand how our institutions work and the complexity of today's world in all its many aspects.

A programme taught exclusively in English

The range of masters programmes offered by the Department of Political science is comprehensive. programmes in Public administration, International relations, European policies, joint programmes with partner universities abroad and a 60-credit programme in French have been part of our offer for years. From now on, students also have to opportunity to enroll into a 60-credit programme in English!

This is a chance for French-speaking students to become bilingual and to enhance their skills at an international level and for international students to have access to a high-quality programme taught in English!

Some examples of classes : Comparative politics, Democracy in America, European economic governance, Law and Practice of International organizations, International Relations of the European Union, Foreign policy Analysis, Strategis stakes in Globalization...

Participative and multi-faceted teaching methods

Lectures, group work and plenary discussions alternate with debates, student presentations and presentations by renowned external speakers... The goal is to diversify learning activities, promote interactivity, develop critical thinking and to meet everyone's expectations. A graduate thesis based on a research topic is required to complete the programme. This thesis will be written and presented publicly in English.

Who is this programme intended for?

  • Students currently enrolled in a Bachelor in Political Science will be allowed to choose this new programme.
  • Foreign students who will choose this programme will join other international students at our university (who make up 23% of the student population) and will be able to discover Liège and its pleasant student life.        

Note: Non EU students: application must be submitted by April 30 / EU students: application must be submitted by mid-August

  • Erasmus students will be able to opt for a programme taught entirely in English.
  • For students who already have a university degree in Social Sciences and Humanities this programme is a unique opportunity to boost their career by getting a new degree in only a year.
  • Students at other higher education institutions who are allowed to access this Masters programme will enhance their skills and increase their chances of being succesful on the job market.

! Important: Completion of extra credits may be required for some students. In that case, supplementary classes will also be taught in English !

What next? Exciting career opportunities!

Many options exist for students with a degree in Political science from the University of Liège, in Belgium as well as abroad. Their employability rate is excellent: over 90% of them find a job within a year. The programme in Political science trains future executives in public services and companies. The English programme also prepares students for international careers (diplomacy, lobbying, international organizations, NGOs, political journalism...) and for positions in the private sector (banks, insurance companies...) as well as in civil society.

More info:

 

Contact(s) : Pr. Sebastian Santander - Faculty of Law, Political Science and Criminology
Information on the studies - +32 4 366 56 74 - info.etudes@ulg.ac.be

 

 


18/04/2017    

SÉMINAIRE, "La Chine : premier investisseur mondial… quelles conséquences pour l'Europe ?", 18 Avril 2017, Sart-Tilman, de 13H30 à 17H00


Keynote Speech & debate 
13h30 - 15h30 

Michel FOUQUIN, Conseiller au CEPII (Centre de Recherche et d'Expertise sur l'Economie Mondiale, Paris) et Professeur à la FASSE Université Catholique de Paris.

La Chine opère depuis trois ans un renversement majeur dans sa stratégie d'internationalisation : de premier pays d'accueil des investissements directs internationaux, elle est devenue le premier investisseur à l'étranger. Au lieu d'acheter, grâce à ses énormes excédents de balance courante, des Treasury Bonds américains ou des parts dans les ressources minières d'Afrique ou d'Amérique latine, elle donne désormais la priorité à des secteurs liés à la haute technologie, aux industries de loisirs, à la transition énergétique, ou à l'automobile etc... 

  • Est-ce une menace ou une opportunité pour l'Europe ?
  • Quel est le bilan actuel de ces investissements ?
  • Qui sont les investisseurs chinois et quelle est leur fiabilité ?
  • Comment les états européens peuvent-ils renforcer leurs capacités d'innovation tout en évitant de se faire une concurrence déloyale pour attirer ces investissements ? 
  • L'arrivée de Donald Trump ouvre-t-elle une voie à l'Europe pour négocier un partenariat stratégique avec la Chine ?


PANEL DE RÉPONDANTS 

Pierre DEFRAIGNE Directeur Exécutif du Centre Madariaga - Collège d'Europe. Professeur invité au Collège d'Europe de Bruges et à Sciences Po Paris.

Thomas RONSE Market Expert Asia-Pacific, Agence Wallonne à l'Exportation et aux Investissements Étrangers (AWEX). 

Sophie WINTGENS Chargée de recherches du F.R.S.-FNRS (CEVIPOL - ULB) et maître de conférences au département de science politique de l'ULg.

 


11/02/2017  

APPEL À CONTRIBUTIONS : Chronique des Amériques, Observatoire des Amérique à l’UQAM, Canada.


APPEL À CONTRIBUTIONS : CHRONIQUE DES AMÉRIQUES

La Chronique des Amériques est une publication électronique révisée par les pair-e-s et publiée sur le site l'Observatoire des Amériques qui vise à créer un espace de réflexion en s'appuyant sur des perspectives disciplinaires variées, des savoirs pratiques et des expertises de vie. Nous encourageons fortement les chercheur-e-s, les étudiant-e-s et toute personne intéressée à nous proposer les résultats de leurs recherches.

La Chronique des Amériques permet de faire le point, de façon analytique et contextuelle, sur les dynamiques économiques, sociales et politiques des Amériques, notamment en ce qui concerne les défis de la démocratie, les enjeux du développement et les nouvelles formes d'intégration et de coopération en cours dans le continent. La Chronique des Amériques est destinée à un public intéressé et informé, incluant autant des étudiant-e-s et des académicien-ne-s que des praticiennes et des observateurs, observatrices.

Nous vous invitons à nous soumettre de courts textes sur l'un de ces enjeux. Chaque Chronique des Amériques doit porter sur un enjeu précis et proposer au lecteur une mise en contexte et un argumentaire complet, ainsi qu'une liste de références bibliographiques à la fin. Les textes proposés seront évalués par un-e spécialiste et révisés au besoin avant d'être publiés.

Les propositions de textes pour la Chronique des Amériques sont reçues en continu à l'adresse oda@uqam.ca D'une taille maximale de 5,000 mots, les propositions de textes doivent être présentées en format Word. Nous privilégions les textes en français, mais acceptons également des propositions en anglais, espagnol et portugais. Les textes soumis doivent être inédits, c'est-à-dire qu'ils ne doivent pas avoir fait l'objet d'une publication antérieure.

Pour toutes questions relatives à la Chronique des Amériques, veuillez communiquer avec les codirecteur, codirectrice de l'Observatoire des Amériques :

Julián Durazo Herrmann (durazo.julian@uqam.ca)

Nora Nagels (nagels.nora@uqam.ca)

 

 


09/01/2017  

Un diplômé en Sciences politiques remporte le Scriptum Award


Robert Mary, diplômé en Sciences Politiques, a remporté le prix du meilleur mémoire 2016 BICC&I ETIHAD pour son mémoire consacré à l'Inde et la Chine.

Le jury de mémoire de Monsieur Mary « Analyse comparée de la politique spatiale de deux pays émergents : Inde et Chine » était composé d'Olivier Dupont, promoteur et de 2 lecteurs Gregor Rauw (Département d'Astrophysique et de Géophysique ULg) et Andreas Thele (Centre d'Etudes japonaises ULg).

Le prix BICC&I & ETIHAD Scriptum Award (meilleur mémoire 2016 portant sur l'Inde) est attribué par BICC&I: chambre de commerce belgo-indienne et Etihad : compagnie aérienne.

C'est la première fois qu'un étudiant de l'Université de Liège remporte ce prix. La Belgique peut être fière de son secteur spatial et de sa coopération avec l'Inde. Les activités du CSL (Centre Spatial de Liège) liées à la création en 2016 d'un téléscope à miroir liquide, les activités de notre secteur industriel envers l'ISRO (tests de satellites en environnement spatial simulé au profit de l'agence spatiale indienne) ainsi que la création récente de l'agence spatiale belge montrent l'intérêt de notre pays pour le secteur spatial, générateur de relations commerciales profitables aux deux pays.

 

 


28/12/2016  

Vsevolod Samokhvalov from CEFIR will participate in the conference "Regional perspectives for China and its neighbours", Leiden, the Netherlands, 5 and 6 January 2017.


Vsevolod Samokhvalov, Postdoctoral Marie Curie Research Fellow at CEFIR, will participate in the international conference "Regional perspectives for China and its neighbours", to be held  at Leiden, the Netherlands, 5 and 6 January 2017.  

For more details, please refer to the program below:


REGIONAL PERSPECTIVES FOR CHINA AND ITS NEIGHBOURS

Conference to be held at Leiden, the Netherlands

5 and 6 January 2017. Invitation to attend

 

The dismantling of the Soviet bloc led to a period of political and economic dominance for the United States and its allies. Since the beginning of the twenty-first century a number of regional powers and associations have arisen which, while not challenging the structure of the international system, have sought greater recognition. In the coming decade regional post-socialist associations such as the BRICS, the Shanghai Cooperation Organisation, the Eurasian Economic Union, the Great Silk Road Belt and the 21st Century Maritime Silk Road are likely to increase in economic power, strategic position and political importance. China and Russia are leading members of these new regional groups. Papers to be presented consider the role of China in regional organisations and the country's relationships with members of other groups of states: the BRICS, the Shanghai Cooperation Organisation, the Eurasian Economic Union, the Great Silk Road Belt and the 21st Century Maritime Silk Road. And particularly the relationships of China to other countries within each region of which they are members and between various overlapping regional associations.  See Programme below.

The conference will be held at the University of Leiden, the Netherlands, on Thursday 5 Jan and Friday 6 Jan 2017. It is organised under the auspices of the Confucius Institute at Leiden University.

Attendance will be free of charge, but we need to plan refreshments, please register by sending email directly to guichang@sdu.edu.cn before January 3, 2016. 

 

 

Programme

 

Location: Lipsius Building, room 227

                 Cleveringaplaats 1, 2311 BD Leiden

 

THURSDAY 5 JANUARY 2017

 

9.00 Registration

9.30 Opening of Conference

Chair?Zhu Guichang, Confucius Institute at Leiden University

 

Frank Pieke, Academic Director of the Leiden University Institute for Area Studies (LIAS) 

Rint Sybesma, Director of Confucius Institute at Leiden University and Chair of Department of Chinese studies, Leiden University

 

10.00-11.30 THE CHANGING PATTERN OF WORLD TRADE AND POLITICS

Chair: André Gerrits, Leiden University

 

David Lane, University of Cambridge, UK 

Regional Economic Perspectives for China and its Neighbours

 

Stefan Schmalz, University of Jena, Germany

Changing Governance and Geography of World Trade

 

11.30 -13.00 CHINA'S POLITICAL AND ECONOMIC INITIATIVES

Chair: André Gerrits, Leiden University

 

Richard Griffiths, University of Leiden, Holland

'One Belt, One Road' as a development strategy

 

Michael Slobodchikoff, Troy University, USA

Chinese Relations with International and Regional Governmental Organizations

 

13.00-14.00  Lunch

 

14.00 - 15.45 CHINA AND ASIA

Chair: Vsevolod Samokhvalov, University of Liege

 

Akram Ulmarov, Academy of Public Administration, Uzbekistan,

The Afghan Factor in China's Silk Road Economic Belt Initiative

 

Harry Roberts, OSCE Academy, Bishkek,

 

The China - Pakistan Economic Corridor

 

Wang Xueyu, Shandong University, China.

China's OBOR and India's reaction

 

15.45- 16.00  Coffee break

 

16.00 - 17.30  CHINA, SCO AND BRICS

Chair: Zhu Guichang, Confucius Institute

 

Mikhael Molchanov, St Thomas University, Canada

Russia-China relations in Central Asia and the SCO.

 

Carlos Henrique Santana, TU Darmstadt, Germany,

Energy Infrastructure Policy and State Capacity in BRIC countries

 

19.00 Conference Dinner

 

 

FRIDAY 6 JANUARY

 

9.30 - 10.45  CHINA AND RUSSIA

Chair: Richard Griffiths, Leiden University

 

Gao Shuqin, Zhejiang University and UCL, London

Russian's  'Pivot Strategy' in the Re-balancing of the Asian-Pacific region

 

Kaneshko Sangar. UCL. London

The Silk Road and the Eurasian Economic Union

 

10.45- 11.00 Coffee break

 

11.00- 12.45  CHINA AND WORLD POLITICS

Chair: Zhu Guichang, Shandong University

 

He Zhigao, Chinese Academy of Social Sciences,

Comparative Analysis of China's policies towards integrated organizations

 

Jeanne Wilson, Wheaton College, USA

The USA's policy of 'pivot' to Asia.

 

Kees van der Pijl, University of Sussex

The Eurasian Union and BRICS under attack

 

12.45. Publications plans

 

13.00 Lunch

 

END OF CONFERENCE

 

 


30/11/2016  

Interview du professeur Sebastian Santander en espagnol pour la Deutsche Welle, "Cuba: Sin Fidel y con Trump", le 30 novembre 2016


 

Cuba: Sin Fidel y con Trump

De hacer realidad su discurso en torno a América Latina, Cuba, Colombia y México y saldrían perdiendo. ¿Saldría ganando la relación con la UE? Como fuere, analistas consultados por DW aconsejan prudencia.

Mexiko Grenze USA - Protest von ausgewiesenen Mexikanern gegen Donald Trump (Reuters)

 

"Las declaraciones que ha hecho Donald Trump después de la muerte de Fidel Castro no son tranquilizadoras", dice a DW Anna Ayuso, investigadora senior del Center for International Studies, un think tank europeo con sede en Barcelona. Su discurso que implica la amenaza de la ruptura de los puentes tendidos hacia Cuba, preocupa.

Con todo, "puede ser que una cosa sea el discurso y otra lo que vayan a hacer después. Lo importante es la mayoría del Congreso. E igual que el presidente Obama no ha podido hacer lo que ha querido, Donald Trump probablemente tampoco", agrega. La muerte de Fidel Castro, "sólo un dictador" según el discurso de Trump, no tendría por qué tener un efecto negativo en su postura hacia la isla, más bien lo contrario, opina.

Google Technologiezentrum in Havana Kuba (picture-alliance/AP Photo/R. Espinosa)

"Trump ha tenido ideas contradictorias acerca de la posición que debe adoptar Estados Unidos frente a Cuba", dice por su parte a DW el politólogo Sebastián Santander, catedrático de la Universidad de Lieja.

"Durante algún tiempo apoyó la apertura de Obama hacia La Habana, pero luego, para ganar los votos de Florida, donde vive una gran comunidad cubana, pasó a rechazarla. Es más, no creo que durante su legislatura se levante el embargo", añade. Con todo, "no creo que Cuba sea una prioridad para Trump; tampoco lo será el resto de América Latina", advierte.

¿Abandonar a un aliado?

Según Santander, hay que ser muy prudente antes de vaticinar cualquier cosa pues "el señor Trump es una persona muy volátil e impredecible". Por otro lado, "es más fácil decir cosas en campaña que llevarlas a la práctica", afirma Ayuso, para quien "el mayor problema con Trump es su falta de previsibilidad".

Con todo, ambos analistas coinciden en opinar que el prometido apoyo estadounidense (450 millones de dólares) al proceso de paz en Colombia sí que podría estar en peligro. "De seguir su eslogan "America first", se puede dudar de que mantenga la ayuda prometida por Obama", dice Santander.

No obstante, Ayuso plantea: "¿Es positivo para Estados Unidos que Colombia sea un país en paz y que se pueda, por ejemplo, luchar de manera más eficaz contra el narcotráfico y los problemas de seguridad en la región que al final acaban afectando a usa? ¿Se pueden permitir el lujo de abandonar al aliado más fiel en la región? Creo que el ejército norteamericano le hará entrar en razón de alguna manera". 

El más afectado

"De concretizarse las declaraciones que hizo durante su campaña, México será el más afectado, pues podría implementar un arancel del 35% a las importaciones provenientes de ese país; sería para la economía mexicana un golpe muy duro ,puesto que México exporta más del 80% de sus mercancías a Estados Unidos. Sus medidas proteccionistas podrían afectar a los países centroamericanos, más dependientes de Estados Unidos", afirma Santander.

En todo caso -e independientemente de los matices que ha ido adquiriendo el muro o la valla que el próximo presidente de Estados Unidos quiere construir en la frontera- ambos analistas coinciden en que el peor de los daños sería la deportación de migrantes. "¿Cómo integrar a los que vuelven y luego cómo asumir la falta de remesas tan importantes para muchas familias?", plantea Ayuso.

¿Más espacio para la UE?

Así las cosas, ¿esta posible retirada de la presencia estadounidense en la región se traduciría en una ventaja para actores como la Unión Europea?

Kolumbien Bogota Aktion Pro Friedensabkommen FARC (Reuters/J. Vizcaino)

"Con Cuba sí que la UE tiene la oportunidad de recuperar posiciones. En el caso de Colombia es difícil porque la capacidad financiera es menor que la de Estados Unidos. Pero donde es muy difícil es con México", afirma Ayuso. Por el contrario, en su opinión, para países como Brasil, una menor presencia estadounidense en la región se traduciría en mayor margen de acción.

Por otro lado, según Santander, "aunque sí que hay gobiernos -como el Brasil de Temer y la Argentina de Macri- que están a favor de relaciones más estrechas con Europa, las medidas anunciadas por Trump nutren a los movimientos eurófobos en Europa que, con su tendencia a cerrarse, cuestionan los acuerdos, también con  América Latina".

 

 

 


28/11/2016    

Interview du professeur Sebastian Santander pour le journal l'Avenir, "L’après-Fidel Castro était déjà en marche à Cuba", le 28 novembre 2016


« Fidel Castro, c'était un peu l'image de David contre Goliath. Il a survécu à de très nombreuses tentatives d'assassinat et de déstabilisation. » Sebastian SANTANDER


Fidel Castro est mort vendredi soir. Vénéré par certains, détesté par d'autres, sa disparition marquera une étape pour l'île.


Interview : François-Xavier GIOT

Fidel  Castro  s'est  éteint vendredi soir à l'âge de 90 ans. Pour Cuba, une page importante  se  tourne  même si  la  transition  avait  déjà  été initiée  par  le  leader  révolutionnaire, comme  l'explique Sebastian  Santandeur,  politologue à l'ULG et spécialiste de l'Amérique latine à l'ULG.

Sebastian Santander, Fidel Castro était une figure clivante, autant vénérée que détestée, pourquoi ?

Nombreux  de  ceux  qui  le détestaient  sont  des  réfugiés cubains installés à Miami, issus de la première vague d'immigration, des  dinosaures  qui ont  été  victimes  des  politiques que  Fidel  Castro  a  mises  en place,  la  grande  bourgeoisie  cubaine. Ils  le  détestaient  parce qu'avec  la  révolution,  ils  ont perdu  leurs  biens.  Ils  considè­ rent  que  Fidel  Castro  a  bradé  le pays,  l'a  paupérisé.  Et  que  c'est pour  ça  que  le  pays  est  à  un  niveau de  développement  faible aujourd'hui. Ils  critiquent  aussi  le  régime autoritaire qu'il a mis en place et  qui a envoyé en prison des opposants politiques.

À l'opposé, il était aussi adulé ?

Oui,  parce  que  c'était  un  peu l'image  de  David  contre  Goliath. Durant  cinq  décennies,  Castro  a  été au pouvoir et a vu se succéder 11 présidents américains. Il a survécu à de très nombreuses tentatives d'assassinat  et  de  déstabilisation par  la  première  puissance  mondiale.  C'est  quelqu'un  qui était  porteur  d'un  modèle  de  société alternatif au modèle capitaliste, ça  a  fait  rêver  un  certain  nombre  de  gens,  notamment  durant la guerre froide.

Ce n'est pas la seule raison ?

C'était  un  homme  charismatique, très doué pour la communication. C'était  un  homme  d'État, qui avait une vision de la société, une  vision  du  monde,  qui  a  pesé sur  les  relations  internationales  puisqu'il  s'est  allié  avec  l'Union soviétique  contre  les  États­Unis, même si ce n'était pas sa volonté  première.

Il y a aussi tout le volet social.

Il  a  réussi  à  mettre  en  application toute une série de politiques qui ont permis à Cuba d'avoir un taux  d'alphabétisation  très  élevé, des  politiques  sociales,  de  santé. Pour le reste de l'Amérique latine, c'était très rare (NDLR : lire ci­dessous). Et  puis  il  incarnait  tout  le  mythe de la révolution. Il a cherché avec  son  ami  Guevara  à  exporter son  modèle  de  révolution cubaine en Afrique ou à travers le monde, notamment en Angola.

Ce temps est révolu. Aujourd'hui, Cuba a amorcé son ouverture. Celle-ci va-t-elle s'accélérer ?

Raul  Castro  a  engagé  le  pays dans  une  ouverture  progressive.  Il n'a pas attendu son frère pour le faire.  Même  si  Fidel  Castro,  dans  les  années  90,  s'était  rendu  compte  qu'il  était  important d'ouvrir le pays parce que, avec la fin de l'URSS, le pays s'effondrait  et la pérennité du régime castriste était remise en question.

Quelle forme a pris cette ouverture ?

Il a notamment ouvert le pays au tourisme, à l'horeca et l'arrivée du dollar,  avec  la  mise  en  place  de deux  économies  à  Cuba.  Mais  ce  qui s'est développé sous cette pé­ riode, c'est aussi la prostitution. Il a  alors  voulu  resserrer  les  vis  et mettre une limite à la circulation du  dollar,  contrôler  cette  ouverture à cause de ses effets pervers. Je  pense  que  Fidel  Castro  avait déjà  entamé  le  mouvement  dans  lequel  Raul  Castro  après  s'est  inséré. Même si Fidel Castro n'a pas accueilli avec beaucoup de positivité l'ouverture  avec  les  ÉtatsUnis.

Ne s'agit-il pas d'une posture, pour préserver le mythe ?

Il ne faut pas oublier qu'il a beaucoup fondé sa défense sur l'antiaméricanisme et que les États­Unis ont  tenté  d'étouffer  l'île  durant presque  50  ans.  L'embargo,  commencé sous Eisenhower, n'a cessé d'être renforcé. Il est clair qu'il y a des  ressentiments  par  rapport aux  États­Unis.  Mais  Raul  Castro  se veut pragmatique et pense que Cuba  a  intérêt  à  attirer  les  entreprises américaines. 


18/11/2016  

Congrès des Associations Francophones de science politique, "L’Amérique latine en mouvement(s) : enjeux et outils d’analyse", 17-19 mai 2017, UQAM, Canada.


 

L'Amérique latine en mouvement(s) : enjeux et outils d'analyse

Proposition de section thématique

RELAM - OPALC

Rappel : vendredi 18 novembre 2016 - date limite pour envoi de communications pour le Congrès des Associations Francophones de science politique, 17-19 mai 2017, UQAM. 

 

 

 

Co-organisateurs 

Françoise Montambeault, Université de Montréal et Réseau d'études latinoaméricaines de Montréal

Olivier Dabène, Sciences-Po Paris et Observatoire politique de l'Amérique latine et des Caraïbes

 

Dans la foulée des transformations politiques, sociales, économiques et institutionnelles qui ont marqué la région depuis les trois dernières décennies, l'Amérique latine émerge désormais comme une région en mouvement en mouvement(s) : mouvements sociaux, mouvements migratoires, mouvements politiques. Quelle est la nature et quels sont les enjeux de ce(s) mouvement(s)? Comment l'expliquer? Plus globalement, comment étudier la réalité politique, sociale, économique et institutionnelle d'une région en transformation? La section thématique organisée à l'initiative d'une collaboration entre le Réseau d'études latinoaméricaines de Montréal (RELAM) et l'Observatoire politique de l'Amérique latine et des Caraïbes (OPALC) invite les contributions théoriques et empiriques alimentant la réflexion sur ces questions, organisées en huit ateliers aux thématiques plus spécifiques.

 

 

Atelier 1 : La participation citoyenne en dérive? Approches pour l'étude des legs des innovations participatives en Amérique latine

Frédéric Louault, Université libre de Bruxelles

Françoise Montambeault, Université de Montréal

 

La mise en place de dispositifs participatifs s'inscrit dans un ensemble d'innovations politiques qui se sont développées en Amérique latine. L'enthousiasme qui a accompagné le développement et la diffusion des initiatives participatives a toutefois laissé la place à une série de mises en perspective plus critiques dans la science politique (Wampler, 2007; Baiocchi et. al., 2011; Montambeault, 2014 ; Garibay et. al., 2015). Après 25 ans, les chercheurs peinent encore à évaluer de manière adéquate la façon dont ces dispositifs restructurent les relations entre État et société (Wampler & McNulty, 2011), la façon dont ils transforment les rapports à la citoyenneté démocratique dans la durée, ou encore leur rôle dans les processus de politisation des participants.

 

Alors que de nombreux acteurs en font aujourd'hui la promotion comme outils de bonne gouvernance, certains de ces dispositifs tendent paradoxalement à se désinstitutionnaliser. Que reste-il d'expériences telles que les budgets participatifs ou les conseils communaux, par exemple ? Au-delà des retombées concrètes qui ont d'abord été observées à partir d'études monographiques ou comparatives (inversion des priorités, redistribution de la richesse, reddition de comptes, etc.), quels sont les legs de ces dispositifs qui se sont développés pendant plus de deux décennies en Amérique latine ? Ces expériences ont-elles contribué à restructurer l'État, la société, et les individus qui les composent? Cette section s'intéresse à la fois aux legs des dispositifs participatifs, mais aussi à leur (dés)institutionnalisation. Il s'agira de faire émerger de nouvelles approches théoriques et méthodologiques  pour l'étude des legs des « innovations » participatives en Amérique latine. Il s'agira également, à travers les échanges entre les participants, de retravailler le concept d' « innovation démocratique », qui constitue encore un impensé dans la littérature sur les changements dans les démocraties contemporaines d'Amérique latine.

 

Atelier 2 : Un nouveau cycle de mobilisations sociales en Amérique latine ?

Olivier Dabène, Sciences-Po Paris

Jean-François Mayer, Université Concordia

 

L'épuisement du cycle de croissance économique en Amérique latine met en péril les progrès sociaux accomplis durant les années 2000 et met en exergue les projets de développement socioéconomique reste inachevés. Face au retour des politiques d'austérité, diverses catégories de la population font état de leur préoccupation dans la rue. Ces protestations classiques appuyant des revendications sociales et économiques s'ajoutent à d'autres formes de mobilisations sociales portant sur des thématiques post-matérialistes (mariage pour tous, dépénalisation des drogues, avortement) et empruntant des registres de mobilisation distincts (réseaux sociaux, art). Ce panel cherche à attirer des contributions tant empiriques que théoriques ou méthodologiques abordant les motifs, registres et impacts des diverses mobilisations sociales de l'Amérique latine en phase de post-croissance.

 

Atelier 3 : Violence et villes fragiles en Amérique latine

Tina Hilgers, Université Concordia

Matthieu de Nanteuil, IACCHOS / UCLouvain

 

Les taux de violence urbaine en Amérique latine ont augmenté de façon spectaculaire au cours des dernières décennies. Les taux d'homicides sont parmi les plus élevés dans le monde, la criminalité est endémique, et les citoyens vivent dans la peur de fusillades, d'enlèvements, d'extorsion, de vols et de viols. La police, l'armée, et les acteurs non étatiques armés - y compris les groupes criminels organisés, les trafiquants de drogue, les gangs, les milices et paramilitaires - sont engagés dans des batailles pour le territoire et le soutien civil. Dans les villes fragiles, l'Etat a perdu le contrôle de certaines parties du territoire à concurrence des groupes armés, qui imposent leurs propres formes de loi sur les résidents. Invariablement, ces villes sont caractérisées par un mélange de pauvreté, d'inégalité, de marginalisation et de ségrégation spatiale des classes socioéconomiques. Ce panel examine comment les gens parviennent à vivre dans la ville fragile. Comment fonctionnent et s'adaptent t'ils? Sont-ils en mesure de développer ou de progresser dans leurs aspirations? Les participants du panel considèrent diverses méthodes employées par les individus et les communautés pour faire face au contexte de violence, allant des mécanismes d'adaptation aux actions transformatrices.

 

 

Atelier 4 : Multiples théories pour l'analyse des politiques publiques en Amérique latine

Melina Rocha Lukic, Fundaçao Getulio Vargas

Carla Tomazini, Université Paris 3 (IHEAL-CREDA)

Norma Muñoz del Campo, Universidad de Santiago de Chile

 

Dans le contexte actuel de crise qui affecte les sociétés latino-américaines, l'analyse des politiques publiques a besoin - plus qu'avant - de propositions "multivariables" pour prendre en considération les différents points de vue afin de mieux comprendre la réalité étudiée. Cet atelier propose d'intégrer de multiples théories - surtout par l'approche des « trois i », institutions, intérêts et idées - dans l'étude des politiques publiques en Amérique latine. Cela afin de susciter un débat qui contribue à la littérature sur le changement institutionnel et de réforme dans un contexte marqué par la mondialisation, l'incertitude et la crise politique et économique. Il est également proposé de discuter des outils méthodologiques pour l'étude des politiques publiques. On propose ainsi l'intégration des théories qui mettent en évidence non seulement l'importance des approches institutionnelles qui modèlent des comportements ou expliquent comment les institutions changent ou évoluent ; mais aussi des théories révèlent « la puissance des idées», comme les mécanismes qui créent des institutions et les changements dans l'étude de l'action publique contemporaine.

 

 

Atelier 5 : Médias et politique en Amérique latine : autonomie et dépendances

Julian Durazo Herrmann, UQAM

Erica Guevara, Université Paris 8 - Vincennes St-Denis

 

Pendant les quinze dernières années, les médias ont souffert de profonds bouleversements en Amérique latine. D'une part, dans plusieurs pays, l'arrivée de présidents très dynamiques sur la scène médiatique et interventionnistes en matière de régulation du secteur des médias a conduit à un affrontement direct et à la polarisation des opinions lors de véritables « guerres médiatiques », ébranlant ainsi la relation traditionnelle entre gouvernements et médias. D'autre part, la diffusion des nouvelles technologies et le développement des infrastructures de communication a permis l'apparition de nouveaux acteurs médiatiques, dont de nombreux médias militants qui ont ont conduit à une concurrence accrue sur le marché des médias. Ces nouvelles technologies impliquent cependant aussi des nouveaux phénomènes de concentration qui limitent les voix et les sujets présents sur l'espace public latinoaméricain et permettent à certaines élites d'acquérir ou maintenir le pouvoir politique. Dans ce contexte, les relations entre médias et politique prennent des formes de plus en plus complexes, les médias jouant souvent le rôle d'acteur politique à part entière, notamment dans le choix des enjeux et des acteurs des débats publics. Cette section thématique propose d'interroger ce champ nouveau en en explorant l'imbrication actuelle entre médias et politique dans en Amérique latine.  Nous invitons donc des propositions de communications touchant à ce sujet, que ce soit d'une perspective thématique ou à partir d'un cas d'étude.

 

 

Atelier 6 : Régionalismes latinoaméricains : Au-delà de l'épuisement et de la résilience face au changement de cycle politique

Kevin Parthenay, Sciences-Po Paris

Gordon Mace, Université Laval

L'Amérique latine et ses ordres régionaux sont aujourd'hui autant d'espaces traversés par des mouvements de personnes, de capitaux et de commerce, et par des idées qui n'obéissent plus ni se confinent aux frontières étatiques traditionnelles. Les régionalismes latino-américains ont tenté d'apporter des réponses à ces problèmes transnationaux (sécurité, santé, environnement) ou globaux (développement, insertion économique) qui tendent à dépasser la seule échelle étatique. Toutefois, l'Amérique latine fait aujourd'hui face à un changement de cycle politique et le régionalisme latino-américain en subit directement les conséquences. La destitution de Dilma Rousseff, la crise politique et humanitaire au Venezuela, le rapprochement entre Cuba et les Etats-Unis et le durcissement du pouvoir au Nicaragua sont autant de nouvelles conjonctures face auxquelles chacun des systèmes régionaux (UNASUR, MERCOSUR, SICA, CELAC entre autres) doivent répondre et/ou s'adapter. De nouvelles dynamiques globales, notamment le tournant vers l'Asie, tendent également à donner lieu à nouvelles initiatives régionales comme l'atteste la vitalité de l'Alliance du Pacifique.

Alors que le débat académique oscillait déjà entre l'épuisement du régionalisme (Gardini & Malamud 2012) et la résilience (Dabène 2009 ; Riggirozzi 2015 ; Briceño-Ruiz  & Morales 2016) et alors que les nombreux travaux portant sur le régionalisme « post-hégémonique », « post-libéral » ou « post-commercial » (Sanahuja 2012 ; Tussie & Riggirozzi 2012) ont montré leurs limites, il est nécessaire d'établir un diagnostic sur l'état du régionalisme latino-américain dans une période en pleine mutation. Pour établir ce diagnostic et caractériser la nature contemporaine du régionalisme latino-américain, cet atelier tentera de mettre en avant une approche centrée sur les acteurs. Elle cherchera à offrir un panorama concret du fonctionnement de chacun des ordres régionaux (Börzel & Risse 2016) du sous-continent en portant un double regard sur les acteurs et sur les institutions. Une attention particulière sera portée sur la manière dont les acteurs nationaux et régionaux se saisissent des normes régionales, sur les interactions entre les Etats et les organisations régionales ainsi que sur le personnel politique et techniques intervenant sur les questions régionales. Cet atelier tentera de décentrer le regard en abordant le « régionalisme au concret », notamment à travers ceux qui participent au quotidien au processus de prise de décision (decision-making) et contribuent à façonner les conceptions institutionnelles (institutional design). 

 

Atelier 7 - L'enjeu ethnique dans les sociétés et les diasporas latino-américaines

Victor Armony, UQAM

Veronica Calvo, Sciences-Po Paris

 

Ce panel propose un espace d'analyse et de discussion sur l'ethnicité comme vecteur d'appartenance et de mobilisation collective en Amérique latine ou en contexte diasporique. Loin d'une vision primordialiste, l'ethnicité est comprise comme un fait social, résultant d'un processus de construction de frontières entre des groupes et entre des catégories de la population. S'intéresser à l'ethnicité implique donc examiner les modes d'identification et de représentation qui sous-tendent l'expérience des acteurs, ainsi que les mécanismes de l'inégalité (politique, économique, culturelle) qui leur sont associés. Les présentations dans ce panel porteront, entre autres, sur les luttes pour la reconnaissance des peuples indigènes, sur les revendications des minorités afro-descendantes, sur l'intégration et les conditions de vie des immigrants, sur les dynamiques transnationales de la mobilité, etc. Le fil conducteur en sera la problématisation du rôle de la « différence » ethnoculturelle ou ancestrale dans les rapports sociaux.

 

 

Atelier 8 -  Les crises institutionnelles, les leaderships présidentiels et les élections en Amérique latine

Dario Rodríguez, Sciences-Po Paris

Germán Culow, Université libre de Bruxelles

 

Depuis quelques décennies, le vote est devenu le fondement de la légitimité démocratique par excellence de l'autorité politique en Amérique latine. Les élections se présentent ainsi comme le dispositif central de l'organisation institutionnelle de la vie démocratique. La procédure électorale se consolide en marquant une rupture évidente avec la logique du pendule civico-militaire en vigueur pendant une bonne partie du siècle passé. Mais si l'interventionnisme militaire semble aujourd'hui révolu, des ruptures de la normalité démocratique inédites peuplent le paysage politique latino-américain. Comment expliquer ces nouvelles situations de crise? Mettent-elles en danger la démocratie? C'est à dire, même si elles ne supposent pas un questionnement du type de régime, sont-elles une source d'instabilité démocratique dans la région? Dans ce contexte, il est aussi évident qu'on assiste à un processus de personnalisation des liens de représentation politique revalorisant la place des leaderships présidentiels comme source d'identification citoyenne. Comment examiner ces changements dans la vie politique latino-américaine ? Quelles sont les conséquences par rapport à  la vie démocratique? En privilégiant une stratégie méthodologique comparative, centrée sur la réalisation d'enquêtes de terrain, cette section a comme objectif l'analyse et l'interprétation de la vie politique institutionnelle latino-américaine dans le cadre de la crise du « virage à gauche » dans la région.

 

 

Atelier 9 - Le clivage droite / gauche à l'épreuve du discours politique en Amérique latine

Yeny Serrano, Université de Strasbourg

Ricardo Peñafiel, Université du Québec à Montréal

 

Le discours politique est un lieu de conflictualité, il institue tant les divisions que les rassemblements. En partant de ce postulat de l'analyse du discours, on voudrait ici revenir sur l'efficience du clivage droite / gauche pour étudier la réalité politique latino-américaine : cette ligne de partage peut-elle être transposée à cette région du monde et que recouvre ces deux notions dans le sous-continent américain ? Plus généralement, quelles sont les différentes conceptions de la gauche et de la droite qui coexistent en Amérique latine et quels sont les mots pour dire le clivage ? De même que le populisme, le couple droite / gauche se caractérise par sa grande plasticité ; lieu par excellence de la conflictualité, il s'adapte et se voit redéfini selon les pays et les époques. En privilégiant un travail sur corpus, ce panel a l'ambition d'analyser les significations de ce clivage dans le cadre du « virage à gauche » de l'Amérique latine à partir des années 2000.

 

 

 


17/11/2016    

Le professeur Kamal Bayramzadeh participera au colloque "Le Proche-Orient en recomposition", le 17 novembre 2016 à Reims.


LE PROCHE-ORIENT EN RECOMPOSITION

3èmes Journées Géopolitiques de Reims
Jeudi 17 novembre 2016
Hôtel de Ville de Reims

Cette troisième édition des Journées Géopolitiques de Reims se tourne vers une région au centre de l'actualité : le Proche-Orient (centré sur Syrie, Irak, Jordanie et Liban). L'objectif de la manifestation est donc de souligner la recomposition permanente de cette région. Il s'agit d'appréhender les dynamiques les plus récentes (en particulier l'organisation Etat islamique en Syrie et en Irak).

Les intervenants s'attacheront à expliquer le caractère de « poudrière du monde » de cette région. La Syrie et l'Irak d'aujourd'hui n'existent que partiellement sur le terrain et l'État islamique s'est imposé comme un acteur majeur. Comment de tels bouleversements sont-ils possibles sur un laps de temps si réduit, prenant de court chancelleries occidentales et observateurs internationaux ? Les intervenants souligneront la rapidité des évolutions dans une région qui reste stratégique (hydrocarbures, terrorisme) et qui est marquée par des clivages (ethniques, religieux, sociaux, etc.) et des conflits de répercussions mondiales. Les JGR souligneront la complexité du Proche-Orient afin d'éclairer grand public et chercheurs.

Programme de la journée

9.00 : Accueil

9.30 : Discours de bienvenue - Arnaud Robinet, Député-maire de Reims ; Frédric Piantoni, Maître de conférence, géographe, doyen de l'UFR Lettres et Sciences Humaines, Université de Reims

9.45 - 12.15 : Le Proche-Orient, une notion délicate pour un espace aux multiples conflits

  • 9.45 : Introduction - Stéphane Rosière, Professeur de géographie politique, Équipe de recherche Habiter (EA 2076), Université de Reims Champagne-Ardenne
  • 10.15 : La guerre Civile syrienne - Cyril Roussel, Directeur de recherche au CNRS, Géographe
  • 11.15 : La guerre menée par la coalition internationale, objectifs et ambiguités - Colonel Fabrice Chapelle, Direction Générale des Relations Internationales et de la Stratégie

12.15 : Déjeuner libre

13.45 : Accueil du public

14.00 - 17.00 : Les puissances et acteurs régionaux

  • 14.00 : L'Iran et sa politique d'influence au Machrek - Sharam Alijani, Professeur, Neoma Business School, Équipe de recherche Habiter (EA 2076)
  • 15.00 : Les kurdes dans les conflits en cours - Kamal Bayramzadeh, Enseignant-chercheur en relations internationales, CEFIR (Université de Liège) et CERAP (Paris 13)
  • 16.00 : La Turquie dans l'engrenage des conflits proche-orientaux - Marcel Bazin, Professeur émérite, Équipe de recherche Habiter (EA 2076), Université de Reims Champagne-Ardenne

17.00 : Fin de la journée

Les débats sont animés par Stéphane Rosière (Pr. , Université de Reims).

 

Télécharger le programme au format pdf (473 Ko)

 

Les Journées géopolitiques de Reims (JGR) sont un événement culturel qui associe conférences avec des chercheurs reconnus et autres manifestations publiques suivant les années. L'objectif des JGR est de faire connaître la spécialité « géopolitique » de l'URCA au plus grand nombre sur le modèle de manifestations qui existent déjà en France (Grenoble, Brest, Nantes).

Participation libre et gratuite.
Afin de faciliter l'organisation de cet évènement, merci de vous inscrire sur ce formulaire.

 

 


16/11/2016    

Sebastian Santander et Antonios Vlassis participerons au colloque international "Les partenariats transatlantique et transpacifique à l’ère de l’interconnexion", les 16, 17 et 18 novembre 2016, UQAM, Canada


Deux membres du CEFIR, le professeur Sebastian Santander et le chercheur Antonios Vlassis participent au colloque international "Les partenariats transatlantique et transpacifique à l'ère de l'interconnexion", les 16, 17 et 18 novembre 2016, UQAM, Canada.

 

Pour plus de détails, veuillez vous référer au programme ci-dessous :

Les partenariats transatlantique et transpacifique à l'ère de l'interconnexion

Les 16 et 17 novembre 2016, à la salle de la reconnaissance, D-R200 (UQAM)


INSCRIVEZ-VOUS 

Programme du Colloque International - Les partenariats transatlantique et transpacifique à l'ère de l'interconnexion (PDF - 505.4 ko)Biographies des conférenciers (PDF - 1.3 Mo)

Trois partenariats d'une ampleur inédite prennent forme simultanément : le Partenariat transpacifique (Trans-Pacific Parnership), qui implique douze pays de l'Asie-Pacifique, dont les États-Unis ; le Partenariat économique régional élargi (Regional Comprehensive Economic Partnership), qui implique les dix pays de l'ASEAN et six pays d'Asie-Pacifique, dont la Chine ; et Partenariat transatlantique (Transatlantic Trade and Investment Partnership) entre les États-Unis et les 28 pays de l'UE.

  1. Peut-on parler d'une nouvelle génération d'accords commerciaux, et si oui, quelles en sont ses caractéristiques ?
  2. À la lumière des négociations conclues ou en cours, peut-on parler d'une reconfiguration des espaces transatlantique et transpacifique ?
  3. En quoi les nouveaux partenariats se démarquent-ils des accords antérieurs et sont-ils comparables entre eux en ce qui concerne l'investissement, les services, les nouveaux sujets de négociation ou encore la coopération ?

En savoir plus 


PROGRAMME PRÉLIMINAIRE

Jour 1 - 16 Novembre 2016 (Montréal)

Les nouveaux partenariats - Mise en perspective

8h30 - 9h00

Mot de bienvenue

Catherine Mounier, Vice-rectrice à la recherche et à la création, UQAM

Ouverture officielle

Danielle Charles-Le-Bihan (Directrice du GIS-Centre d'excellence Jean Monnet de Rennes, Chaire européenne Jean Monnet, Professeur à l'université Rennes 2, Droit public, membre du laboratoire IODE UMR CNRS 6262) - Céline Lévesque
(Université d'Ottawa, Droit public) - Michèle Rioux (Université du Québec à Montréal, CEIM)

9h00 - 10h00

Conférence inaugurale

Présidence : Christian Deblock, Université du Québec à Montréal

L'Union Européenne, face à la multiplication des interconnexions commerciales interrégionales et à leurs implications politiques
Mario Telò
Titulaire de la Chaire Jean Monnet Université libre de Bruxelles, professeur à la LUISS de Rome et membre de l'Académie Royale des Sciences de Belgique

Mario Telò - L'Union Européenne face à la multiplication des interconnections commerciales interrégionales et à leurs implications politiques (PDF - 933.8 ko)

10h15 - 11h00

Présidence : Michèle Rioux, Université du Québec à Montréal, Science politique, CEIM

Summit of the Americas Facing an Era of New Partnerships
Jane Thery
Directrice par intérim du Secrétariat des Sommets des Amériques (OEA)

11h00 - 12h15

Panel 1 : Les Amériques dans un monde multipolaire (in English)

Présidence : Marley Weiss, University of Maryland, Legal Department

Cuba and the New US Trade Policy in a Global Context
Denis Rey
University of Tampa, Political Science

The Never-Ending Quest for a United Latin America
Victor Armony
Université du Québec à Montréal, Sociologie

The Eurasian Economic Union : A Geoeconomic Challenge for the Americas ?
Yann Breault
Université du Québec à Montréal, Science politique, Coordonnateur du CEIM et fondateur de l'Observatoire de l'Eurasie

12h30 - 14h00

Conférence-midi

Présidence : Jane Thery, OEA

Democracy and Human Rights in Latin America
Aimee Arias Kanner
Florida Atlantic University, Political Science

14h - 15h45

Panel 2 : L'Union européenne face à la reconfiguration des relations Transatlantiques

Présidence : Catherine Flaesch-Mougin, Chaire européenne Jean Monnet ad personam, Université de Rennes 1, membre du laboratoire IODE UMR CNRS 6262 et du GIS-Centre d'excellence Jean Monnet de Rennes

La diplomatie commerciale européenne face à la reconfiguration des échanges dans la zone géographique Asie-Pacifique
Joël Lebullenger
Chaire européenne Jean Monnet, Université de Rennes 1, Droit public, membre du laboratoire IODE UMR CNRS 6262 et du GIS-Centre d'excellence Jean Monnet de Rennes

Joël Lebullenger - La diplomatie européenne face à la reconfiguration des échanges commerciaux dans la zone géographie Asie-Pacifique (PDF - 182.6 ko)

Vers un accord d'association de libre-échange interrégional UE/Mercosur : mirage ou réalité ?
Sébastien Santander
Université de Liège, Science politique

Sebastian Santander - Vers un accord d'association de libre-échange interrégional UE-Mercosur mirage ou réalité ? (PDF - 336.7 ko)

La nouvelle génération de partenariats et accords économiques entre « like- minded countries » : une résurrection du concept de traité-contrat
Richard Ouellet
Université Laval, Faculté de droit

16h00 - 17h15

Table-ronde : Les Amériques face au partenariat transpacifique

Présidence : Mathieu Arès, École de politique appliquée, Université de Sherbrooke et co- directeur de l'Observatoire des Amériques

Le TPP et le futur du commerce bilatéral Brésil-Chine
Carlos Americo Moreira
Universidad Federal de Caera, Fortaleza

Le Brésil et le TPP
Edison Rodrigues Barreto Jr
Fluminense Federal University, Campus do Gragoatá, Economy

Les grands défis du Mexique face au TPP
Nicolas Foucras
ITESM, Campus Monterrey, Science politique

17h30 - 18h30

Conclusion de la première journée

Stéphane Paquin
École nationale d'administration publique

18h30 - 19h30

Cocktail

JOUR 2 - 17 novembre 2016 (Montréal)

La comparaison des modèles institutionnels

8h30 - 10h30

Panel 3-A : Concurrence, consommation et innovation dans les partenariats

Salle de la reconnaissance (D-R200)

Concurrence numérique, des deux côtés de l'Atlantique
Michèle Rioux
Université du Québec à Montréal, CEIM, Science politique

Marcelo Guimarães
Université Fédérale du Pernambouc (Brésil), droit international

Les règles de concurrence appréhendées par le WGTCP de l'OMC et dans les négociations du TTIP : quelles évolutions juridiques et politiques
François Souty
Professeur associé à l'Université de La Rochelle, Coordinateur des autorités de concurrence de l'OCDE à la CNUCED>

François Souty - Les règles de concurrence appréhendées par le WGTCP de l'OMC aux négociations du TTIP quelles évolutions juridiques et politiques (PDF - 346.4 ko)

Libre-échange et concurrence : les consommateurs oubliés
Thierry Bourgoignie
Université du Québec à Montréal, Sciences Juridiques

Résumé - Thierry Bourgoignie (PDF - 314.5 ko)Accords de libre-échange et intégration des marchés : les consommateurs oubliés - Thierry Bourgoignie (PDF - 538.8 ko)

Droit de la concurrence, innovation et propriété intellectuelle (provisoire)
Pierre-Emmanuel Moyse
Université McGill, Faculté de droit, directeur du Centre des politiques en propriété intellectuelle

8h30 - 10h30

Panel 3-B : Enjeux migratoires dans un monde interconnecté (Table-ronde organisée en collaboration avec le Réseau d'études latino-américaines de Montréal, RELAM)

Présidence : Victor Armony, Université du Québec à Montréal, Sociologie Salle A-1715

Les (re)formulations de la politique québécoise d'immigration
Mireille Paquet
Université Concordia, Political Science

Ne demandez pas ce que l'État peut faire pour faciliter votre insertion en emploi, demandez-vous ce que VOUS pouvez faire pour augmenter votre « capital humain » : les problèmes d'intégration professionnelle des immigrants au prisme de l'idéologie (néo)libérale
Paul Eid
Université du Québec à Montréal, Sociologie

L'équité et l'insertion des immigrants au marché du travail canadien
Nong Zhu
Institut national de la recherche scientifique, Centre Urbanisation Culture Société

Migration et réglementation professionnelle : croisement ou heurt des perspectives nationale et internationale ?
André Gariépy
Commissaire aux plaintes en matière de reconnaissance des compétences professionnelles, Office des professions du Québec

10h45 - 12h30

Panel 4-A : Les nouveaux accords transrégionaux : un défi démocratique ?

Présidence : Dorval Brunelle, Université du Québec à Montréal, Sociologie Salle de la reconnaissance (D-R200)

Démocratiser la gouvernance des nouveaux accords transrégionaux : étude comparative des expériences européennes et américaines
Jean-Baptiste Velut
Université Sorbonne Nouvelle, CREW

L'implication du citoyen l'élaboration des partenariats transatlantiques
Cécile Rapoport
Université de Rennes 1, membre du laboratoire IODE UMR CNRS 6262 et du GIS-Centre d'excellence Jean Monnet de Rennes

Qui mène le bal ? Les nouvelles négociations économiques internationales à l'ère de la reconfiguration des espaces transatlantique et transpacifique
Yan Cimon
Université Laval, Faculté des sciences de l'administration, CIRRELT

Érick Duchesne
Université Laval, Science politique, IHEI

Richard Ouellet
Université Laval, Faculté de droit

10h45 - 12h30

Panel 4-B : Le partenariat transpacifique et les négociations régionales en Asie

Présidence : Joseph Chung, Observatoire de l'Asie de l'Est, Université du Québec à Montréal Salle A-1715

Les négociations en Asie de l'Est - Un état des lieux
Éric Boulanger
Université du Québec à Montréal, Science politique

Inde : le dilemme TPP/RCEP
Serge Granger
Université de Sherbrooke, École de politique appliquée

L'état des négociations en Asie du Sud-Est (ASEAN)
Éric Mottet
Université du Québec à Montréal, Géographie

La Chine et les négociations commerciales en Asie
Ting-Sheng Lin
Université du Québec à Montréal, Science politique

Les nouvelles dimensions normatives

14h00 - 15h45

Panel 5-A : Nouveaux partenariats, nouveaux acteurs, nouveaux cadres Institutionnels

Présidence : Olivier Delas, Université Laval Salle de la reconnaissance (D-R200)

La Cour, acteur de l'ombre dans les négociations des accords de libre-échange de l'Union européenne
Catherine Flaesch-Mougin
Chaire européenne Jean Monnet ad personam, Université de Rennes 1, membre du laboratoire IODE UMR CNRS 6262 et du GIS-Centre d'excellence Jean Monnet de Rennes

Une possible transposition du nouveau mécanisme d'arbitrage investisseur-État de l'AECG au PTCI ?
Hervé A. Prince
Université de Montréal, Faculté de droit

Le chapitre sur l'investissement de l'AECG : entre innovation et reproduction
Guillaume Beaumier
Université Laval, Science politique

Le rôle des provinces dans les négociations commerciales : une comparaison entre le PTP et l'AECG
Stéphane Paquin
École nationale d'administration publique

14h00 - 15h45

Panel 5-B : Clause sociale, commerce et travail : convergence ou confrontation de modèles ?

Présidence : Yanick Noiseux, Université de Montréal Salle A-1715

Le Canada, l'AECG et le TPP
Pierre Bouchard
Emploi et développement social Canada

La modélisation des clauses sociales dans les accords commerciaux transatlantiques à la lumière de leurs sources
Frédérique Michéa
Université de Rennes 1, membre du laboratoire IODE UMR CNRS 6262 et du GIS-Centre d'excellence Jean Monnet de Rennes

Trexit or Trenegotiation ? Can the Trans-Pacific and Trans-Atlantic Partnerships Be Resurrected in Democratically and Socially Responsible Form or Will the Regional Mega-Agreements Die Stillborn ?
Marley Weiss
University of Maryland, Law

Accords commerciaux et clauses sociales. Vers une convergence globale ?
Sylvain Zini
Université du Québec à Montréal, Science politique

16h00 - 17h45

Panel 6-A : La nouvelle donne numérique des deux côtés de l'Atlantique

Présidence : Yves Théorêt, Université du Québec à Montréal Salle de la reconnaissance (D-R200)

La nouvelle donne numérique externe : entre ouverture des marchés et souveraineté européenne
Annie Blandin
Télécom Bretagne, membre du laboratoire IODE UMR CNRS 6262 et du GIS-Centre d'excellence Jean Monnet de Rennes

Les partenariats transatlantique et transpacifique et la réglementation du numérique : convergence ou concurrence des approches juridiques ?
Gaël Le Roux
Université Libre de Bruxelles & Aix-Marseille Université, Droit et sciences politiques

GLR - projet d'article TPP, TTIP, CETA et nume?rique - Novembre 2016 (PDF - 685.5 ko)

Les négociations transatlantiques et les plateformes numériques
Destiny Tchéhouali
Université du Québec à Montréal, Science politique

Industries culturelles et accords commerciaux à l'âge de l'interconnexion : de la
fragmentation à la convergence numérique ?

Antonios Vlassis
Université de Liège, Faculté de Philosophie et de Sciences sociales

Antonios Vlassis - Partenariats commerciaux, numérique et culture : L'effacement de l'exception culturelle ? (PDF - 853.9 ko)

Les produits culturels et numériques dans les accords commerciaux américains
Gilbert Gagné
Université Bishop's, Politics and International Studies

16h00 - 17h45

Panel 6-B : Nouveaux partenariats, nouveaux enjeux internationaux

Présidence : Christian Deblock, Université du Québec à Montréal, et Joël Lebullenger, Université de Rennes 1
Salle A-1715

Impact des relations transatlantiques sur les ressources naturelles. La question des ressources halieutiques dans les accords commerciaux transatlantiques
Danielle Charles-Le-Bihan
Directrice du GIS-Centre d'excellence Jean Monnet de Rennes, Chaire européenne Jean Monnet, Professeur à l'université Rennes 2, Droit public, membre du laboratoire IODE UMR CNRS 6262

Le règlement des différends dans les partenariats transatlantiques et transpacifiques - entre une solution américaine classique ou un renouveau européen
Laurence Marquis
Université de Sherbrooke, Droit international

Les structures institutionnelles de la coopération réglementaire dans les accords commerciaux globaux
Laura Guillenteguy
Université de Rennes 1, membre du laboratoire IODE UMR CNRS 6262 et du GIS-Centre d'excellence Jean Monnet de Rennes

Impact des accords et traités transatlantiques sur la relation bilatérale France- Québec
Alice Cartier
Université Laval et Université Paris 2 - Panthéon Assas, Droit

18h00 - 19h00

Intégration régionale en Afrique et politique européenne de coopération au développement 
James Mouangue Kobila 
Université de Douala, Droit international économique

JOUR 3 - 18 novembre 2016 (Ottawa)

11h30 - 13h00

Dîner d'honneur portant sur l'environnement et le commerce

M. Will Amos
Député et membre du Comité permanent sur l'environnement et le développement durable (à confirmer)

13h15 - 15h15

Panel 7 : Le règlement des différends investisseurs-États dans les accords récents de partenariats économiques

Présidence : Joël Lebullenger, Chaire européenne Jean Monnet, Université de Rennes 1, Droit public, membre du laboratoire IODE UMR CNRS 6262 et du GIS-Centre d'excellence Jean Monnet de Rennes

La cohérence et la légitimité du droit de l'investissement comme facteurs de changement du mécanisme de règlement des différends investisseurs-États
Jean-Francois Hébert
Affaires mondiales Canada, Direction du droit commercial international/JLT

En quête de prééminence dans le règlement des différends investisseurs-États : le leadership américain et européen dans les accords récents de partenariats économiques
Céline Lévesque
Université d'Ottawa, Faculté de droit

La préservation du droit de réglementer des États et le rôle des Parties dans l'interprétation des obligations en matière d'investissement
Armand de Mestral
Université McGill, Faculté de droit

AECG, TPP et clauses de survies des TBI : le risque de forum shopping existe-t-il ?
David Pavot
Université de Sherbrooke, Faculté de droit

15h15 - 16h00

Panel de clôture

Christian Deblock, Joël Lebullenger, Céline Lévesque, Michèle Rioux

16h00 - 18h00

Cocktail


DESCRIPTION

Les partenariats transatlantique et transpacifique à l'ère de l'interconnexion

Les 16 et 17 novembre 2016, à la salle de la reconnaissance, D-R200 (UQAM)

Trois partenariats d'une ampleur inédite prennent forme simultanément : le Partenariat transpacifique (Trans-Pacific Parnership), qui implique douze pays de l'Asie-Pacifique, dont les États-Unis ; le Partenariat économique régional élargi (Regional Comprehensive Economic Partnership), qui implique les dix pays de l'ASEAN et six pays d'Asie-Pacifique, dont la Chine ; et Partenariat transatlantique (Transatlantic Trade and Investment Partnership) entre les États-Unis et les 28 pays de l'UE. Parallèlement, les accords commerciaux continuent de proliférer, en Asie tout particulièrement, nouveau foyer du régionalisme. Le régionalisme et l'intégration régionale connaissent aussi un nouveau souffle en Afrique et en Amérique latine. Autre tendance : les partenariats Sud-Sud impliquant pays émergents et pays en développement rivalisent désormais avec les traditionnels partenariats Nord-Sud. Le Canada, de son côté, a conclu un accord économique et commercial global avec l'UE, est partie au partenariat transpacifique et négocie plusieurs accords, en Asie notamment. Ces partenariats et accords participent, à un premier niveau, de l'approfondissement de la mondialisation, notamment en ce qui a trait au besoin de favoriser l'interconnexion des espaces économiques et de rendre les systèmes réglementaires interopérables. Il s'agirait donc d'une nouvelle génération d'accords commerciaux, qui présenteraient la particularité de viser l'interconnexion normative plutôt que l'intégration régionale. Et à un second niveau, plus géopolitique, ils participent de la multipolarisation du monde et, plus particulièrement, du déplacement de son centre de gravité économique vers l'Asie. Nous proposons trois questions centrales pour la discussion :

  1. Peut-on parler d'une nouvelle génération d'accords commerciaux, et si oui, quelles en sont ses caractéristiques ?
  2. À la lumière des négociations conclues ou en cours, peut-on parler d'une reconfiguration des espaces transatlantique et transpacifique ?
  3. En quoi les nouveaux partenariats se démarquent-ils des accords antérieurs et sont-ils comparables entre eux en ce qui concerne l'investissement, les services, les nouveaux sujets de négociation ou encore la coopération ?

Les conférenciers partageront leur approche d'analyse tout en cherchant spécifiquement à dresser un état des lieux et à présenter des pistes d'analyse et de recherche pour comprendre : l'évolution des processus de l'intégration vers les nouvelles dynamiques d'interconnexion dans les Amériques ; les implications juridiques et institutionnelles ainsi que les nouveaux enjeux (coopération règlementaire, commerce-culture ; clauses sociales, droits humains, télécommunications et commerce électronique, propriété intellectuelle, investissements et règlement des différends ...) liés à la reconfiguration des relations transatlantiques ; les mises en perspective des expériences américaines, européennes et asiatiques et la comparaison des caractéristiques entre les accords antérieurs et les nouveaux partenariats.

Le Colloque international est organisé par le Centre d'études sur l'intégration et la mondialisation (CEIM / UQAM) en collaboration avec la Faculté de droit, Section de droit civil, de l'Université d'Ottawa, le Centre d'Excellence Jean-Monnet de Rennes et l'Institut de l'Ouest Droit Europe (IODE) de l'Université de Rennes 1.

Programme du Colloque International - Les partenariats transatlantique et transpacifique à l'ère de l'interconnexion (PDF - 505.4 ko)Biographies des conférenciers (PDF - 1.3 Mo)


Pour plus de renseignements :

Yann Breault breault.yann@uqam.ca

Inscription obligatoire : 
INSCRIVEZ-VOUS 

Les organisateurs du colloque

 

 


14/11/2016  

Une opinion du professeur Sebastian Santander pour La Libre, "Trump, potentiel facteur accélérateur de la désintégration européenne ?", le 14 novembre 2016


Une opinion de Sebastian Santander, professeur de science politique à l'Université de Liège et au Collège d'Europe de Natolin.

C'est un lieu commun de dire que la construction européenne est en crise et un euphémisme d'affirmer que ses décideurs s'avèrent impuissants à remettre l'Europe sur les rails. Mais les affaires pour l'Europe ne risquent pas de s'améliorer avec Donald Trump. Européens et Américains ont de tout temps partagé l'idée que les États-Unis sont le parrain de la construction européenne. La raison est simple : ils considèrent que les États-Unis ont exercé un rôle décisif dans l'édification et la consolidation d'une Europe unie. Cette vraie ou fausse croyance a poussé l'Europe et les chancelleries européennes à faire des États-Unis un socle central de leur intégration ainsi qu'un partenaire stratégique « irremplaçable », alors que l'inverse n'est pas nécessairement vrai. 

Mais voilà, aujourd'hui la population américaine a élu aux plus hautes fonctions politiques du pays un président qui aspire à faire de l'agenda interne sa priorité absolue (emploi, économie, infrastructure, immigration). Cette population séduite par le slogan « America first » - repris de l'Amérique isolationniste de l'entre-deux-guerres - a voté pour le repli sur soi. Il s'agit, notamment, d'une population qui a peur d'être minorisée dans son propre pays du fait de la montée en puissance des minorités, qui se sent incomprise et lâchée par les élites de Washington, qui est en colère car 5% de la population américaine concentre plus de 85% des richesses, qui se sent exclue car la crise de 2007-2008 a accéléré son appauvrissement et qui conspue la mondialisation du fait qu'elle appauvrirait la société et, détruirait emplois et industries. 

Dans la vision des choses de Donald Trump, l'international semble faire partie du problème, pas de la solution. Si Obama a accordé durant sa présidence une attention distraite au partenariat transatlantique et à ses alliés européens, Trump, quant à lui, a un a priori négatif tant vis-à-vis de l'Otan que de l'Europe institutionnelle. Il considère l'Otan « obsolète » et son maintien ne tient, selon lui, qu'aux États européens qui doivent contribuer davantage à leur politique de défense respective. À défaut de quoi il risque de revoir les « termes du contrat » de l'Otan à la baisse. Ce qui préoccupe les européens d'autant que Trump ne serait pas opposé à un rapprochement stratégique avec la Russie et à l'idée de donner aux Russes plus de latitudes dans la géopolitique mondiale. À moins que Trump reste fidèle à sa réputation d'homme imprévisible et change sa vision tant par rapport à l'alliance transatlantique qu'à la Russie. 

Quant à l'avis qu'il se fait du projet européen, celui-ci s'est clairement manifesté durant toute la campagne du Brexit où il a apporté son soutien à la cause de Nigel Farage du parti europhobe et anti-immigration UKIP. Trump s'est même érigé en M. Brexit et prédit que sa « victoire sera un Brexit plus plus plus ». Ces propos sont en conformité avec le discours anti-élites et anti-establishment ambiant. Dès lors, le moindre qu'on puisse dire est que Trump ne s'intéresse pas à l'UE en tant que projet. Il trouve même qu'elle peut constituer un problème potentiel. Raison pour laquelle les institutions européennes sont nerveuses et inquiètes. D'autant qu'un certain nombre de partis populistes et europhobes, qui ont le vent en poupe en Europe, se sentent proches de Trump. Ce qui amène certains eurocrates à considérer la victoire du magnat de l'immobilier comme « une catastrophe » susceptible de créer « un défi existentiel » pour l'intégration européenne. 

La victoire de Trump combinée au sentiment croissant d'insécurité (économique, sociale, identitaire), à la crise de la représentation des pays européens et à l'érosion continue de la légitimité de l'UE pourraient donner des ailes aux partis contestataires et anti-système. L'Europe sera confrontée à de nombreuses échéances électorales et référendaires importantes dans les mois à venir dont les résultats pourraient la fracturer davantage : référendum constitutionnel en Italie à haut risque ; élections allemandes sous fond de crise des réfugiés et de montée en force du parti populiste AfD ; élection présidentielle française dans un contexte agité et de renforcement du Front national dans l'opinion publique ; élections aux Pays-Bas où Geert Wilders, président du parti islamophobe et europhobe PVV, espère exploiter le Brexit pour proposer l'organisation d'un référendum sur un « Nexit ». 

Si Trump ne compte pas appuyer directement les populismes en Europe, sa victoire risque de les inspirer davantage. En outre, il souhaite avoir comme interlocuteurs des États européens plutôt qu'une institution supranationale qui, d'après lui, est en train de « s'écrouler ». Et surtout des États ayant des gouvernements à l'écoute de ses demandes afin de renégocier les accords transatlantiques existants. Si les gouvernements populistes, europhobes et souverainistes semblables à celui d'Orban en Hongrie s'avéraient plus favorables aux intérêts américains, Trump pourrait alors être intéressé à développer des relations avec eux. Ce qui risquerait d'animer davantage les divisions intra-européennes et partant accentuer la spirale de désintégration dans laquelle se trouve le projet européen. À moins que l'Europe saisisse l'occasion pour couper le cordon ombilical avec son parrain américain (notamment en matière de défense), prenne son destin en main et agisse sérieusement pour combler le gouffre qui sépare les élites des préoccupations quotidiennes des citoyens européens. Pourront-ils le faire ? That is the question !

 

 


11/11/2016  

Interview du professeur Sebastian Santander pour le Bruxelles Bondy Blog, "Donald Trump déteste-t-il vraiment la Chine ?", le 11 novembre 2016


Donald Trump déteste-t-il vraiment la Chine ?

C'est officiel, Donald Trump est le 45ème président des États-Unis d'Amérique. Il a mené une campagne dans laquelle il s'est fait remarquer avec certaines phrases « choc » qui ont marqué les esprits. Il affirmait par exemple, que le réchauffement climatique n'était qu'une invention chinoise pour mettre à mal le développement industriel américain. Donald Trump avait en effet désigné Pékin comme son principal adversaire au niveau économique. Il proposait d'instaurer une taxe spéciale sur l'importation de tout produit en provenance de Chine. Des prises de position qui laissent penser que les relations entre les deux grandes puissances mondiales deviendraient très fragiles après l'élection du candidat républicain.

Une élite chinoise satisfaite

Ce n'est pas l'avis de Sebastian Santander, professeur en relations internationales à l'université de Liège (ULg). Selon lui, si la population chinoise a pu être refroidie par de tels propos, l'élite politique savait que le discours de Trump était élaboré de manière à séduire l'opinion publique américaine. Le gouvernement chinois serait même très satisfait par quelques ambitions du nouveau président républicain. Son désir de retraite au niveau de la politique internationale est un bon exemple. Donald Trump estime en effet que le déploiement militaire américain dans diverses régions du globe coûte beaucoup trop cher à l'État.

Sebastian Santander explique que si (et seulement si) le programme de Trump venait à être appliqué, nous pourrions observer une diminution des effectifs militaires présents dans plusieurs bases américaines, notamment celles d'Asie. Une nouvelle qui ravirait Xi Jinping, mais beaucoup moins le Japon et la Corée du Sud. Ces derniers luttent constamment contre l'influence grandissante de la Chine dans la région.

Vers la fin de l'accord de partenariat transpacifique ?

La politique de Donald Trump diffère totalement de celle de son prédécesseur, Barack Obama. Le républicain a clairement remis en cause la signature du Trans-Pacific Partnership (TPP) ou « accord de partenariat transpacifique ». Cet accord avait été négocié par Obama avec le Japon, l'Australie, le Canada, et certains pays d'Amérique latine. Il visait à contrer le développement économique fulgurant de la Chine et s'inscrivait dans la politique de « pivot » d'Obama. Sa volonté était d'avoir une influence économique et militaire de l'autre côté du Pacifique.

Si les relations entre la Chine et les États-Unis ne deviennent pas amicales durant les prochains mois, elles seront vraisemblablement moins catastrophiques que ce que laissaient présager les propos de l'ancien candidat Donald Trump. Le président Chinois Xi Jinping a d'ores et déjà annoncé qu'il était « impatient de travailler, sans conflit et sans confrontation » avec le 45ème président des États-Unis.

 

 


09/11/2016  

Interview du professeur Sebastian Santander pour La Libre, "Trump va inspirer les populismes en Europe", le 9 novembre 2016


Pour le professeur Sebastian Santander de l'ULg, cette victoire du Républicain pourrait donner des ailes aux populismes en Europe.

La victoire de Donald Trump aura inévitablement des conséquences sur le politique internationale des USA. Mais pas seulement. De notre côté de l'Atlantique aussi, ce succès électoral pourrait donner des ailes à un populisme qui a le vent en poupe depuis plusieurs années.

"Donald Trump a fait sauter toute une série de verrous. Il a tenu des propos homophobes, il a eu un discours contre les migrants, il a insulté les handicapés...", énumère Sebastian Santander, professeur en sciences politiques à l'université de Liège. "Sur les réseaux sociaux, cela a une conséquence directe : les gens se lâchent de plus en plus aux Etats-Unis. Je pense que certains partis européens d'extrême droite pourraient surfer sur la vague. Ils vont se dire : si ça a marché pour lui, pourquoi ça ne marcherait pas pour nous ?"

En France, Marine Le Pen a déjà salué la victoire du Républicain. "Quelqu'un comme Viktor Orban, le Premier ministre hongrois, s'est aussi prononcé ouvertement en faveur de Donald Trump", ajoute le professeur de l'Ulg.

 

La Belgique va-t-elle devoir revoir sa politique de défense ?

En Belgique aussi, une victoire de Donald Trump risque d'avoir des conséquences. En premier lieu sur notre politique en matière de défense. "Trump a déjà menacé de se retirer de l'OTAN, reprend M. Santander. Il reproche aux états européens de ne pas consacrer 2% de leur PIB à la politique de défense. En clair : si à la première réunion de l'OTAN Trump tape du poing sur la table, il faudra peut-être revoir notre position en matière de défense."

Car si Trump venait à mettre ses menaces à exécution, l'Europe se retrouverait à découvert par rapport à la Russie. "Trump est d'ailleurs pour une alliance plus étroite avec les Russes. Il ne veut pas la confrontation. Cela pourrait constituer une menace pour les pays baltes, à la frontière desquels la Russie multiplie les manoeuvres militaires."

Sur le plan économique, il faut aussi s'attendre à du changement. Le Républicain est d'abord contre le TTIP.  "Donald Trump tient un discours anti-mondialisation. Quand on sait que les échanges entre l'Europe et les Etats-Unis représentent 2 milliards de dollars chaque jour, cette vision risque d'avoir des répercussions Mais ce sera aussi le cas pour les Etats-Unis, si Trump vient à sanctionner ses principaux partenaires économiques que sont le Mexique, la Chine, le Canada et l'Europe... Car 30% du PIB américain dépend du commerce international."

 

Trump n'aura pas tous les pouvoirs

Pour le professeur Santander, il faut cependant rester prudent. Premièrement parce qu'il y souvent une différence entre les arguments de campagne et les actes. Deuxièmement parce que, même s'il est présenté comme l'homme le plus puissant du monde, le président américain n'a pas tous les pouvoirs.

"Tous les Républicains ne suivent pas Donald Trump. Et le président doit tenir compte du Congrès. Or, les Etats-Unis ne fonctionnent pas comme la Belgique où il existe des logiques de partis. Là-bas, chacun vote selon ses sensibilités. Il y aura donc des garde-fous. Trump ne fera pas ce qu'il veut"

Et quand on sait que le programme économique de Trump va à l'encontre du libéralisme prôné par le parti républicain, toutes les propositions du président ne passeront pas comme une lettre à la poste.

 

 


07/11/2016  

Le professeur Sebastian Santander a participé au débat télévisé sur la RTBF pour discuter du thème suivant : "Face à face présidentiel: quel futur pour les USA ?", le 6 novembre 2016


Le professeur Sebastian Santander a participé au débat télévisé sur la RTBF pour discuter du thème suivant : "Face à face présidentiel: quel futur pour les USA ?", le 6 novembre 2016.

Vous pouvez voir ce débat en cliquant sur le lien suivant : 

http://www.rtbf.be/auvio/detail_face-a-face-presidentiel-quel-futur-pour-les-usa?id=2156953 


04/11/2016  

Interview of professor Sebastian Santander on Reflexions ULg, "Has Obama’s foreign policy been rudderless?", November 3, 2016


At the end of this second term, the American president Barack Obama has been subjected to a lot of criticism based on his foreign policy record. As well as being accused of not having a clear political doctrine by comparison with his predecessor George W. Bush, Obama has also been held single-handedly responsible for the decline of American power and leadership in the world. While his record can indeed be said to be a mixed bag, his foreign policy deserves to be judged objectively and not subjected to mere ridicule. This is what Sebastian Santander, Professor of Political Science and Director of the Center for International Relations Studies at the University of Liege, has set out to do in an article (1) entitled: "Has the Obama administration (really) been making it up as it goes along on the international stage?"   

To read the full interview, please click on the following link : 

http://reflexions.ulg.ac.be/cms/c_431727/en/has-obamas-foreign-policy-been-rudderless

 


25/10/2016  

DIR ARD: call for ERC Consolidator grant


Chers chercheurs,

(english version below)

Le Conseil Européen de la Recherche (ERC) vient d'ouvrir l'appel Consolidator Grant. Cet instrument se focalise sur l'excellence, tant du chercheur que du projet. Il sert à financer un chercheur (Principal Investigator) et son équipe, pour  lui permettre de poursuivre sa recherche avant-gardiste et à haut risque/haute valeur ajoutée.
Toutes les informations sont disponibles via le document en annexe et via la page officielle de l'appel. La date limite pour la soumission des dossiers via le Participant Portal est fixée au jeudi 9 février 2017 à 17h.

Vous trouverez les points clés de cet appel dans le document joint.

Toute personne désireuse de déposer un ERC CoG ou d'avoir des informations complémentaires à ce sujet, est invitée à se manifester auprès de l'ARD (Ophélie Ladrière - 5637 - oladriere@ulg.ac.be).

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Dear researchers,

The ERC Consolidator Grant call is now open. All information needed are present in the attached document and on the official website of the call. The deadline for this call is the 9th of February, 17 :00 :00 (Brussels Local Time).
The attached file gather all practical information concerning this call.
Any person interested in applying to the CoG or needing any additional information concerning this call, is welcome to contact the R&D office (Ophélie Ladrière - 5637 - oladriere@ulg.ac.be).

Bien cordialement,
Yours sincerely,

Ophélie LADRIERE
Université de Liège
Administration R&D
Place du XX Août, 7 (Bât. A1)
B-4000 Liège
Tél : +32 (0)4 366 56 37
Fax : +32 (0)4 366 55 58 


19/10/2016

Conference: Arsim Sinani, "Western Balkans between the EU and the Russian and Turkish Challenges", CEFIR, University of Liège, October 20, 2016


Professor Arsim Sinani invited to the University of Liège

The Center for International Relations Studies (CEFIR) which is an integral part of the Faculty of Law, Political science and Criminology of the University of Liège has the pleasure to invite professor Arsim Sinani to give a lecture in our course attended by master's students in political science (SPOL2226-1 Seminar on international relations - group 2 : Western Balkans: field of action for the EU and Emerging Powers?).

Title of the conference: "Western Balkans between the EU and the Russian and Turkish Challenges"

Time and Place: October 20, 2016, from 11:00 a.m. to 1:00 p.m., 

Room: Séminaire 11, B31, Sart-Tilman, Belgium.

 

Arsim Sinani Biography

Professor at AAB University and University of Prishtina (Kosovo), and University of Durrës (Albania). 

In charge of the Center for International Relations and Balkan Studies (Macedonia).

PhD from the Institute of European Studies - University of Tirana (Albania).

Editor of the journal Revista Shkencore Ndërkombëtare Diskutime.

 


17/10/2016  

Interview du professeur Sebastian Santander pour la RTBF, "Castro à Cuba 1959 à 1969", 17 octobre 2016.


Le 31 décembre 1958, le photojournaliste américain Lee Lockwood se rend à Cuba à la veille de la prise du pouvoir par Fidel Castro...


Il y reviendra plusieurs fois durant les dix années suivantes, muni d'un accès privilégié au cercle privé du leader et un laisser-passer sans les restrictions habituelles imposées aux journalistes américains. Pour la première fois depuis 1967, les éditions Taschen publie le résultat de cette exploration de Cuba et de ces heures d'entretien avec Castro. En ressortent un tableau saisissant des premières années de la révolution Castriste, dont les origines, les enjeux et les grandes lignes nous sont racontées par Sebastian Santander, professeur de sciences politiques à l'ULg et spécialiste de l'Amérique Latine.

Le Cuba de Castro : Un journaliste américain raconte Cuba de l'intérieur 1959-1969, Lee Lockwood, paru aux éditions www.taschen.com

 

Pour écouter l'entretien, veuillez cliquer sur le lien suivant :

https://www.rtbf.be/lapremiere/article_castro-a-cuba-1959-a-1969?


23/09/2016  

Entretien de Antonios Vlassis pour Culture ULg au sujet de "Numérique et diversité culturelle", septembre 2016.


Antonios Vlassis, chargé de recherches FNRS au Center for International Relations Studies (CEFIR) de l'ULg, publie aux Presses Universitaires de Liège un ouvrage intitulé « Gouvernance mondiale et culture. De l'exception à la diversité ». Il y explore la mise en place de la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles (CDEC) qui, en faisant de la culture « une marchandise pas comme les autres », l'a soustraite à l'emprise exclusive des accords commerciaux mais peut-être pas à un processus progressif d'uniformisation, dans lequel les technologies numériques jouent aujourd'hui un rôle ambivalent. Entretien.

 

En 2005, l'UNESCO a adopté la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles (CDEC). Dans quel contexte est-elle apparue ?

Cette Convention a été élaborée autour de deux questions majeures. D'un côté, la place de la culture dans les accords commerciaux et dans l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC) ; de l'autre, la place de la culture dans les politiques de développement de l'UNESCO. À la fin des années 90, certains pays se sont sentis menacés car les États-Unis qui revendiquaient l'inclusion des services culturels et audiovisuels dans les accords commerciaux soit bilatéraux soit multilatéraux, supposant une libéralisation extensive du marché culturel. La France, le Canada, suivis par des pays comme la Belgique, l'Espagne, l'Italie, ont alors cherché à construire un instrument juridique international autour de la diversité des expressions culturelles. Dans ce cadre, les biens et services culturels sont considérés comme des marchandises mais des marchandises « pas comme les autres ». Les États ont donc la liberté de mettre en œuvre des politiques spécifiques dans ce domaine, en dehors des accords commerciaux de l'OMC.

Quelles sont les implications principales de cette Convention ?

Un mécanisme majeur, c'est le « fonds international pour la diversité culturelle » qui a pour vocation de soutenir les industries culturelles des pays économiquement moins développés. Il ne s'agit pas d'une autre convention qui traite du patrimoine : ici les enjeux économiques sont très importants. C'est pourquoi l'Union européenne l'a ratifiée. Mais l'un des problèmes de cette convention est qu'il n'y a pas de résultat direct comme dans les autres conventions de l'UNESCO (patrimoine mondial, patrimoine immatériel...) qui fonctionnent sur un système de listes. Il s'agit en fait d'un cadre normatif général qui vise à promouvoir la diversité des expressions culturelles dans les politiques nationales. Son but initial était d'instaurer un équilibre des flux culturels. Or, c'est un instrument important mais non suffisant. Actuellement, les ressources du fonds, c'est 7,7 millions de dollars -  autrement dit quelque chose de peu important à l'échelle mondiale.

mondialisation

Aujourd'hui, 142 États ainsi que l'UE adhèrent à la Convention. Quels sont les pays qui ont été particulièrement impliqués dans cette réflexion ?

Au départ, l'exception culturelle est plutôt un débat  entre les États-Unis d'un côté,  l'Union européenne et le Canada de l'autre. La France et le Canada ont été les deux promoteurs majeurs de cette Convention : ce sont eux qui ont défendu de manière très fervente la diversité culturelle à l'extérieur. Mais les gouvernements nationaux ne sont pas les seuls impliqués : on trouve notamment le gouvernement du Québec qui a une action très dynamique, le gouvernement de Catalogne, l'Organisation internationale de la Francophonie, le Conseil de l'Europe et l'Union européenne, même si on pourrait dire que la position de cette dernière n'est pas tout à fait claire. Au sein de l'UE,  il y a en effet une division entre les pays du sud et les pays du nord. Les premiers ont une tradition interventionniste et considèrent que l'État doit jouer un rôle majeur dans la culture : c'est le cas de la France, de l'Espagne, du Portugal, de l'Italie, de la Belgique, de la Grèce. Les seconds - Pays-Bas,  Royaume-Uni et pays scandinaves - ont une approche plus néolibérale ou disons pluraliste : ils considèrent que cette question doit être également traitée par d'autres acteurs, que ce soit des associations, des fondations, le secteur privé etc. Par extension, ils considèrent que les États sont des acteurs parmi d'autres et que l'intervention étatique ou l'implication de l'Union européenne dans les affaires culturelles ne devraient pas jouer de rôle majeur.

Dans les faits, cette Convention semble surtout concerner le secteur de l'audiovisuel.

L'audiovisuel est une question sous-jacente car la France voulait protéger son industrie cinématographique dans la tradition interventionniste qui est la sienne. Il s'agit pour elle d'un enjeu identitaire mais aussi économique. Si la mobilisation a été plus forte que pour la musique ou l'édition, c'est parce que la force de mobilisation des acteurs du cinéma est très importante : elle s'appuie sur des ressources économiques, médiatiques et humaines supérieures aux autres secteurs.

Rappelons par exemple que la pétition contre l'inclusion de la culture dans les négociations commerciales entre l'Union européenne et les États-Unis a été lancée à l'initiative du monde cinématographique - notamment des frères Dardenne.

Quel est l'impact de la généralisation du numérique sur cette réflexion ?

La place des industries numériques dans les négociations commerciales est aujourd'hui au cœur du débat ! Prenons Netflix. Pour les États-Unis, il s'agit d'un service de télécommunication, ou même d'un service du commerce électronique, c'est-à-dire que ça n'a rien avoir avec la culture. À leur sens, ce type de service doit donc être inscrit dans l'agenda des négociations commerciales.

D'un autre côté, des pays comme la France ou la Belgique considèrent que les services numériques sont en fait des services culturels et qu'ils doivent donc être exclus des accords commerciaux, d'où le grand débat actuel à l'échelle européenne sur le taux de TVA des livres numériques. La France se situe dans une logique de continuité par rapport à l'exception culturelle. D'autres pays mais aussi la Commission européenne considèrent en revanche que le numérique bouleverse complètement la nature des services culturels et qu'on ne peut pas poursuivre dans cette voie.

Aujourd'hui, il n'y a pas de consensus ; le débat reste à suivre.

Photo Kentoh Fotolia

Doit-on considérer que le numérique promeut ou menace la diversité culturelle ?

Il y a des opportunités et quelques menaces. On pourrait dire qu'avec le numérique, on a la même illusion que celle qu'on a eue concernant le libre-échange dans les années 90. L'argument des États-Unis et des majors hollywoodiennes, c'était alors de dire que le libre-échange soutenait la diversité et qu'il y aurait une autorégulation du marché de produits et services culturels. Mais on sait aujourd'hui que c'est faux. On voit pourtant que cet argument revient.

Certes, dans le numérique, il y a une multiplication des contenus culturels et un accès beaucoup plus facile, mais cela ne veut pas dire qu'il y a une distribution diversifiée. L'éducation, la sensibilisation et la curiosité des internautes deviennent des facteurs majeurs pour la promotion de la diversité des expressions culturelles. Avec l'émergence d'acteurs numériques très puissants comme Netflix, Google ou Amazon, s'est aussi imposée la possibilité de gérer les données et d'orienter les goûts des consommateurs. Sans oublier la question du « digital divide » (fracture numérique) : moins de la moitié de la population planétaire a accès à internet. Quant aux créateurs, ils peuvent profiter de nouveaux modes de financement participatifs, mais à côté de ça, le piratage numérique diminue leurs moyens financiers.

La CDEC est-elle adaptée à ces changements ?

Il y a actuellement une réflexion pour adapter cette Convention à la révolution numérique. Le numérique bouleverse la nature des politiques culturelles et leur raison d'être, notamment parce qu'un des principes de l'ère conventionnelle - c'est-à-dire analogique -, c'était la territorialité. Il y a deux ans, il y a eu un grand débat à propos de l'installation du siège de Netflix en Europe continentale. Rappelons en effet que le système français en matière d'audiovisuel se base sur un principe très simple et certainement très malin : n'importe quel diffuseur cinématographique doit contribuer à la production cinématographique française. Ainsi, le budget du Centre National du Cinéma n'est pas lié au budget de l'État mais au consommateur, aux performances du marché : il y a une taxe sur les billets de cinéma, sur la vidéo, sur le chiffre d'affaires des grandes chaînes de télé. Tous les diffuseurs doivent contribuer. Or, Netflix est un diffuseur mais dans la mesure où son siège est aux Pays-Bas, il n'est pas soumis à la législation française et n'a donc pas l'obligation de contribuer à la production cinématographique française.

 

Photo Verge - Fotolia

L'enjeu de la diversité culturelle ne se situe pas seulement au niveau de la production mais de la diffusion...

Depuis la fin des années 90, on a une production cinématographique florissante à l'échelle européenne, proportionnellement beaucoup plus importante que celle des États-Unis, mais le problème majeur, c'est en effet la distribution : quelques conglomérats puissants contrôlent les canaux de diffusion. Le marché indien, par exemple, est dominé par Bollywood à 90 %. La Chine, le Japon ou la Corée du Sud connaissent un équilibre 50/50 entre la production nationale et le cinéma hollywoodien. Idem pour la France. Mais dans les pays de l'Europe de l'Est ou en Amérique latine, en Australie, au Canada etc., il y a clairement une domination de Hollywood. Globalement, la distribution n'est pas diversifiée. Un film portugais n'arrive pas dans les salles suédoises et un film italien n'arrive pas dans les salles polonaises.

 

Or cela contrevient aussi à la constitution d'une identité européenne...

Bien sûr. L'Europe n'a pas mesuré les implications identitaires de cet enjeu. Certes, les biens culturels soulèvent des enjeux économiques mais ce sont aussi des véhicules d'idées, de valeurs, de représentations collectives. On peut par exemple penser aujourd'hui que le piratage numérique est au service du soft power américain. Toutes les grandes plateformes ont la capacité d'orienter les goûts des consommateurs. En fin de compte, c'est également une question technique - la gestion des algorithmes - à laquelle doit aujourd'hui se confronter la Convention et à la quelle il faudra donner des réponses politiques et normatives.

 

Julie Luong
septembre 2016

crayongris2Julie Luong est journaliste indépendante.

 

 


21/09/2016  

Interview du professeur Sebastian Santander pour le journal Le Soir, "Le débat du jour : l’ONU est-elle toujours un lieu central des relations internationales?", 21 septembre 2016, pp. 2-3


L'ONU focalisaient l'attention internationale semble passé, tandis que les théâtres de conflits restent nombreux. L'institution internationale, née au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, a-t-elle perdu de sa superbe ? Son rôle doit-il évoluer ? Sa structure est-elle encore adaptée aux réalités géopolitiques du XXIe siècle ? Notre débat.

Pour Sébastian Santander, l'ONU n'a pas perdu de sa superbe, mais une réforme de ses institutions est nécessaire.

On a l'impression que l'ONU est un peu déclassée aujourd'hui. Fausse impression ?
Si on prend du recul historique, on se rend compte qu'il s'agit surtout d'une impression. Durant la Guerre froide, la confrontation entre les Etats-Unis et la Russie déterminaitle rôle des Nations unies sur le plan international. A cette époque, ces deux pays sont ceux qui ont émis le plus de veto au sein duConseil de sécurité. Cela a paralysé en grande partie lefonctionnement de l'ONU pendant la Guerre froide. L'ONU a connu des hauts et des bas. Dans les années 90, le verrou lié à la Guerrefroide avait sauté. Elle a connu une série d'échecs - la crise au Rwanda et l'implosion de l'ex-Yougoslavie notamment. Mais on vivait dans l'idée que les institutions internationales allaient prendre de plus en plus de place dans la gestion du monde, notamment l'ONU pour la gestion des conflits.

Une vision essentiellement occidentale, poussée par les Américains ?
Le « nouvel ordre international », selon la formule de Bush père, s'inscrivait dans cette logique d'essayer d'instrumentaliserles Nations unies, pour déloger Saddam Hussein du Koweït parexemple. Mais l'instrumentalisation à des fins stratégiques cela ne signifie pas que l'ONU ne sert à rien. Elle a connu des succès dans la résolution de conflits. Elle sert aussi à rapprocher les points de vue. Il ne faut pas sous-estimer l'importance de la diplomatie de couloir que permet l'ONU. Il existe d'autres lieux - G20, G7, etc. - mais ils sont plus restreints. Et ils n'ont pas lamême légitimité. Je ne dirais donc pas que l'ONU a un rôle moindre que par le passé.

Ses institutions sont-elles toujours adaptées au XXIe siècle ?
Une instance domine l'ONU : le Conseil de sécurité. En particulier,le groupe des cinq membres permanents, avec leur droit de veto. Il est clair qu'il y a une nécessité de réformer l'ONU, de l'adapteraux évolutions des rapports de force internationaux. Et là, il y a de grandes divergences entre tous les acteurs, y compris au sein de l'Union européenne.

Sans cette réforme, l'institution semble paralysée...
Quand on parle d'un conflit international, souvent, il y aune tendance à mettre la responsabilité sur les Nationsunies. Or, si l'ONU connaît des revers importants, c'est notamment dû au rôle des Etats, et particulièrement desmembres permanents du Conseil de sécurité, qui ont lepouvoir pour que l'action des Nations unies soit efficace. Prenons le dossier syrien. Elargissement de l'ONU ou pas, on n'arriverait pas à régler le conflit via cette institution, car les enjeux pour les Russes sont trop importants. 

Propos recueillis par CORENTIN DI PRIMA

Sebastian Santander : Chargé de cours au Département de sciences politiques de l'Université de Liège, il y enseigne les relations internationales. Il est également responsable du Centre d'études pour les relations internationales de l'ULg. Entre 1999 et 2007, il a été assistant au Département de science politique et à l'Institut d'études européennes de l'Université libre de Bruxelles (ULB). Il a publié en 2016 « Concurrences régionales dans un monde multipolaire émergent » (Peter Lang, Bruxelles). 


15/09/2016  

CALL FOR APPLICATION, "15 PhD Positions", DEADLINE: September 15th 2016 – 17.00 CET


GEM-STONES (Globalisation, Europe and Multilateralism - Sophistication of the Transnational Order, Networks and European Strategies) is an integrated research and PhD fellowship programme involving 8 degree awarding partner universities, 6 non-academic internship destinations and a publishing house. Its common research agenda is rooted in the shared observation that the proliferation of international institutions increases the complexity of the global system; managing the latter efficiently and fairly constitutes both a necessity and a challenge for the European union (EU).

In response to this shared observation, the 15 hired Early Stage Researchers (PhD fellows), their co-supervisors and non-academic mentors will collectively investigate 4 dimensions of the EU's capacity:

RESEARCH PROGRAMME OVERVIEW

How does the EU contribute towards the purposeful management of complex regimes ?

Emerald

EU's 'institutional capacity' to externalise its policies

  • Epistemic premise: Logics of consequentialism.
  • Conceptual Framework: Institutional analyses.
  • Question: How do institution determinants affect the EU's capacity to provide purposeful management of complex regimes?
  • Associated Calls for Applications: PhDs in Law: ESR1 & ESR2 - PhDs in Political Science: ESR3 & ESR4

Citrine

EU's 'networked capacity' to ensure greater policy coherence

  • Epistemic premise: Logics of appropriateness.
  • Conceptual framework: Network analyses.
  • Question: How do networks determine the EU's capacity to rationalise complex regimes?
  • Associated Calls for Applications: PhDs in Political Science: ESR5ESR6,ESR7 & ESR8

Rubies

EU's 'relative capacity' compared to other regional organisations

  • Epistemic premise: Comparative logics.
  • Conceptual framework: Comparative regionalism.
  • Question: How do interregional interactions affect the EU's capacity to provide purposeful regime complex management?
  • Associated Calls for Applications: PhDs in International Relations: ESR9,ESR10 & ESR11

Sapphire

EU's 'framing capacity' to define appropriate behaviors

  • Epistemic premise: Logics of appropriateness.
  • Conceptual framework: Interpretative analyses.
  • Question: How do interactions affect the EU's capacity to frame reasoned consensus underlying regime complex management?
  • Associated Calls for Applications: PhD in Law: ESR13 - PhD in Political Science: ESR15 - PhDs in International Relations: ESR12 & ESR 14

In a nutshell, all doctoral and senior researchers involved in GEM-STONES will seek to find an answer to the question: Does the growing complexity of the global system strenghthen or weaken the EU's capacity to interact with the world.

Anchoring its ambitious research agenda, GEM-STONES will also setup a transnational doctoral school offering: (1) joint methods' training; (2) summer schools; (3) database compilation exercises; (4) joint scientific publications with Routledge; and (5) a dedicated internship programme.

Finally GEM-STONES will also actively contribute to the internationalisation of research and higher education through the institutionalisation of joint doctorates. Concretely, each of the 15 hired Early Stage Researchers will be jointly supervised by a set of academics from 2 universities leading - upon completion - to the award of a double doctoral degree.

Overall, GEM-STONES will provide its research community with an environment that is:

  • International: 15 partner organisations from 8 countries involved in research and training spanning 3 continents (Europe, North America and Asia);
  • Intersectoral: Internships and joint activities involving Early Stage Researchers, Academics, Civil Society Representatives as well as European and non-European decision makers;
  • Interdisciplinary: the 15 hired Early Stage Researchers cover a host a fields ranging from legal scholarship, political science, political theory, political economy, international relations, European studies and other social sciences.

CALL FOR APPLICATION

DEADLINE: September 15th 2016 - 17.00 CET

PhDs in Law

PhD POSITION IN INTERNATIONAL & EUROPEAN LAW

Early Stage Researcher 1

THE INSTITUTIONS OF THE EUROPEAN AREA OF FREEDOM, SECURITY & JUSTICE (AFSJ) AND THE GLOBAL FIGHT AGAINST TERRORISM

 View brief description
 Download full CfA
 Online application

PhD POSITION IN INTERNATIONAL & TRADE LAW

Early Stage Researcher 2

THE INSTITUTIONS OF THE EUROPEAN COMMON COMMERCIAL POLICY AND ITS IMPACT ON THE GLOBAL TRADE SYSTEM

 View brief description
 Download full CfA
 Online application

PhD POSITION IN EU LAW AND THE PHILOSOPHY OF LAW

Early Stage Researcher 13

THE ROLE OF THE EUROPEAN COURT OF JUSTICE IN FRAMING THE LEGAL UNDERPINNINGS OF DISTRIBUTIVE GLOBAL JUSTICE

 View brief description
 Download full CfA
 Online application

PhDs in Political Science

PhD POSITION IN POLITICAL SCIENCE & EU STUDIES

Early Stage Researcher 3

THE INSTITUTIONS OF THE EUROPEAN COMMON AGRICULTURAL POLICY AND THE EXTERNALISATION OF FOOD SECURITY

 View brief description
 Download full CfA
 Online application

PhD POSITION IN POLITICAL SCIENCE & INTERNATIONAL POLITICAL ECONOMY

Early Stage Researcher 4

THE INSTITUTIONS OF EUROPEAN EXTERNAL ACTION AND INSTITUTIONAL PROLIFERATION WITHIN THE GLOBAEL TRADE SYSTEM

 View brief description
 Download full CfA
 Online application

PhD POSITION IN POLITICAL SCIENCE & INTERNATIONAL POLITICAL ECONOMY

Early Stage Researcher 5

NETWORKED REGULATORY DIFFUSION: THE EUROPEAN SINGLE MARKET AND COMPETING MARKET REPRESENTATIONS

 View brief description
 Download full CfA
 Online application

PhD POSITION IN POLITICAL SCIENCE & EU STUDIES

Early Stage Researcher 6

NETWORKED MODES OF GOVERNANCE: THE EU IN THE FACE OF SLOW- AND FAST-BURNING CRISES

 View brief description
 Download full CfA
 Online application

PhD POSITION IN POLITICAL SCIENCE & INTERNATIONAL RELATIONS

Early Stage Researcher 7

NETWORKED GLOBAL GOVERNANCE: TRANSNATIONAL CIVIL SOCIETY AND EUROPEAN NON-STATE ACTORS

 View brief description
 Download full CfA
 Online application

PhD POSITION IN POLITICAL SCIENCE & INTERNATIONAL POLITICAL ECONOMY

Early Stage Researcher 8

NETWORKED KNOWLEDGE TRANSFERS AND EUROPEAN FINANCIAL MARKET REFORM

 View brief description
 Download full CfA
 Online application

PhD POSITION IN POLITICAL SCIENCE & EU STUDIES

Early Stage Researcher 15

THE ROLE OF THE EUROPEAN NEIGHBOURHOOD POLICY IN FRAMING DEMOCRATIC TRANSITIONS

 View brief description
 Download full CfA
 Online application

PhDs in International Relations

PhD POSITION IN INTERNATIONAL RELATIONS & COMPARATIVE REGIONALISM

Early Stage Researcher 9

COMPARING COMPETING FORMS OF REGIONALISM AND THEIR IMPACT ON EU INTERRGIONALISM

 View brief description
 Download full CfA
 Online application

PhD POSITION IN INTERNATIONAL RELATIONS & COMPARATIVE REGIONALISM

Early Stage Researcher 10

COMPARING OVERLAPPING REGIONAL SECURITY INSTITUTIONS AND THE ROLE OF THE EUROPEAN UNION'S EXTERNAL ACTION

 View brief description
 Download full CfA
 Online application

PhD POSITION IN INTERNATIONAL RELATIONS & COMPARATIVE REGIONALISM

Early Stage Researcher 11

COMPARING RESPONSIBILITY TO PROTECT DIFFUSION IN REGIONAL ORGANISATIONS: THE EU, ECOWAS, UNASUR AND THE ASEAN REGIONAL FORUM

 View brief description
 Download full CfA
 Online application

PhD POSITION IN INTERNATIONAL RELATIONS & EU STUDIES

Early Stage Researcher 12

THE EUROPEAN EXTERNAL ACTION SERVICE'S ROLE IN FRAMING RESPONSES TO EMERGING SECURITY CRISES

 View brief description
 Download full CfA
 Online application

PhD POSITION IN INTERNATIONAL RELATIONS & EU STUDIES

Early Stage Researcher 14

THE ROLE OF EUROPEAN BORDER CONTROLS IN THE FRAMING OF GLOBAL MIGRATION POLICIES

 View a brief description
 Download full CfA
 Online application

Contact

GEM-STONES

Project Management Office (PMO)
c/o Institut d'études européennes
Université libre de Bruxelles (ULB CP172)
39, Avenue F. Roosevelt
B-1050 Brussels (BELGIUM)

M: pmo@gem-stones.eu // T: +32 (0)2 650 33 85

 

 


07/09/2016

Conference: Madalina Sisu Vicari, "The EU’s external energy policy: How EU policy is shaped by energy security and relations with neighbouring producer and transit countries", ECPR General Conference, Charles University in Prague, Prague, 7 - 10 September


 

Our researcher Madalina Sisu Vicari will participate to ECPR General Conference, Charles University in Prague, Prague, 7-10 September 2010.


She will present a paper on : "The EU's external energy policy: How EU policy is shaped by energy security and relations with neighbouring producer and transit countries"

Presenter Madalina Sisu Vicari Université de Liège 

Authors Madalina Sisu Vicari Université de Liège 
             Remziye Yilmaz Ghent University 

Panel Energy Governance in the Eurasian Space: Economics and Materiality


Abstract

The paper seeks to provide deeper insights into the interplay between energy governance (energy cooperation between EU and neighbouring energy-producers and transit countries), economics (relations with energy producers, transit countries, energy suppliers) and materiality (internal energy market, supply routes, physical infrastructure) in the formation of the EU's external energy governance. Energy security is a multi-dimensional concept, "highly-context dependent" (Kruyt et al 2009), whose conceptualization is determined by the type of stakeholders which it addresses (supranational actor? producer-, transit- and consumer country), and whose interconnected dimensions are shaped by the stakeholders' aims and policies, and subsidiary by the nature of the markets. Earlier, the preoccupations related to the EU's energy security concerned the security of oil supplies. Beginning with the 2000s, the EU's dependence on external gas supplies started to be taken into consideration in the assessment and conceptualization of the EU's energy security and several years later it turned into its main concern (EC 2006). The Ukrainian gas crises of 2006 and 2009 raised awareness of the necessity to establish the EU's external energy policy, which initially was aimed at "strengthening the external dimension of the EU energy market" (EC 2010). In 2011, other goals were added: market integration with neighbouring states, diversification of supply sources and routes and partnerships with external energy suppliers (EC 2011). The annexation of Crimea and the Energy Union's creation were two key factors promoting the revival of the EU's external energy policy, considered now the "external dimension of the Energy Union" (Council of EU 2015). Based on the analysis of policy and soft legal documents and official data, this study (i) provides an assessment of the conceptualization of the EU's energy (in)security; and (ii) determines that the security of supply, along with the need for diversification of energy sources and routes are key-elements which shape the conceptualization of the EU's energy security, due in part to some Member States' overreliance on Russian energy supplies and also the incomplete Internal Energy Market of the EU. In a second step, the paper analyses how the development of the EU's external energy policy revolves around the security of supply, diversification of energy sources and routes and how the EU has engaged with its neighbouring energy producer- and transit countries. The focus is placed on transit countries Turkey and Ukraine and producer countries Azerbaijan and Turkmenistan. Finally, the paper investigates (i) the development of the EU's foreign policy instruments, namely the strategic energy partnerships, dialogues, bilateral and multilateral diplomatic initiatives, and the extension of the acquis communautaire established in the energy cooperation with these four countries; and (ii) the main challenges that lie ahead for the EU's energy cooperation with the four. The study will demonstrate that security of supply and diversification of energy sources and routes, along with EU's energy cooperation with Ukraine, Turkey, Azerbaijan, Turkmenistan play a significant part in the shaping of the EU's external energy policy.

 


24/06/2016

NEW RESEARCHER : The CEFIR is proud to welcome Dr. Vsevolod Samokvalov in its team.


The CEFIR is proud to welcome a new researcher in its team : Vsevolod Samokvalov, post-doc Marie Currie/Cofound at the ULg and Research Associate, Department of Politics and International Studies, University of Cambridge.

Vsevolod Samokvalov will be working with the CEFIR for two years about « Eurasian regionalism ». The main topics in his research field are :

* Post-Soviet space

* Black Sea region

* Russia-EU relations

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

NOUVEAU CHERCHEUR

Le CEFIR est fier d'accueillir un nouveau chercheur dans son équipe: Vsevolod Samokvalov, post-doc Marie Currie/Cofound à l'ULg et Chercheur associé, Département de science politique et d'études internationales, Université de Cambridge.

Vsevolod Samokvalov va travailler au sein du CEFIR pendant deux ans sur le « régionalisme Eurasien ». Les principaux sujets dans son domaine de recherche sont:

* Espace post-soviétique

* Région de la mer Noire

* Relations Russie-UE

 

 


24/06/2016

Gabrielle W. Cusson from CEFIR got the scholarship "Erasmus Programme Mobility International Credit" for a stay research of 3 months to the Federal University of Rio de Janeiro (Brazil)


Gabrielle W. Cusson from CEFIR got the scholarship "Erasmus Programme Mobility International Credit" for a research stay of 3 months at the Federal University of Rio de Janeiro (Brazil) from March to June 2017.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Gabrielle W. Cusson du CEFIR a obtenu la bourse  « Erasmus+ International Credit Mobility » pour un séjour de recherche de 3 mois à l'Universidade Federal de Rio de Janeiro (Brésil) de mars à juin 2017.

 

 


20/06/2016  

Opinion piece by Madalina Sisu Vicari, "Nord Stream 2: Commercial Project or Geopolitical Threat?", Center on Global Interests, June 17, 2016.


 

Madalina Sisu Vicari, PhD Researcher at Center of International Relations Studies (CEFIR) of University of Liège and Editor-in-chief of Vocal Europe

 

Nord Stream 2 is clearly a highly disputed project, which has been continuing to trigger a wide array of controversies not only within the European Union (EU) but within the Energy Community (EnC) as well. Both geopolitical and economic factors have influenced those controversies, and they will continue to affect the arguments revolving around this pipeline project.

The essential geopolitical factors - which have led to an unprecedented level of securitisation of EU-Russia energy relations, culminating with the creation of the Energy Union  - are the annexation of Crimea and the conflict in Eastern Ukraine. These events have had considerable bearing on Russian-Ukrainian gas relations and have led to Russia's aim to disengage its gas supplies to Europe from the Ukrainian gas transit corridor, on one hand, and to Ukraine's efforts in reducing its energy dependency on Russia, on the other hand. Maintaining Ukraine as gas transit country has been not only an important issue for the EU's political agenda since the outbreak of the Ukrainian crisis, but also a contentious issue in EU-Russia energy relations. Thus, the European Commission's involvement as mediator in the negotiations between Ukraine and Russia resulted not only in securing the gas supply to Ukraine through the 2014 and 2015 winter seasons but also in guaranteeing the transit of gas across Ukraine. Furthermore, the EU has manifestly taken an overall negative position towards Nord Stream 2; in this regard, the arguments expressed mainly by the Commission principally touched upon the issues of security of supply, diversification of energy sources and alteration of EU's gas market landscape.

Some of the main economic factors shaping the debate over Nord Stream 2 relate to the geopolitical ones. Russia's disengagement from the Ukrainian transit would significantly decrease the country's revenues generated by gas transit and would significantly reduce the investment opportunities for the modernization of Ukraine's gas system. As Ukraine is a member of EnC, it would hinder the further integration of the EU acquis communautaire in the country's energy sector and the creation of an integrated and liquid gas market within EnC. Secondly, Slovakia may lose important gas transit revenues, but this possibility may be offset by Russia's plans to increase gas exports in Eastern and Southern Europe; thus, recently Moscow assured  Bratislava that the gas transit contract with Slovakia will run until its end, in 2028, and it presented the possibility of earning more gas transit revenues if the gas from the Nord Stream 2 would go via Austria to Slovakia, and further to Eastern European markets.          

Nevertheless, from the Russian perspective, Nord Stream 2 is driven by sound economic rationale, as the pipeline would allow Gazprom to not only preserve its European market share (158 billion cubic meters of gas exported in 2015, representing 30.9% of the overall European energy consumption) but also to increase its share (for 2016, the company aims at 165 billion cubic meters of exports). Moreover, Nord Stream 2 would expand Gazprom's domination in Germany (currently, the leading market for Russian gas in Europe); it would increase the Russian company's presence in the Northern and Western European gas markets (for instance, since the beginning of the year, Italy has become the second leading European market for Russian gas exports), and it would allow Gazprom to maintain, and even increase its dominant position in the Central and Eastern European gas markets. Ultimately, it would allow and facilitate a fast raise of gas exports to Europe from Russia, in the case of increasing EU demand. Finally, Gazprom argues that as its production is moving to the Yamal resource base, the pipeline would enable the company to make cost optimization in the Central corridor ( less than 4,300 km of pipes and 62 compressor stations) and, by shortening its supply route to Europe, it would allow the company to save money and to reduce carbon emissions.

 

 


13/06/2016  

Conférence: Kamal Bayramzadeh, "L'Afrique du Nord, relais d'influence pour la Turquie", 8e Festival de Géopolitique, Grenoble, 13-19 mars 2016.


A propos de l'intervenant : Kamal BAYRAMZADEH est enseignant en Sciences politiques à l'Université de Liège. 

La politique africaine de la Turquie s'inscrit dans une stratégie globale au service de la diffusion de l'influence et de la puissance turques. L'Afrique du Nord est particulièrement stratégique et problématique pour cette puissance émergente.

Pour regarder la vidéo de cette conférence, veuillez cliquer sur le lien suivant : https://www.youtube.com/watch?v=qXjkpDGHU48  


19/05/2016  

Kamal Bayramzadeh, "Aperçu historique de la communauté Yézidie", colloque intitulé "Un regard sur la communauté Yézidie : La situation des minorités en Irak et en Syrie". Le jeudi 19 mai 2016.


Le professeur Kamal Bayramzadeh, membre du Center for International Relations Studies (CEFIR), interviendra dans le cadre du colloque "Un regard sur la communauté Yézidie : La situation des minorités en Irak et en Syrie".

Titre de sa présentation : "Aperçu historique de la communauté Yézidie".

Lieu : Salle des Congrès du Parlement fédéral de Belgique Rue de Louvain 21, 1008 BRUXELLES

En présence du Ministre des Affaires étrangères et européennes de Belgique, Mr. Didier REYNDERS.  

Date et heure : Le jeudi 19 mai 2016, à 9h45.

Pour plus d'informations, veuillez télécharger le programme ci-joint.


28/04/2016  

Opinion piece by Madalina Sisu Vicari, "How Russian Pipelines Heat Up Tensions: From Reagan’s Battle Over Yamal To The European Row On Nord Stream 2", April 21, 2016


By Madalina Sisu Vicari

The Yamal pipeline, born at the height of the Cold War, was fiercely fought by President Ronald Reagan. Nord Stream 2 is heavily contested by several Eastern and Central European countries, Ukraine, the United States and-in a different tone and to a lesser extent due to institutional constraints-by the European Commission's top level officials. Though Yamal and Nord Stream 2 affairs present several striking similarities, they might differ in their development.

 

 


13/04/2016

Conference: Roxana Hincu, "The EU-US relations in an emerging multipolar world", April 13th, 2016, from 3 pm to 5 pm.


    Wednesday April 13th, 2016, from 3 pm to 5 pm                                               

Room: S.05 (B7a), 1st level

CONFERENCE

Roxana Hincu, (PhD) University Alexandru Ioan Cuza (Romania), Visiting Researcher at the University of Maastricht

« The EU-US Relations in an Emerging Multipolar World »

 

Please confirm your presence to: gcusson@ulg.ac.be  

The Organization Team 
(Gabrielle W.Cusson, Liridon Lika, Sebastian Santander)

----------------------------------------------------------------------------------------

Mercredi 13 avril 2016, de 15h00 à 15h00  

Local : S.05 (B7a) Grands Amphithéâtres de Physique et de Chimie (B7a), niveau 1.

CONFÉRENCE

Roxana HincuDocteur de la University Alexandru Ioan Cuza (Roumanie) et est actuellement visiting researcher à l'Université de Maastricht.

« The EU-US Relations in an Emerging Multipolar World »


SVP, confirmez votre présence à l'adresse suivante : gcusson@ulg.ac.be   

L'équipe organisatrice 
(Gabrielle W.Cusson, Liridon Lika et Sebastian Santander)

 

 

 


22/03/2016  

Interview du professeur Sebastian Santander pour l'émission "Le + de Matin Première" de la RTBF, le mardi 22 mars 2016.


 

Ce sont des retrouvailles historiques, un président américain sur le sol cubain, c'est du jamais vue depuis 90 ans. Analyse de cette visite avec Sebastian SANTANDER, professeur de sciences politiques à l'Université de Liège...


Pour écouter cette interview, veuillez cliquer sur le lien suivant : 

http://www.rtbf.be/radio/liveradio/lapremiere?rpAodUrl=http%3A%2F%2Fpodaudio.rtbf.be%2Frod%2Flp-matin_premiere_le_2b_de_matin_premic3a8re_24459655.mp3&rpSt=10&rpSrp=3.0&odUrl=http%3A%2F%2Fwww.rtbf.be%2Fradio%2Fliveradio%2Flapremiere%3FrpAodUrl%3Dhttp%3A%2F%2Fpodaudio.rtbf.be%2Frod%2Flp-matin_premiere_le_2b_de_matin_premic3a8re_24459655.mp3%26rpSt%3D10%26rpSrp%3D3.0 


17/03/2016

Conférence : Liridon Lika, « Coopération et compétition entre la Turquie et l'Union européenne dans les Balkans occidentaux », Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, le jeudi 24 mars 2016 de 15h à 17h.


Sur invitation de Laurence Badel, professeur d'histoire contemporaine des relations internationales, notre chercheur Liridon Lika donnera une conférence à l'Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, le jeudi 24 mars 2016 de 15h à 17h. La conférence s'intitule : « Coopération et compétition entre la Turquie et l'Union européenne dans les Balkans occidentaux ».

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Invited by Laurence Badel, professor of contemporary history of international relations, our researcher Liridon Lika will give a lecture at the University of Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Thursday, March 24, 2016, from 15h to 17h. The conference is entitled: "Cooperation and competition between Turkey and the EU in the Western Balkans".

 

 


17/03/2016  

CONFÉRENCES: Deux chercheurs du CEFIR participent au 8ème Festival de Géopolitique de Grenoble sur "les Dynamiques Africaines", du 16-19 mars 2016, Grenoble.


CONFÉRENCES:

Deux chercheurs du CEFIR
participent au 8ème Festival de Géopolitique de Grenoble sur les Dynamiques Africaines, du 16-19 mars 2016:


- Kamal Bayramzadeh, "L'Afrique du Nord, relais d'influence pour la Turquie", le vendredi 18 mars 2016.

- Gabrielle W.Cusson, "Les pays émergents; vecteur de sécurité alimentaire en Afrique ? Le cas du Brésil au Mozambique", le samedi 19 mars 2016.


08/03/2016  

Interview of Dr. Michal Natorski for the Radio France International in Spanish: "Polacos protestan contra medidas controvertidas del nuevo gobierno"


News: Dr. Michal Natorski commented recent developments in Polish domestic politics and its broader implications for the international position of Poland. The interview addressed the conflict around the role of Constitutional Court in Polish governance system as well as the background of accusations of Lech Walesa, Peace Nobel Prize and former Polish President, of being informant of communist security services in the 1970s.

For more information and podcast of the interview: http://www.espanol.rfi.fr/europa/20160302-polacos-protestan-contra-medidas-controvertidas-del-nuevo-gobierno 


06/03/2016  

Interview de Sophie Wintgens dans l’émission Regard sur l’actualité de la Radio Chrétienne Francophone (RCF), « Quand la Chine éternue… », mardi, 1er mars 2016.


Voici quelques semaines, le gouvernement chinois a annoncé que sa croissance économique était inférieure à ses prévisions. Un an à peine après avoir été officiellement intronisée par le FMi comme la première économie mondiale, le modèle chinois est-il déjà en train de s'essouffler ? Et quelles peuvent en être les conséquences sur l'ensemble de l'économie mondiale. Pour répondre à ces questions, Laurent Verpoorten reçoit Sophie Wintgens, Maître de Conférence au département des Sciences Politiques de l'Université de Liège.

Pour plus d'informations, cliquez sur le lien suivant : https://rcf.fr/actualite/quand-la-chine-eternue


03/03/2016

Conférence: Zacharie Baenda Fimbo, " Puissances émergentes et coopération Sud-Sud. Les enjeux de la pénétration chinoise en République Démocratique du Congo", 3 mars 2016.


CEFIR Research Seminar

Thursday 3rd march, 2016, from 10am to 12  

Room:  3.50 (B6a)

Zacharie Baenda Fimbo, PhD Candidate at ULg

" Puissances émergentes et coopération Sud-Sud. Les enjeux de la pénétration chinoise en République Démocratique du Congo"

Discussant - Bob Kabamba, PhD, chargé de cours au Département de sciences politiques de l'ULg et directeur de la Cellule d'appui politologique - Afrique - Caraïbes

Please confirm your presence to: gcusson@ulg.ac.be  
The Organization Team 
(Gabrielle W.Cusson, Liridon Lika, Sebastian Santander)

-------------------------------------------------------------------------------------------------------
Mercredi, 3 mars 2016, de 10h00 à 12h00

Local : 3.50 (B6a)

Zacharie Baenda Fimbo, doctorant à l'ULg

" Puissances émergentes et coopération Sud-Sud. Les enjeux de la pénétration chinoise en République Démocratique du Congo"

Discussant - Bob Kabamba, PhD, chargé de cours au Département de sciences politiques de l'ULg et directeur de la Cellule d'appui politologique - Afrique - Caraïbes

SVP, confirmez votre présence à l'adresse suivante : gcusson@ulg.ac.be   

L'équipe organisatrice 

(Gabrielle W.Cusson, Liridon Lika et Sebastian Santander)


05/02/2016

NEW RESEARCHER : The CEFIR is proud to welcome Martine Mvengou Cruzmerino, PhD Student, in its team.


NEW PHD STUDENT

The CEFIR is proud to welcome a new PhD Student in its team : Martine Mvengou Cruzmerino.

Her research topics are :

South-South Cooperation : strategic issues of CSS for emerging powers

ASA : South America and Africa interregional Forum of Cooperation

Security issues in the Atlantic South (ZOPACAS)

Comparative studies of foreign policy of African Union and Unasur

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

NOUVELLE DOCTORANTE

Le CEFIR est fier d'accueillir une nouvelle doctorante dans son équipe: Martine Mvengou Cruzmerino.

Ses thèmes de recherche sont les suivants:

Coopération Sud-Sud: enjeux stratégiques de CSS pour les puissances émergentes

ASA: Forum de coopération interrégionale Amérique du Sud - Afrique

Les questions de sécurité dans le Sud de l'Atlantique (ZOPACAS)

Etudes comparatives de la politique étrangère de l'Union africaine et l'Unasur

 

 


26/01/2016    

Gabrielle W.Cusson and Ludmila Culpi will participate to annual CIDOB (Barcelona Center for International Affairs) and OCP Policy Center' international conference; "Reconfiguration of the Global South: Africa, Latin America and the “Asian Century”.


Gabrielle W.Cusson and Ludmila Culpi will participate to annual CIDOB (Barcelona Center for International Affairs) and OCP Policy Center' international conference; "Reconfiguration of the Global South: Africa, Latin America and the "Asian Century", on January 28-29th, in Barcelona. 


They will present their article:

"The BRICS' New Development Bank: a China-led challenge to the Brettons Woods Institutions?


14/01/2016  

Opinion piece by Madalina Sisu Vicari, "Rosneft versus Gazprom: from Behemoths’ Rivalry to Russian Gas Market’s Transformation", Vocal Europe, October 2015.


Over the past weeks, it was reported that the Russian authorities would consider the possibility of allowing other companies than Gazprom to export natural gas. Recently, this information has been taken up: it was accounted that Gazprom would preserve its export monopoly and that Rosneft, the other Tussian state-owned energy giant, suggested the government to break up Gazprom into separate companies for production and transport. Yet, the issue's implications go beyond the break-up of Gazprom's export monopoly and its splitting up, as they encompass the economic competition between Gazprom and other major gas actors, mainly Rosneft and Novatek, and, likely, a gradual transformation of the Russian gas market's model.

For more information : http://www.vocaleurope.eu/2015/10/26/rosneft-versus-gazprom-from-behemoths-rivalry-to-russian-gas-markets-transformation/ 

 


14/01/2016  

Opinion piece by Madalina Sisu Vicari, "Ukraine’s Free Trade Agreement: How it Deepens the Rapprochement with EU and the Impasse with Russia", Vocal Europe, December 30, 2015.


The beginning of the 2016 will bring the entering into force of the Deep and Comprehensive Free Trade Agreement (DCFTA) between Ukraine and the European Union (EU). The DCFTA is part of the broader Association Agreement between Kiev and Brussels, whose negotiations were launched in February 2007. Ukraine's WTO membership, occurred in May 2008, allowed the launch of negotiations on DCFTA, which were completed in 2011. However, for nearly two years, its signing process was stalled by the EU Member States, on grounds related to the respect of democratic standards by Kiev on one hand and the former Prime Minister Yulia Timoshenko's imprisonment on other. Meanwhile, on October 18, 2011, Ukraine, together with Armenia, Belarus, Kazakhstan, Kyrgyzstan, Moldova, Russia and Tajikistan, had signed the Free Trade Agreement of the Commonwealth of Independent States (CIS-FT), which entered into force a year later.

For more information : http://www.vocaleurope.eu/2015/12/30/ukraines-free-trade-agreement-how-it-deepens-the-rapprochement-with-eu-and-the-impasse-with-russia/

 

 


16/12/2015  

Conférence: Sophie Wintgens, "La construction d’un soft power chinois en Afrique et en Amérique latine", Paris, EHESS – Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine, 16 décembre 2015 - 9h00-11h00


Titre de la conférence : "La construction d'un soft power chinois en Afrique et en Amérique latine"

Conférencier : Sophie Wintgens, maître de conférences au Département de Science Politique et chercheur au Center for International Relations Studies (CEFIR)

Lieu : Paris, EHESS (École des hautes études en sciences sociales) - Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

Date et heure16 décembre 2015 - 9h00-11h00

Lienhttp://pairault.fr/sinaf/index.php/seminaire/presences-chinoises-en-afrique


26/11/2015  

Interview de Nina Bachkatov : « Toute coalition internationale est réalisable, simplement parce qu’elle est nécessaire », Le Courrier de Russie, Propos recueillis le mardi 24 novembre 2015.


François Hollande continue son marathon diplomatique en vue de former une coalition internationale contre l'État islamique. Aujourd'hui, le président français doit rencontrer Barack Obama, demain, Angela Merkel, et jeudi, Vladimir Poutine. Les chefs d'État sauront-ils s'unir face à la menace commune ? Nina Bachkatov, docteur en sciences politiques, professeur de sciences politiques à l'université de Liège et éditrice du site Inside Russia Eurasia, a répondu aux questions du Courrier de Russie. 

 

Pour plus d'informations, veuillez cliquer sur le lien suivant :

http://www.lecourrierderussie.com/2015/11/nina-bachkatov-coalition-internationale-necessaire/ 


24/11/2015  

Interview du professeur Sebastian Santander en espagnol pour Deutsche Welle : "Con Macri, ¿más cerca del acuerdo entre la UE y Mercosur?", 23.11.2015


¿La victoria del conservador liberal Mauricio Macri en Argentina pondrá fin al proteccionismo que impedía el acuerdo comercial que busca la UE con Mercosur desde hace más de una década? DW habló con especialistas. 

 

Pour plus d'informations, veuillez cliquer sur le lien suivant:


http://www.dw.com/es/con-macri-m%C3%A1s-cerca-del-acuerdo-entre-la-ue-y-mercosur/a-18869983


10/11/2015  

Conférence : Nina Bachkatov, "Poutine et le mythe de la grande Russie", mardi 10 novembre 2015, de 11h à 13h, à la Bibliothèque royale (Auditoire Lippens), 2 bld de l’Empereur, à 1000 Bruxelles.


Nina BACHKATOV, professeur à l'Université de Liège, donnera une conférence pour l'association Connaissance et Vie, à Bruxelles, sur le thème "Poutine et le mythe de la grande Russie". Celle-ci aura lieu le mardi 10 novembre 2015, de 11h à 13h, à l'adresse suivante : Bibliothèque royale (Auditoire Lippens), 2 bld de l'Empereur, à 1000 Bruxelles.

 

 


15/10/2015  

Cycle de grandes conférences européennes "Jean Rey", le 15 octobre 2015


HEC-ULg organise, conjointement avec l'Université de Liège, la Faculté de Droit, de Science politique et de Criminologie, un Cycle de grandes conférences européennes Jean Rey.

Dans le cadre de la conférence inaugurale, nous avons le plaisir de recevoir Madame Dora Bakoyannis, Député au Parlement hellénique, à HEC-ULg, le jeudi 15 octobre à 18h30.

Programme :

* Discours d'ouverture par les Autorités universitaires

* Présentation du Cycle de grandes conférences européennes Jean Rey par Monsieur Robert Planchar, Président du Prix triennal Jean Rey

* Hommage à Jean Rey par Madame Frédérique Ries, Députée européenne

* Introduction à la conférence par Monsieur Melchior Wathelet, Ministre d'Etat et Avocat général à la Cour de Justice de l'Union européenne - Président de HEC-ULg Alumni

* Conférence «Le futur de la Grèce dans l'Union européenne et la zone euro»par Madame Dora Bakoyannis, Député au Parlement hellénique, Ministre des Affaires étrangères de la République hellénique de 2006 à 2009

* Remerciements par Monsieur Jean-Pascal Labille, Président du CA, GRE

* Allocution de clôture par les Autorités facultaires 

* Cocktail

Date : 15 octobre à 18h30
Lieu : HEC-ULg (14 rue Louvrex 4000 Liège)
Participation : 10 euros (montant à payer sur place) Gratuité pour les étudiants

Les bénéfices sont destinés au Fond HEC-ULg, dédicacés au cycle de conférences Jean Rey

Inscriptions: http://www.fonds-hec.com/#!formulaire/cke9


15/10/2015

Colloque international: "Cultures, Sociétés et Numérique", 15 et 16 octobre entre 09h00 et 17h00, CEIM, Montréal.


 

Colloque international "Cultures, Sociétés et Numérique"

 

Le Centre d'études sur l'intégration et la mondialisation (CEIM) de l'Université du Québec à Montréal (UQAM) organise les 15 et 16 octobre 2015 à Montréal le colloque international "Cultures, Sociétés et Numérique". Cet événement, qui intervient dans le cadre des célébrations des dix ans de la Convention de l'UNESCO sur la protection et la promotion de la diversité culturelle, présentera les principaux résultats de l'étude « Pour une culture en réseaux diversifiée. Appliquer la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles (CDEC) à l'ère du numérique » réalisée en 2015 par le CEIM la France. Dans le nouveau contexte de mise en réseaux des sociétés, des industries et des cultures, le colloque permettra de repenser les stratégies, les politiques publiques et la coopération internationale susceptibles de tirer le plein bénéfice des transformations liées au numérique tout en évitant les menaces qui sont réelles et qui préoccupent tant les décideurs que les acteurs des milieux culturels. Lors ce colloque, les spécialistes et experts internationaux en politique culturelle et en politique numérique, des représentants gouvernementaux ainsi que des acteurs culturels venant d'horizons divers tenteront de définir des politiques publiques 2.0 pour la promotion et la protection de la diversité des expressions culturelles aux niveaux national et international.

Parmi les participants confirmés à ce jour, notons :

Louis Pouzin (Précurseur de l'Internet et fondateur d'Open-Root) ;
Laurence Mayer-Robitaille (UNESCO), Toussaint Tiendrébéogo (OIF) ;
Hélène Drainville (Télé-Québec) ; Louis Houle (ISOC Québec) ;
Octavio Kulesz (Editorial Teseo) ; Chembifon Muna (Arterial Network) ;
François Bédard (Ulule Canada) ; Alain Kiyindou (Univ Bordeaux III) ; 
Loum Ndiaga (UQO) ; Jonathan Roberge (INRS), 
Emmanuel Eveno (Univ. Toulouse II) ;
Et les auteurs de l'étude Pour une culture en réseaux diversifiée : Michèle Rioux,
Destiny Tchéhouali, Christian Deblock, Gilbert Gagné,
Antonios Vlassis et Kim Fontaine-Skronski.

Quand : 15 et 16 octobre entre 09h00 et 17h00.

 : À l'Auditorium de BAnQ Vieux-Montréal. 535 Avenue Viger E. Montréal , H2L 3P3. Voir la carte.

Pour tout renseignement complémentaire ou pour vous inscrire, écrivez-nous à l'adresse suivante : tchehouali.destiny@uqam.ca ou bonilla.daniel@uqam.ca. Par téléphone 514 987 3000 poste 3910

Procurez-vous vos billets ici, nombre de places limitées..

*Lunch et pause café seront servis sur place.

Programme à jour: http://www.ieim.uqam.ca/IMG/pdf/programmecsn_06oct2015.pdf

 

Organisé par

Centre d'études sur l'intégration et la mondialisation (CEIM)

 

 


13/10/2015

Conférence : Culture et développement durable, mardi 13 octobre 2015 à 12h30, CEIM, Montréal.


 

Culture et développement durable

Conférence encadrée dans le cycle facultaire de la faculté de Science politique et droit 2

?0?15-2016.

 

Présentation :

Tout au long de 2012-15, un grand nombre d'acteurs ont cherché à inclure la culture dans le programme de développement des Nations Unies après 2015. Cette conférence offre une anatomie de la récente mobilisation internationale afin de comprendre les clivages actuels et les visions divergentes. Ce faisant, il cherche à analyser le processus politique à travers lequel l'agenda post-2015 se construit, pourquoi et comment un grand nombre d'acteurs décident de défendre l'inclusion de la culture dans l'agenda après 2015, ainsi que les réactions politiques vis à-vis de cette mobilisation. Il s'agit de montrer, d'une part, que la promotion de la culture dans l'agenda après-2015 repose largement sur la volonté de l'UNESCO pour faire avancer son agenda politique et de renforcer sa position au sein du système des Nations Unies et, d'autre part, que cette mobilisation n'a pas l'appui politique des gouvernements les plus influents.

Conférenciers

Antonios Vlassis Ph.d 
Maitre de conférences et chargé de recherches à l'Université de Liége, Fonds national de la recherche scientifique de la Belgique (FNRS. Membre du CEIM)
 

 

Pierre Bosset
Département de sciences juridiques UQAM

Conférence présidée par  :
François RochLL. D. Docteur en droit
Département des sciences juridiques

Où  : Pavillon Hubert-Aquin, local A-1715

Quand : mardi 13 octobre 2015 à 12h30

 

 

 

Organisé par

Centre d'études sur l'intégration et la mondialisation (CEIM)

 

 


11/10/2015  

Opinion piece by Madalina Sisu Vicari, The Quest for Energy Resources and Russia’s Military: Going Hand in Hand, Vocal International, the European Magazine, 2015.


Our researcher Madalina Sisu Vicari, with the collaboration of Roxana Hincu, PhD Candidate, "Al.I. Cuza" University, Romania, published an opinion piece entitled "The Quest for Energy Resources and Russia's Military: Going Hand in Hand", Vocal International, the European Magazine, 2015.

On July 26, 2015, which marked the Naval Day in Russia, Kremlin released the country's new Maritime Doctrine. Calling the NATO's expansion towards Russia's borders as "inadmissible", the document centers Russia's maritime policy on six regional areas: the Atlantic, Arctic, Caspian, Indian and Pacific Ocean, and the Antarctica. Yet, the main focus of the doctrine is on Atlantic and Arctic.

The Atlantic focus stems from NATO's expansion in the East, the "rapid integration" of Crimea and Sevastopol "into the Russian national economy", and the need to restore Russia's naval presence in the Mediterranean. Further, the doctrine aims of "guaranteeing an adequate military naval presence for Russia in" the Atlantic region along with "accelerated reconstitution and completion of strategic Russian positions" in the Black Sea". The Arctic focus is determined by several reasons: the riches of the continental shelf, the free Access to the Atlantic and Pacific oceans and the growing importance of the North Sea Route.

Why is the Arctic region so important for Russia?

research conducted by US Geological Survey, released in 2009, estimates that nearly 30% of the world's undiscovered gas and 13% of the world's undiscovered oil may be found in the Arctic area, mostly offshore, under less than 500 meters of water. The document shows that two-thirds of the undiscovered gas is located in the South Kara Sea, the South Barents Basin, the North Barents Basin and the Alaska Platform. The South Kara Sea contains nearly 39% of the undiscovered gas and is, according to the report, "the most prospective hydrocarbon province in the Arctic". More, the undiscovered gas resources are concentrated on Russia's territory. On September 15, 2015, the Russian Energy Ministry announced that the proven reserves of the country's Arctic shelf reach 447 million tonnes of oil and 10.142 trillion cubic meters of gas whereas the recoverable proven reserves of the Arctic region of Russia total 7.652 billion tonnes of oil and 66.932 trillion cubic meters of gas.

Over the past few years, the importance of the Arctic region has been largely emphasized by the Russian national security policy. Thus, in March 2009 it was adopted the Arctic strategy, entitled "The fundamentals of state policy of the Russian Federation in the Arctic in the period up to 2020 and beyond". The document underlines the importance of Arctic resources for Russia's economic and social development and considers the region "a national strategic resource base capable of fulfilling the socio-economic tasks associated with national growth".

More, the document states, "in accordance with the international law, Russia intends to establish the boundaries of its continental shelf, thus expanding opportunities for exploration and exploitation of its mineral resources". Further, "Russia's National Strategy to 2020",approved in May 2009, aims at "increasing the effectiveness of state border defense, particularly in the Arctic zone of the Russian Federation".

The "Concept of the Foreign Policy of the Russian Federation", adopted in 2013, emphasizes that one of the Moscow's foreign policy priority is "preserving and expanding Russian presence in Antarctica". Accordingly, Russia sees the utilization of the Arctic Northern Sea Route as being "of great importance for the development of the region".

"The Strategy for the Development of the Arctic zone of the Russian Federation and National Security for the period up to 2020", approved in 2013, sets the goals and priorities of the region's development and explicitly links this region to Russia's "national interests" and "national security". Among the various economic, social, environmental and politically-centered strategies for the Arctic region, the document outlines various measures aimed at developing the area's hydrocarbon resources.

The development of the Northern Sea Route (NSR), along with improvement of transport infrastructure in the Arctic shelf-"in order to diversify the main supply routes for Russian hydrocarbons to world markets"-, is highlighted, too. In this context, it is worth mentioning that Russia has been aiming at establishing the 5,600- km NSR, running from the Kara Sea to the Baring Straits, as an international transport route, which would link Europe with Russia's Far East and Asia-Pacific region. As it was aforementioned, the NSR is important for Russia in the context of the development and exportation of the Arctic's hydrocarbon resources; for instance, the Gazprom's Yamal LNG project might be boosted by the NSR expansion. Nevertheless, given the environmental concerns surrounding the loss of the Arctic seas' ice, along with overall navigation difficulties (weather conditions; need of escorting the ships by ice-breakers; costs of insurance), the analysts estimate that the shipping development through NSR is still decades away.

Following the 2008 Arctic strategy, Moscow has been pursuing the establishment of the boundaries of its continental shelf.  On 3 August 2015, Russia submitted to the UN Commission on the Limits of the Continental Shelf (CLSC) an application which claims an Arctic area of about 1.2 million-square- kilometer at a distance of over 350 nautical miles from the shore. A similar bid, introduced in 2001, was rejected by CLSC on basis of insufficient evidence. However, even with more supporting evidence, Russia's fight for the vast territory running all the way to the North Pole, -which includes the Lomonosov and Mendeleev ridges-, would be difficult to win, as the battle would have two more competitors. The rich-hydrocarbons territory coveted by Russia is also claimed by Denmark and Canada. Denmark submitted its evidence to the CLCS in 2014 and Canada will be applying soon, too.

In the last few years, Russia has been deploying large military capabilities in the Arctic, undertaking military drills and several exercises including nuclear units, fighter aircrafts, but also the Northern and the Pacific fleets. The last military deployment was held in mid-September 2015, when the Russian Northern Fleet conducted a week-time frame of scale exercises, which included 50 warships, submarines and other vessels, and 10 aircraft. More, Russia has started to build naval infrastructure in the Arctic, which includes anair-defence base on Sredniy Island. Currently, the Northern Fleet is conducting research operations under the Arctic seabed to determine the geographical demarcations of the continental shelf and territorial waters in the region.

The energy dimensions of Crimea's annexation

Crimea's annexation was presented by Russia as a rightful act of people's self-determination and compared with Kosovo's independence. Therefore, little or almost no attention was drawn to the energy dimensions of peninsula's incorporation into Russia.  One important energy dimension is related to Ukraine's energy independence plans: gradual decease of the Russian gas importations, followed by a complete end up to 2020, and the reach of energy self-sufficiency by 2035. The other significant energy dimension concerns: Russia's grasp on vast Black Sea's oil and gas resources, estimated at between 4 and 13 billion cubic meters; a greater control of the energy export routes from the Caspian region; and the takeover of the state-owned company, Chernomornaftogaz, a subsidiary of Ukraine's Naftogaz.

In 2013, Chernomornaftogaz's  gas production amounted nearly 1.650 billion cubic meters and the company was planning to reach in 2015 an annual gas production of 3 billion cubic meters. After the annexation, the Crimea's authorities nationalized the Chernomornaftogaz's assets and transferred them to Russia. Recently, Naftogaz estimated the costs of Chernomornaftogaz's loss at nearly UAH 13.8 billion and the overall damages of Crimea's annexation at UAH 19, 6 billion.

The major oil and gas resources in the Black Sea, acquired by Russia through Crimea's annexation, are the Skifska block, Pry Kerch block and  Subbotina block. A consortium led by Exxon Mobil and Shell won, in August 2012, the tender for the exploration of Shifska's gas fields. Also, in 2013, a joint venture led by ENI signed a production sharing agreement with Kiev for offshore exploration and development of a 1,400 km area situated in the eastern Crimea, which included the Pry Kerch and Subbotina blocks. Crimea's annexation endangered the energy projects involving the Western companies; more, the Council Regulation (EU) 1351/2014 and the US President's Executive Order of December 19, 2014, jointly prohibit the Western business in Crimea's energy sector.

As it was indicated above, Russia links up its presence in the Arctic to its national security. It also sees the development of the region's hydrocarbon resources as a strategic interest, laying that within the rationale of its enhanced military naval capabilities in the area.  Meanwhile, the Crimea's offshore hydrocarbon reserves have not explicitly been tied up with the need of strengthening the Moscow's military presence in the region. Nevertheless, despite the difference between the rationales of increasing Russia's military naval presence in the Arctic region, respectively in the Black Sea, the military assertiveness would only augment in these two energy-rich regions.

 

 


30/09/2015

Michal Natorski participated in the 45th UACES Annual Conference, the 9th Pan-European Conference on International Relations and an International Conference on the European Neighbourhood Policy organized by the College of Europe, Bruges campus.


Michal Natorski, Marie Curie Research Fellow at the CEFIR participated in the 45th UACES Annaul Conference in Bilbao (7-9 September 2015) where he presented a paper co-authored with Prof. Karolina Pomorska from the Maastricht University entitled "Trust and decision-making in times of crisis: the EU's response to the events in Ukraine". He also participated in the International Conference "Theorizing the European Neighbourhood Policy" organized by the Department of EU International Relations and Diplomacy Studies at the College of Europe (Bruges campus) (17-18 September 2015) with the paper "The Practices of Power Relations between the European Union and International Organizations in Ukraine". The conference was opened by Dr Johannes HAHN, Commissioner for European Neighbourhood Policy and Enlargement Negotiations who in his keynote address addressed the current Review of the European Neighbourhood Policy. Finally, Dr. Michal Natorski participated also in the 9th Pan-European Conference on International Relations organized by the European International Studies Association (EISA) in Giardini Naxos (23-26 September 2015) where he presented three papers. Among others, he presented the paper on "Knowledge production in project-based approach to conflicts: the case of Instrument for Stability of the European Union".

 

 


24/08/2015

Nina Bachkatov, professeur à l'ULg, a participé à plusieurs activités scientifiques et médiatiques sur des thèmes concernant les relations EU-Russie, les questions énergétiques, les effets des sanctions sur l'économie russe et la population, juillet/août.


Nina Bachkatov, membre du CEFIR et professeur à l'Université de Liège (ULg), a participé à plusieurs activités scientifiques et médiatiques sur des thèmes concernant les relations EU-Russie, les questions énergétiques, les effets des sanctions sur l'économie russe et la population, durant les mois de juillet et août 2015 :

1. 1er juillet, participante à la table ronde « EU-Russia relations at the light of the Ukrainian crisis », à l'Institut d'Etudes Européennes (IEE) de l'Université libre de Bruxelles (ULB).

2. 7 août, interview pour le site web de TV5Monde, sur « l'accord conclu entre la France et la Russie sur l'annulation de la livraison des Mistral ». Pour plus de détails, voir le lien suivant : http://information.tv5monde.com/info/egypte-et-arabie-saoudite-futurs-acheteurs-des-mistral-francais-46903

3. 10 août, comme invité dans « 64' - Le monde en français », TV5Monde, sur « les Russes et la crise économique et les sanctions ».

4. 14-15 août, interviews pour la RTBF, sur « Poutine, les Russes et les conséquences des sanctions ».

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Nina Bachkatov, member of CEFIR and Professor at the University of Liège (ULg), participated in several scientific and media activities on issues concerning EU-Russia relations, energy issues, the effects of sanctions on the Russian economy and population, during the months of July and August 2015:

1. July 1, participant in the round table "EU-Russia Relations at the light of the Ukrainian crisis," at the Institute of European Studies (IEE) of the Free University of Brussels (ULB).

2. August 7, interview for the website of TV5 Monde, on "the agreement between France and Russia on the cancellation of the delivery of the Mistral." For more details, see the following link: http://information.tv5monde.com/info/egypte-et-arabie-saoudite-futurs-acheteurs-des-mistral-francais-46903

3. August 10, as a guest in "64'- The world in French", TV5 Monde, on "the Russians and the economic crisis and sanctions".

4. 14-15 August, interviews for the RTBF, on "Putin, the Russians and the consequences of sanctions".

 

 


13/08/2015

Liridon Lika lectured at summer school "European and American Studies" held at the "Wilson School" in Tirana (Albania) from 21 to 26 July 2015.


Our researcher Liridon Lika, assistant and PhD Candidate at CEFIR, lectured on "EU and Turkish Foreign Policy towards the Western Balkans" at summer school "European and American Studies" held at the "Wilson School" in Tirana (Albania) from 21 to 26 July 2015.

Notre chercheur Liridon Lika, assistant et doctorant au CEFIR, a enseigné sur « l'UE et la politique étrangère turque envers les Balkans occidentaux » à l'école d'été « Études européennes et américaines » qui a eu lieu à la « Wilson School » à Tirana (Albanie) du 21 au 26 Juillet 2015.

 

 


09/07/2015  

Antonios Vlassis participated at the International Conference on Public Policy, held in Milan from 30 June to 4 July 2015 and at the 13ème Congrès de l'Association française de Science Politique, held in Aix-en-Provence from 22 to 24 June 2015


Our researcher Antonios Vlassis, FNRS Research Fellow participated at the International Conference on Public Policy, held in Milan from 30 June to 4 July 2015 and he presented the paper "Global policy making beyond and above states? the international organizations within the global governance of cultural industries". 


Antonios Vlassis participated also at the 13ème Congrès de l'Association française de Science Politique, held in Aix-en-Provence from 22 to 24 June 2015 and he presented the paper "European Parliament and cultural diplomacy: voice and influence".  


06/07/2015

María Luisa Azpíroz, Marie Curie Research Fellow at CEFIR, will participate in the VIII Latin American Congress of Political Science (ALACIP), which will take place from 22 to 24 July in Lima (Peru).


María Luisa Azpíroz, Marie Curie Research Fellow at CEFIR, will participate in the VIII Latin American Congress of Political Science (ALACIP), which will take place from 22 to 24 July in Lima. She will present the paper entitled "European Union's Media Diplomacy and Visibility in the Press of Its Latin American Strategic Partners: Brazil and Mexico". 

 

María Luisa Azpiroz, chercheure Marie Curie au CEFIR, participera au VIIIe congrès latino-américain de science politique (ALACIP), qui aura lieu du 22 au 24 juillet à Lima. Elle présentera un papier intitulé "European Union's Media Diplomacy and Visibility in the Press of Its Latin American Strategic Partners: Brazil and Mexico".


22/06/2015  

Opinion piece : Madalina Sisu Vicari, "Putin’s Euro-Asian Union between the EU and China", Vocal International, the European Magazine, 2015.


The Eurasian Economic Union (EEU) stemmed from a series of initiatives which aimed at integrate the countries of the former Soviet Union into a regional regime while maintaining Russia's traditional influence in its neighbourhood. Preceded by the Eurasian Customs Union (formed by Russia, Belarus and Kazakhstan in 2010) and the Common Economic Space, the EEU entered into force on January 1, 2015 and seeks to create an economic union between Russia, Belarus, Kazakhstan, Armenia and Kyrgyzstan. The documents of Kyrgyzstan's accession to EEU have been recently signed, on May 8, 2015.The Treaty establishing the EEU lays down the free movement of goods, services, capital and labor and pursues the creation of several single markets:  the single market of pharmaceutical and medical devices (by 2016), the single market of electric power (by 2019) and the single market of hydrocarbons (by 2025).  Since January 1, 2015, the freedom of labor movement is in place between the EEU's member states, along with the freedom of services in 40 sectors. Though it officially aims at spurring the regional economic integration, the EEU represents, to a large extent, Russia's response to the geopolitical developments occurred in its neighbourhood.

The EEU's creation marks a shift in Russia's foreign policy, which suggests Moscow's willingness to respond in an assertive way to the geopolitical transformations which took place in its neighbourhood, represented mainly by the creation of the Eastern Partnership, and, to a lesser extent, by the Chinese influence in Central Asia's republics. Nevertheless, the EEU's project was initiated mainly as an attempt to counter EU's influence and actions in the former Soviet space. Thus, the EEU's project was presented by Vladimir Putin in an article published in "Izvestia" on October 3, 2011, immediately after an Eastern Partnership Summit held in Warsaw.  EEU's narrative, as Putin's article presents it, is largely constructed with reference to the EU.  Putin's geopolitical ambition for EEU is clearly revealed by the approach he has on the possible collaboration between EEU and EU; that should go beyond the commercial cooperation and should induce "changes in the geo-political and geo-economic set up of the continent as a whole".  The Ukrainian crisis accelerated Russia's willingness to respond to the new geopolitical developments and to have a tool of re-establishing its influence in its neighbourhood; consequently, the founding Treaty of the EEU was signed on May 29, 2014 at Astana.  The institutional architecture of the EEU was largely inspired by the EU project, though the power is organized in a centralized, top-to down manner.  Hence, EEU's "supreme authority" is the Supreme Council, composed by the presidents of the member states, who appoint the Chairman and the members of the Eurasian Economic Commission; an EEU's body, composed by the heads of the governments, is the Intergovernmental Council.  The Eurasian Economic Commission is the EEU's permanent regulatory body, each member state being represented by 3 members. The EEU has also a Court of Justice, which should ensure the implementation of the EEU's regulations .

Though a geopolitically- driven project, will EEU succeed in achieve economic cooperation between its member states and further economic integration on a large scale? The evidences accumulated so far show great differences between the economic potential of EEU's member states and various degrees of economic dependence on Russia.  For instance, the economies of Belarus and Armenia heavily rely on Russia in terms of subsidies on oil and gas (Belarus), trade (Belarus, Armenia) and foreign investment (Armenia). Since the entering into force of the Eurasian Customs Union, there were observed significant trade diversion effects in the case of Kazakhstan. The newest EEU's member, Kyrgyzstan, has a high economic dependence on Moscow, as nearly 30% of its GDP is represented by the remittances sent by its labor migrants from Russia. The analysts estimate that the trade diversion effects within EEU are likely to be pursued and there would be other side effects, like the strengthening of the income levels' divergence between the member states. Other opinions consider even that Moscow is to benefit the most from EEU's creation, as this organization would mainly enhance the bilateral trade between Russia and the other member states.  Would these prospects are likely to be changed by the future international free trade agreements that EEU may sign with other countries? (a free trade agreement is already set to be signed with Vietnam at the end of May).  The answer largely depends on which extent the future free trade agreements would take into consideration all member states' economic interests.

 

 


22/06/2015  

Opinion piece : Madalina Sisu Vicari, "EU’s Energy Diplomacy 2.0.", Vocal International, the European Magazine, 2015.


In the last years, building the external dimension of EU's energy policy has been one of the Union's important and manifested aims. The issue was designated by the European Commission as a goal of EU's energy policy since 2006, through the "Green Paper Energy Strategy", which emphasizes the need of setting up the EU's external energy policy. This necessity was further underlined by the "Energy 2020 Strategy" (2010) and "EU Energy Policy" (2011). These documents call, among other measures, for the establishment of partnerships with supplier countries, in order to secure Europe's energy supplies.

In this regard, in 2006, the EU and Azerbaijan set up a strategic energy partnership, aimed at securing the oil and gas supplies from Azerbaijan and the Caspian region to the European markets. Actually, this partnership precedes and most likely inspired the creation of the Southern Corridor, initiated three years later, in 2009.

The "European Energy Security Strategy" (2014) emphasizes the necessity of guaranteeing EU's security of supply in the context of Europe's energy dependence on Russia. At the same time, the external dimension of   EU's energy policy is approached in a more upgraded manner, as it seeks the comprehensive use of foreign policy tools to back the external energy  policy's  goals. The "Energy Union Package", issued this year, indicates  EU's intention to use foreign policy instruments  to develop its external energy policy through different actions such as: establishment of strategic energy partnerships with Algeria, Turkey and other suppliers of Middle East and Africa; upgrade of the existing partnerships with Norway, United States, Canada and Ukraine; particular attention paid to the energy issues in trade agreements; raise of  EU's influence within the global energy governance system.

Since the launch of Energy Union, the Commission has undertaken several initiatives in this regard. The recent outcomes of EU's actions falling into the energy diplomacy's sphere are the energy dialogues set up with Turkey (March 17, 2015), Algeria (May 5, 2015) and the "Ashgabat Declarationon the energy cooperation between Turkmenistan, Azerbaijan, Turkey and the EU (May 1, 2015). The latter aimed at preparing the framework of supplying the Turkmen gas to Europe, which would contribute to the Southern Corridor's development and further enhance the EU's energy security. The setting up of the Euro-Mediterranean gas platform (May 11, 2015) is also a result of the endeavors undertaken in the energy diplomacy's field.

Though of critical importance, the energy security is only one of the other closely-related dimensions of the Energy Union; the other dimensions are: completion of the fully-connected internal energy market, increase of energy efficiency, decarbonisation of economy and development of research, innovation and competitivenessIn this regard, EU is stepping up its energy diplomacy actions to achieve cooperation for reaching the goals of the COP21 Conference in Paris in December 2015.

Implementing the all five dimensions of the Energy Union would require a governance system based not only on better coordination of the Members States' energy policies but also on regional cooperation among themIn this regard, the EU's energy ministers have recently asked the Commission to rapidly present a framework of Energy Union's governance system, which will be discussed by the European Council in December 2015.

Nevertheless, achieving and implementing the Energy Union's governance system may be a challenging, even complicated task, as the energy policy-as a shared competence between the Member States and the EU-has a strong intergovernmental dimension.Harmonizing the Member States' national interests in the energy field, putting them into the framework of Energy Union's governance system and overcoming  the challenges of implementing the all dimensions of the Energy Union  would require complex and multi-level negotiations. In other words, it would require diplomatic efforts. Therefore, the energy diplomacy-though in a meaning which goes beyond its classical one- may play a role not only in strengthening EU's external energy policy, but in boosting the Energy Union as well.

That is why the Commissioner Maros Sefcovic launched the Energy Union Tour to embark on intensive dialogues with Member States' governments, national parliaments, business' and civil society's representatives.  Started in Netherlands on May 20, 2015, the Energy Union Tour has stopped so far in Czech Republic, Latvia, Slovakia and Luxembourg. Before the summer break, its next destinations will be Hungary, Denmark, Germany,  Sweden, Portugal, Slovenia, Croatia and the UK.  The findings of this tour will be included in the first State of the Energy Union report to be presented to the European Parliament and Council later this year and which, very likely, would represent the base for further negotiations. Probably, the energy diplomacy would not stop at the end of the Energy Union Tour and would also play its part beyond it.

 

 


16/06/2015  

Dr. Michal Natorski, Marie Curie Research Fellow at the CEFIR participated in the 14th Belgium-Dutch Political Science Conference (Politicologenetmaal) hosted by the Department of Political Science of Maastricht University.


Conference participation

Dr. Michal Natorski, Marie Curie Research Fellow at the CEFIR participated in the 14th Belgium-Dutch Political Science Conference (Politicologenetmaal) hosted by  the Department of Political Science of Maastricht University and organized by the Political Science Associations of the Netherlands (NKPW) and Belgium (VPW). He presented a paper co-authored with Prof. Karolina Pomorska from the Maastricht University entitled "Trust and decision-making in times of crisis: the EU's response to the events in Ukraine".

Abstract: The study assesses whether the EU's response to Ukrainian crisis emerges from the trusting relationship between the key actors involved in shaping the Union's approach towards Ukraine and Russia: the member states (both in the European Council and the Council of the EU), the European External Action Service and the European Commission. To this aim, we check whether institutional ambiguities inherent in the official EU positions were motivated by trust or were a symptom of institutional compartmentalization and disbelief in the intentions of the others. The paper contrasts the views and interactions of different actors engaged in the EU decision-making process during three stages of Ukrainian crisis in the period 2012-2014. Similarly, we also analyse whether the relationships of trust are established only between specific actors within each of the studied institutions.

 

 


16/06/2015  

Dr. Michal Natorski invited by the Institut Barcelona d’Estudis Internacionals delivered a public lecture on the relations between the EU and Russia in the context of war in Ukraine, Barcelona, 2 June 2015.


Guest lecture

Dr. Michal Natorski, Marie Curie Research Fellow at the CEFIR was invited by the Institut Barcelona d'Estudis Internacionals and Palau Macaya de l'Obra Social "la Caixa" to take part in a cycle of conferences on "Russia and the European Union in the framework of a new European disorder". He delivered a public lecture entitled "Confrontation about Ukraine between the European Union and Russia: an old geopolitics or a new multipolar order?".

 

 


16/06/2015

María Luisa Azpíroz, Marie Curie Research Fellow at CEFIR, took part in the XXXIII International Congress of the Latin American Studies Association, celebrated last May in Puerto Rico.


María Luisa Azpíroz, Marie Curie Research Fellow at CEFIR, took part in the XXXIII International Congress of the Latin American Studies Association, celebrated last May in Puerto Rico. She presented the paper "Mediated Public Diplomacy in the Expropriation of YPF from Repsol: The European Union and Its Discourse in the Argentine Press/Diplomacia mediática en la expropiación de YPF a Repsol: La Unión Europea y su discurso en la prensa argentina". 


12/06/2015  

Interview du professeur Sebastian Santander pour le journal suisse Le Temps, "L’Europe perd de son influence en Amérique latine", par Ram Etwareea, 12 juin 2015.


Le sommet entre l'Union européenne et les pays de la Communauté des Etats d'Amérique latine et des Caraïbes s'est achevé jeudi. Dans le continent sud-américain, la Chine supplante les Européens et devient un partenaire incontournable.

Les dirigeants de la Communauté des Etats d'Amérique latine et des Caraïbes (Celac, 33 pays) qui ont participé au sommet avec ceux de l'Union européenne (UE) mercredi et jeudi à Bruxelles ne sont pas rentrés pas les mains vides. En deux jours, les Vingt-Huit se sont engagés à financer divers programmes (infrastructures, développement durable, télécommunications, petites et moyennes entreprises, environnement) pour un montant de 800 millions d'euros sur cinq ans. De plus, Bruxelles ouvre la voie aux étudiants et chercheurs sud-américains aux programmes Erasmus et Horizon 2020. L'Union a aussi décidé d'exempter les ressortissants colombiens et péruviens de visa pour voyager dans l'espace Schengen.

Une telle générosité faite au nom des relations historiques et d'un avenir commun face à de nombreux défis mondiaux (changement climatique, immigration, insécurité) ne cache toutefois pas une réalité: l'érosion de l'influence européenne en Amérique du Sud au profit de nouveaux acteurs comme l'Inde, la Corée du Sud, mais surtout la Chine.

A l'issue du sommet, les présidents du Conseil européen, Donald Tusk, et de la Commission, Jean-Claude Juncker, ont les deux souligné avec force que l'UE tient à consolider ses relations avec la Celac, notamment en contribuant au développement économique de cette partie du monde. Mais aux yeux de Sebastian Santander, professeur d'économie politique à l'Université de Liège (Belgique), les 800 millions d'euros qu'offre l'UE ne permettront pas de marquer une forte présence. «C'est du saupoudrage, ironise-t-il. Car, durant la même période, la Chine y consacrera plusieurs milliards. Rien qu'en 2014, les investissements chinois en Amérique latine ont atteint 20 milliards de dollars.» Dans l'ensemble toutefois, les Européens restent les premiers investisseurs avec un total de 385 milliards d'euros.

Outre la forte présence des Asiatiques, la marginalisation de l'UE en Amérique du Sud a encore d'autres raisons. «Tous les pays européens n'y ont pas les mêmes intérêts, poursuit le professeur liégeois. Pour des raisons historiques et culturelles, l'Espagne, le Portugal et, dans une moindre mesure, l'Italie sont les meneurs. L'Allemagne, la France et les Pays-Bas sont intéressés surtout par le commerce, alors que les nouveaux membres de l'Union - ceux de l'Est - n'ont aucun lien avec ce continent.»

Pour le professeur Santander, si l'Europe perd pied en Amérique du Sud, mais aussi dans d'autres continents, c'est qu'elle est phagocytée par ses propres problèmes internes et externes depuis au moins une décennie. «La crise institutionnelle, la crise économique et sociale et l'élargissement laissent peu d'énergie à consacrer au monde extérieur», analyse-t-il. Sebastian Santander rappelle que l'Union a mis en place plusieurs plateformes de dialogue politique avec la Celac, mais le soufflé est tombé très vite. Par ailleurs, les pays d'Amérique latine ne sont pas homogènes, ce qui a pour conséquence que les initiatives européennes peinent à se concrétiser. Par exemple, le projet de créer une zone de libre-échange avec le Mercosur (Brésil, Argentine, Venezuela, Uruguay, Paraguay et Bolivie) est en panne depuis plusieurs années. A ce propos, Jean-Claude Juncker a annoncé hier son intention de le relancer.

Les dirigeants européens n'ont pas évoqué le facteur chinois lors du sommet. Mais les faits sont là. Pékin dispose d'une réserve de guerre de 3800 milliards de dollars, ce qui lui permet d'investir massivement là où ses intérêts stratégiques sont en jeu. En mai dernier, le premier ministre chinois Li Keqiang a donné le coup d'envoi d'une ligne ferroviaire de 5300 km traversant les territoires brésilien et péruvien à travers l'Amazonie et la Cordillère des Andes, ce qui facilitera le transport des matières premières nécessaires à la Chine. Cette «route de la soie» en Amérique latine coûtera entre 10 et 30 milliards de dollars et devrait être inaugurée en 2020. Au fils des années, certains pays sont devenus dépendants de la Chine. Le Paraguay, par exemple, écoule 50% de sa production de soja sur le marché chinois.

«L'Europe ne doit toutefois pas baisser les bras, déclare Sebastian Santander. Elle doit s'associer avec d'autres régions du monde, comme elle le fait avec le projet d'accord transatlantique de libre-échange avec les Etats-Unis, si elle veut encore peser dans la gouvernance du monde.»

 

 


12/06/2015  

Interview du professeur Sebastian Santander en espagnol pour DW (Deutsche Welle), "Entre la UE y Mercosur siguen “los mismos obstáculos”, 12/06/2015.


Entre la UE y Mercosur siguen "los mismos obstáculos"

Las prolongadas negociaciones entre la UE y Mercosur podrían contar a finales de año con un intercambio de ofertas. Así la información oficial. Analistas consultados por DW no son tan optimistas.

Un renovado impulso a las negociaciones del gran acuerdo entre Mercosur y la Unión Europea se esperaba como resultado de la II Cumbre entre CELAC y la UE en Bruselas.

Aunque la presidenta brasileña Dilma Rousseff declaró que el Mercosur estaría listo para entregar una oferta al bloque europeo, según observadores de estas lentas y accidentadas negociaciones, las grandes declaraciones optimistas en el contexto de esta cumbre birregional -como lo fueron anteriormente la de Santiago en 2013 y la de Madrid de 2010- han perdido aliento.

Con todo, al parecer ya existe una oferta concreta consensuada con Argentina, al parecer, la más difícil de convencer de las bondades de este acuerdo. La pregunta es si esa oferta será suficiente para los europeos, o si éstos llegarán a hacer una propuesta lo suficientemente atractiva como para "enamorar" otra vez al gigante sudamericano.

Con todos o con ninguno

Si así no fuese, ¿negociar con el que esté dispuesto? ¿Un Mercosur de dos velocidades? Fuentes oficiales europeas reiteran que el mandato que tienen es para negociar con todos: Brasil, Argentina, Uruguay y Paraguay.

Brüssel Celac Gipfel Dilma Rousseff

Al fantasma de acuerdos parciales, que iba cobrando cada vez más fuerza hasta hace poco, las declaraciones oficiales le quitan la sábana. "Tenemos mandato para negociar con un bloque y mientras nos sigan dando señales de que hay interés seguiremos negociando", explicaba a la prensa un alto oficial de la UE.

En la apertura para los productos agrícolas de Mercosur y el libre paso para los productos industriales europeos así como la seguridad para sus inversiones se estancaron las negociaciones en el pasado.

Con todo, "hoy en día, si Europa propusiera una liberalización total de la agricultura no bastaría para algunos de los estados miembros del Mercosur y en particular para la Argentina que está en un proceso de reindustrialización. Un acuerdo de libre comercio amenazaría varias políticas públicas; además está muy centrada en asuntos domésticos", responde a DW Sebastián Santander, politólogo de la Universidad de Lieja, especialista en procesos de integración.

"En Brasil también hay temor: por un lado que la competencia europea afecte las industrias brasileñas que ya están bajo presión a causa de la competencia china. Por otro, ante la posibilidad de que se concluyese el acuerdo con Estados Unidos, el riesgo de quedar fuera de las cadenas de valores".

Ante esta situación, "no es creíble que hacia el fin del verano haya una oferta que sea suficiente para ambas partes porque los obstáculos seguirán siendo los mismos", afirma Santander. Como fuere, los ministros de ambos bloques han intercambiado información general sobre sus ofertas. Un intercambio formal de ofertas se anuncia para el último trimestre de 2015.

 

 


09/06/2015  

Sebastián Santander, profesor: “Hace falta voluntad política para un mayor acercamiento entre la UE y Latinoamérica”, Euronews.


Bruselas acoge la II cumbre entre la Unión Europea y la Comunidad de Estados Latinoamericanos y Caribeños. Para conocer más sobre las relaciones entre ambas partes, entrevistamos a Sebastián Santander, profesor en la Universidad de Lieja (Bélgica) y especialista en relaciones internacionales.

Marta Vivas Chamorro, euronews: ¿En qué punto se encuentran las relaciones entre la Unión Europea y América Latina y el Caribe?

Sebastián Santander, profesor : "La asociación atraviesa un período de duda porque, pienso yo, se crearon muchas expectativas al lanzar estas relaciones durante la década de los 90 y la voluntad política no ha seguido avanzando. En Europa hay pocos países que se interesan en América Latina y el Caribe. Por supuesto, España, es el primer y principal país, pero la gran mayoría de los países de Europa tienen poco interés en el continente y tienen intereses, por ejemplo, en el Mediterráneo o en los países del Este. Hace falta una voluntad política para desarrollar una verdadera asociación estratégica. Por otro lado, Europa y América Latina no tienen visiones comunes de lo que tiene que ser el mundo. La representación política del mundo es diferente en América Latina y en Europa. Los intereses comunes no son tan grandes y hay que subrayar que el mundo está cambiando. Hay potencias emergentes que han llegado a América Latina. Europa está en crisis. América Latina tiene menos interés en Europa que en el pasado y China está ocupando, cada vez más, un lugar importante a nivel económico, comercial, financiero y a nivel político en América Latina. América Latina se ha ido alejando de Europa y Europa de América Latina. La crisis europea afecta bastante no solamente a la voluntad política europea sino también a la imagen que Europa tiene en América Latina porque durante años el modelo europeo fue una referencia para los procesos de integración en América Latina".

euronews: ¿Qué retos tienen a partir de ahora ambas partes ?

Santander : "El reto más importante es el reto de la voluntad política. Hay que definir un par de prioridades, no muchas prioridades como lo han hecho durante décadas. Hay que identificar un par de prioridades en las cuales se puede desarrollar una verdadera asociación entre Europa y América Latina y el Caribe. Es necesario desarrollar una representación común del mundo, de los desafíos y de la geopolítica internacional. Hay otros retos que tienen que ver con la normalización de las relaciones con Cuba. Ahora Europa está intentando acelerar esa normalización mientras que Estados Unidos ya lo está haciendo. Y Europa suele esperar a que los otros marquen el paso. Otro reto sería avanzar en las relaciones con el Mercosur, porque hoy en día el Mercosur también atraviesa un momento muy difícil. Firmar un acuerdo con el Mercosur permitiría consolidar al Mercosur también y demostrar a estos países que son una de las economías más importantes del continente, que Europa se interesa y está lista para concluir acuerdos tan importantes como es el del Mercosur".

euronews: ¿Por qué no avanzan las negociaciones con el Mercosur ?

Santander : "El Mercosur tuvo un período dorado durante la década de los 90 pero, poco a poco, empezaron a surgir problemas entre los países asociados. Cada país, en particular Argentina y Brasil, llevan a cabo políticas proteccionistas. Hay unos que son más proteccionistas que otros y otros que quieren liberalizar mucho más como, por ejemplo, Uruguay o Paraguay que quieren acuerdos de libre comercio bilaterales con Europa, Estados Unidos o Asia. En cambio, Argentina desea mantener una posición común y negociar de manera conjunta con terceros países, pero hay muchos problemas internos, crisis internas como la que pasó Argentina y afectó a países como Uruguay, Paraguay y Chile, aunque Chile no sea miembro del Mercosur. Brasil también ha atravesado una crisis. Hoy en día hay una sintonía ideológica muy diferente". 


09/06/2015  

Interview du professeur Sebastian Santander en espagnol pour Euronews: "La cumbre entre UE y CELAC: socios con reservas" por Óscar Valero.


Pour visionner la video, veuillez cliquer sur le lien suivant:

http://es.euronews.com/2015/06/09/la-cumbre-entre-ue-y-celac-socios-con-reservas/ 

 

Bruselas será el escenario este miércoles y jueves de la cumbre entre la UE y la CELAC. Los jefes de Estado europeos por un lado y los latinoamericanos y del caribe por otro repetirán la reunión de hace dos años en Santiago de Chile. El objetivo de la cumbre es impulsar las relaciones bilaterales.

Para el profesor Sebastián Santander, de la Universidad de Lieja, va a ser difícil llegar a acuerdos, ya que ambos bloques tienen divergencias en muchos asuntos: "El mundo está cambiando. Hay potencias emergentes que han llegado a América Latina. Europa está en crisis. América Latina tiene menos interés en Europa que en el pasado y digamos que China está ocupando cada vez más un lugar importante a nivel económico, comercial, a nivel financiero y también a nivel político en América Latina".

Aunque Latinoamérica sigue siendo el quinto socio comercial de la UE

CELAC = EU's fifth most important trading partner in 2014 #EUCELAC #UECELAC #Eurostathttp://t.co/2kwDOEz25U pic.twitter.com/0yZT65MRdn

- European Commission (@EU_Commission) June 9, 2015

Por tanto la economía ocupará un primer plano, con especial atención a un acuerdo de libre comercio entre la UE y el Mercosur que no termina de cerrarse. Para Francisco Assis, responsable europeo de relaciones con este organismo latinoamericano, hay una responsabilidad compartida en este bloqueo: "Del lado europeo las dificultades que se han presentado tienen que ver con la agricultura principalmente. Muchos países europeos están preocupados por competencia de Sudamérica en ese sector. Del lado sudamericano, hasta ahora, las reticencias vienen de la industria y el sector servicios, donde sienten que no están todavía preparados para competir con los europeos".

¿Puede esta cumbre ser un impulso para el acuerdo? Para el experto Luigi Gambardella, presidente de la asociación EUBRASIL, hay que ser más flexibles: "Puede que la única manera de que se concrete es siendo flexibles. Un acuerdo negociado con Mercosur primero y luego dejando a los países miembros aplicarlo a diferentes velocidades".

Una relación más cercana de Mercosur y la UE es lo que desea la presidenta del FMI, Christine Lagarde.

No solo de economía viven las relaciones: en esta cumbre también se hablará de crecimiento sostenible, educación, seguridad, derechos humanos y cambio climático.

Benita Ferrero-Waldner: las relaciones comerciales han bajado un poco, pero se han consolidado

Para hablar de los desafíos de esta cumbre euronews entrevista a Benita Ferrero-Waldner, presidenta de la Fundación Unión Europea-América Latina y el Caribe. Ha sido también comisaria europea.

Marta Vivas Chamorro, euronews:
"El lema de esta cumbre es trabajar por unas sociedades prósperas cohesivas y sostenibles. ¿Cómo se traslada todo ese trabajo a la gente de la calle?

Ferrero-Waldner: 
"Bueno, primero creo que es importantísimo destacar que realmente esta cumbre va a servir para revitalizar nuestras relaciones birregionales y para legitimar a los ciudadanos. ¿Como se tralada todo eso despues a la gente?. Ýo creo que trabajando en muchas cosas concretas, como estamos haciendo en nuestra fundación, donde trabajamos con proyectos relacionados con la educación superior, por ejemplo. Se ha celebrado (en Bruselas) también la cumbre académica y nosotros apoyamos mucho este proceso porque sin educación para todos, efectivamente, no podemos tener este progreso que quisiéramos. O para pymes, las pequeñas y medianas empresas, donde la nueva clase media representa ya 88 millones de personas (que han salido de la pobreza en América Latina y el Caribe) desde el año 2002 hasta 2014 y eso repercute también en una sociedad más productiva".

euronews:
En los últimos años algunos países latinoamericanos han incrementado sus relaciones comerciales con otros mercados, como por ejemplo China, sin olvidarnos de Rusia en el sector energético. ¿Pierde terreno Europa?. ¿O puede aprovechar de alguna manera esos flujos comerciales?.

Ferrero-Waldner: 
"Lo primero de todo, no creo que perdamos realmente terreno. Hemos bajao un poco en lo que se refiere a nuestras relaciones comerciales pero se han estabilizado y se han consolidado bien. Y si uno ve las inversiones europeas que son de 34 mil millones de euros, yo creo que eso es muy importante".

euronews:
Su fundación organizó, recientemente, unas jornadas sobre el desempleo juvenil. Es un problema que afecta tanto a Europa como a América Latina. ¿Qué conclusiones se sacaron de esas reuniones?

Ferrero-Waldner:
"Los afectados por esta situación tienen que estar en este proceso. Yo creo que éste ha sido uno de los puntos más relevantes. Y después hay que dar formación a todas esas personas, formación profesional, educación. Porque los que tienen conocimientos lo tienen mucho más fácil. Después está la cuestión de la movilidad. Los jóvenes dijeron que quieren tener también más posibilidades de conocer otros países".

Por Óscar Valero

 

 


21/05/2015  

NEW RESEARCHER : The CEFIR is proud to welcome Dr. Weidong Wang in its team.


NEW RESEARCHER

The CEFIR is proud to welcome a new researcher in its team : Dr. Weidong Wang, visiting scholar at University of Liège sponsored by China Scholarship Council and Associate professor at College of Humanities and Social Sciences at China Jiliang University.

Dr. Weidong Wang will be working with the CEFIR for six months.

His research topics are :

EU-China Relations

Urban and Regional Management

Public Crisis Management

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

NOUVEAU CHERCHEUR

Le CEFIR est fier d'accueillir un nouveau chercheur dans son équipe: Dr. Weidong Wang, chercheur invité à l'Université de Liège financé par le Conseil des bourses de Chine et professeur associé au Collège des humanités et des sciences sociales à l'Université Jiliang Chine.

Dr. Weidong Wang va travailler au sein du CEFIR pendant six mois.

Ses sujets de recherche sont:

Les relations UE-Chine

Gestion urbaine et régionale

Gestion publique des crises

 

 

 

 


12/05/2015  

NEW RESEARCHER : The CEFIR is proud to welcome Gustavo Matiuzzi de Souza in its team.


NEW RESEARCHER

The CEFIR is proud to welcome a new researcher in its team : Gustavo Matiuzzi de Souza, Research Fellow (CAPES Foundation, Ministry of Education of Brazil) at the ULg and PhD Candidate at the Pontifical Catholic University of Rio Grande do Sul (PUCRS) and at the ULg.

Gustavo Matiuzzi de Souza will be working with the CEFIR for a year. The main topics in his research field are :

* Regional Integration Processes (Mercosur)

* Border Integration

* Brazilian Foreign Policy

* International Relations Theory

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

NOUVEAU CHERCHEUR

Le CEFIR est fier d'accueillir un nouveau chercheur dans son équipe: Gustavo Matiuzzi de Souza, chercheur (Fondation CAPES, Ministère de l'Education du Brésil) à l'ULg et doctorant à l'Université pontificale catholique de Rio Grande do Sul (PUCRS) et à l'ULg.

Gustavo Matiuzzi de Souza va travailler au sein du CEFIR pendant un an. Les principaux sujets dans son domaine de recherche sont:

* Processus d'intégration régionale (Mercosur)

* Intégration frontalière

* La politique étrangère brésilienne

* Théories des relations internationales 

 

 

 


05/05/2015  

Gabrielle Cusson will participate in the workshop "The State between Interdependence and Power in Contemporary World : a reassessment", Mons, Belgium


Gabrielle Cusson from Center for International Relations Studies (CEFIR) will participate in the workshop "The State between Interdependence and Power in Contemporary World : a reassessment", in Mons, May 5, 2015, Belgium.


The title of her lecture is as follows: "Brazil's South South Cooperation with Africa; a win win Relationship ? The case of biofuels production in Mozambique".


17/04/2015

Gabrielle Cusson from CEFIR will present a paper at the annual Society of Latin America Studies Conference at Aberdeen University, Scotland, on April 17-18 2015.


CONFERENCE

Gabrielle Cusson will present a paper at the annual Society of Latin America Studies Conference at Aberdeen University, Scotland, on April 17-18 2015.

Her presentation will be presented as a part of the panel on Latin America and South-South development cooperation :

"Brazil's South South Cooperation with Africa; a win win Relationship ? The case of biofuels production in Mozambique"

ABSTRACT; 

Brazil is now recognized as an emerging actor in international development cooperation considering its financial investments and the deployment of its many technical cooperation projects. Despite its cooperation in its own region, Brazil mobilizes a considerable amount of resources towards SSDC in Africa, and especially in Portuguese speaking countries, where it develops a "solidarity diplomacy". As an emergin power, Brazil has its own strategic, political and commercial interests. Therefore, it is relevant to ask ourselves if an emerging country can deploy a selfless SSDC policy and establish a win win relationship? This papers wishes to analyses whether Brazil's SSDC policy is motivated by principles of solidarity or is it a tool to consolidate its status as a global powerthe real motivations behind Brazil's SSDC towards Africa, through the controversial agricultural development projetc ProSAVANA.


09/04/2015

Liridon Lika from CEFIR participated in the conference/debate «Un État fédéral, comme moyen d’égalité et de respect de tous les citoyens ”: réflexion sur le cas de la Macédoine? », organised by asbl Sireas and asbl MAKOWAL, April 9, 2015, Namur.


 

Liridon Lika from CEFIR participated in the conference/debate «Un État fédéral, comme moyen d'égalité et de respect de tous les citoyens ": réflexion sur le cas de la Macédoine? »/"A federal state as a means of equality and respect for all citizens: reflection on the case of Macedonia? ", organised by asbl Sireas antenne Namur, and asbl MAKOWAL, April 9, 2015, Namur (Belgium).

 

 


01/04/2015  

New Researcher: The CEFIR is proud to welcome a researcher in its team; Ludmila Culpi, Lecturer and PhD Candidate at the Federal University of Paraná in Brazil


 

NEW RESEARCHER

The CEFIR is proud to welcome a researcher in its team;

Ludmila Culpi, Lecturer and PhD Candidate at the Federal University of Paraná in Brazil

Miss Culpi will be working with the CEFIR for a year, as part of a financed fellowship by the CAPES Foundation of the Brazilian Ministry of Education.

Ludmila Culpi will be working on « Mercosur and Economic Development Policies: Public Policy Transfer Process by the Institutions of Mercosur to Brazil and Argentina »

 

 


13/03/2015

Gabrielle W.Cusson donnera une conférence le 17 mars 2015 dans le cadre de la Journée de la Francophone organisé par le Comité universitaire pour la promotion de la langue française et des cultures francophones au sien du Pôle universitaire de Gorizia.


CONFÉRENCE

Gabrielle W.Cusson donnera une conférence le 17 mars 2015 dans le cadre de la Journée de la Francophone organisé par le Comité universitaire pour la promotion de la langue française et des cultures francophones au sien du Pôle universitaire de Gorizia, en Italie : "L'aide canadienne au développement à la croisée des chemins; entre altruisme et pragmatisme ».

Résumé: Depuis l'arrivée au pouvoir du gouvernement conservateur de Stephen Harper en 2007, l'aide canadienne au développement a subi plusieurs changements, tant aux niveaux de la nature des interventions, des modes de gestion de l'organisation de l'aide, du financement des projets, de l'orientation de l'aide ainsi que des relations avec les différents partenaires du développement. En 2013, le gouvernement a annoncé la fusion de l'Agence canadienne au développement international (ACDI) au Ministère des Affaires étrangères et du Commerce international (MAECI) au nom d'une plus grande cohérence des politiques pour un développement plus efficace. Alors que certains y perçoivent une réelle opportunité de réformer l'ensemble de la politique canadienne pour le développement, plusieurs soulignent l'évidence d'une stratégie pour aligner l'aide aux intérêts commerciaux et diplomatiques du Canada. L'aide canadienne au développement assiste indéniablement à une réorientation et à une remise en question profonde de ses buts, de ses objectifs et de ses principes fondamentaux. Dans cette optique, cette conférence présentera une analyse à savoir si la réorientation de l'aide canadienne au développement en cours depuis l'arrivée du gouvernement Harper s'inscrit dans un souci d'efficacité et de solidarité ou d'instrumentalisation aux profits des intérêts stratégiques du Canada. 


12/03/2015

Antonios Vlassis, Michal Natorski, and Ileana Daniela Serban participated in the 56th Annual Convention of the International Studies Association in New Orleans


1. Dr. Antonios Vlassis from the Centre for International Relations Studies (CEFIR) - presented his research on "Regional organizations, international norms and global governance of culture: the EU foreign policy and the diversity of cultural expressions" during the 56th Annual Convention of the International Studies Association (18-21 February 2015) in New Orleans in the United States.


Abstract: The aim of this paper is to explore empirically and qualitatively the links between regional organizations and international norms, by using an institutionalism centered on the actors. It seeks thus to analyze the European Union's capacity to act within the global governance of culture, and in particular its ability to promote the Convention on diversity of cultural expressions (CDCE) beyond the EU.

 

2. Dr. Michal Natorski - Postdoctoral Marie Curie Research Fellow at the Centre for International Relations Studies (CEFIR) - presented his research on "The practices of the quasi-diplomatic field of international bureaucracies: the relations between the EU and International Organizations in Ukraine" during the 56th Annual Convention of the International Studies Association (18-21 February 2015) in New Orleans in the United States. In his paper he scrutinizes the assumption of the EU's leading role in Ukraine in the context of crisis and war in Ukraine. In particular he addresses the role of organizations resources and knowledge in the establishment of local hierarchies between different institutions and traces the networks of interdependencies.

Moreover, he also participated in a round table "How to defend World Politics Against International Relations?" sponsored by the European International Studies Associations. His contribution focused on the dilemmas related to balancing the teaching of academic disciplines with professional skills in the framework of EU studies postgraduate programmes.

 

3. Ileana Daniela Serban presented his research on "Policy entrepreneurship in the EU transregional cooperation with Latin America".

Abstract: The current paper applies a new approach to the region-to-region dialogue of the European Union with Latin America and the Caribbean. Through the concept of transregionalism, the EU cooperation with the LAC region is explained from the perspective of the common spaces of dialogue created between different sectors, including besides policy makers, the civil society, the business sector, experts and the media. In order to explain how transregionalism is being developed the focus is on the idea of policy entrepreneurship as a base for framing new agendas and discourses. The policy entrepreneurs considered as empirical examples are organisations and not individuals (the EU-LAC Foundation and EuroLat), looking at their different initiatives and at their main successes and limitations. In this way the paper places agency within the transregional discourse of the European Union and links two types of literature, on transregionalism and on policy entrepreneurship.

 

 

 

 


10/02/2015  

Liridon LIKA participated in the IAPSS Winter School 2015: “Turkey, the EU & the Middle East: Political Transformation & Challenges for Future Cooperation", Turkey.


Liridon Lika from the Centre for International Relations Studies (CEFIR) - presented his research on "The return of Turkey to the Western Balkans: a challenge or an opportunity for the European Union ?", during the IAPSS Winter School 2015 "Turkey, the EU & the Middle East: Political Transformation & Challenges for Future Cooperation (February 1st - February 7th, 2015), in Sakarya, Turkey.


16/01/2015  

CALL : BeIPD-COFUND - Incoming Fellowships (IPD)


 

BeIPD-COFUND - Incoming Fellowships (IPD)

 

The Center for International Relations Studies (CEFIR) wishes to welcome foreign PhD fellows for two-year postdoctoral positions.

 

The positions are 24-month contracts, starting between October 1st 2015 and December 31st 2015.

 

CEFIR is available to receive and analyses potential research projects in international relations and to support the best ones through the application process.

 

If you are interested, please send your project proposal as soon as possible to sebastian.santander@ulg.ac.be

 

You must submit your online application before February 13th 2015.

 

For more details and further information in English, please visit; https://www.ulg.ac.be/cms/c_3041348/en/call-forms

 

Pour de l'information en français, svp consultez le site suivant; https://www.ulg.ac.be/cms/c_3041348/fr/call-forms

 

 


16/01/2015  

Carte blanche de Sophie WINTGENS, "Miracle ou péril jaune ? La pénétration chinoise en Amérique latine"15e jour du mois (mensuel de l'Université de Liège), Janvier 2015/240.


 

Miracle ou péril jaune ?

La pénétration chinoise en Amérique latine

Carte blanche à Sophie Wintgens

Qu'elle fascine ou qu'elle rebute, qu'elle soit synonyme d'opportunités ou porteuse de défis, la Chine est aujourd'hui devenue un acteur incontournable des relations internationales. Deuxième économie mondiale en passe de dépasser les États-Unis, la montée en puissance de cet État continent qui représente à lui seul un cinquième de la population de la planète met dès lors la notion de pouvoir mondial en question. La Chine est-elle une puissance mondiale à même de concurrencer, voire de détrôner la domination américaine ? Qu'en est-il en particulier de sa pénétration récente en Amérique latine, une région du monde que les États-Unis considèrent historiquement comme leur arrière cour et l'Union européenne (UE) comme une importante zone d'influence ?

Autant de questions qui en appellent, pour l'heure, à la nuance. Comprendre l'énigme de la puissance chinoise et l'ambivalence de sa réponse à l'hégémonie américaine requiert dès lors de l'appréhender via une approche originale : considérer que la Chine est aujourd'hui engagée dans une entreprise de reconnaissance mondiale au sein d'un système international au demeurant dominé par les États-Unis. Par-delà ses forces (sa puissance économique) et ses faiblesses (la nature de son régime et le poids des contraintes internes), sa puissance repose en ce sens davantage sur sa capacité à s'affirmer comme un acteur mondial de référence, c'est-à-dire à même d'influer sur les négociations internationales et de faire valoir ses propres normes, en particulier industrielles et commerciales.

Analyser sous cet angle la pénétration chinoise en Amérique latine depuis l'entame des années 2000 permet de dépasser l'antagonisme classique - et pour le moins réducteur - entre les visions optimistes du miracle chinois (opportunité) et celles pessimistes du péril jaune (défi). En ce sens, la présence croissante de la Chine dans une région latino-américaine dont elle est a priori géographiquement distante et historiquement étrangère répond avant tout à la nécessité pour ses dirigeants de consolider sa puissance sans atrophier son ascension. A cette fin, la stratégie chinoise consiste à faire apparaître sa quête prioritaire de "matières premières contre produits manufacturés" en Amérique latine comme une opportunité de bénéfices économiques et d'avantages politiques pour les États latino-américains. En d'autres termes, la Chine s'esquinte à promouvoir une "coopération Sud-Sud" face à ce qui s'apparente en réalité à une tendance à la reproduction d'une nouvelle dépendance Nord-Sud.

Pour ce faire, les dirigeants chinois procèdent plus concrètement d'un resserrement de leurs liens diplomatiques sur le terrain de jeu latino-américain. Tout en affichant sa préférence pour les relations bilatérales qui donnent à s'incarner dans les six partenariats stratégiques établis avec le Brésil, le Mexique, le Pérou, le Venezuela, l'Argentine et le Chili ainsi que dans les trois accords de libre-échange conclus avec le Chili, le Pérou et le Costa Rica, la Chine soigne également de plus en plus ses relations multilatérales. En augmentant son apport financier et sa participation aux organisations régionales telles que la Banque interaméricaine de développement (BID), elle fait valoir une convergence d'intérêts - pour l'essentiel économico-commerciaux - en réalité sélective et lui étant prioritairement favorable. Pour se différencier de ses concurrents américains et européens tout en veillant à limiter les effets nuisibles de son action diplomatique à géométrie variable dans la région, la Chine s'appuie sur un discours de solidarité tiers-mondiste et anti-impérialiste : elle se présente en effet comme le chef de file des pays en développement et le seul pays exempt de reproches colonialistes capable de soutenir économiquement la croissance latino-américaine.

En tant qu'alternative aux politiques néolibérales du Consensus de Washington et apport financier complémentaire aux bailleurs de fonds traditionnels que sont le FMI ou la Banque mondiale, l'arrivée de la Chine en Amérique latine est dans l'ensemble relativement bien accueillie par les États de la région. Ces derniers voient en effet en elle l'espoir d'une marge de manoeuvre commerciale et financière potentielle face à l'Occident. Pour l'heure, toutefois, cette perception régionale favorable à l'"opportunité" chinoise se traduit en réalité par des échanges relativement différenciés, favorisant surtout les pays exportateurs de produits de base du cône Sud. Si bien qu'en contribuant à une revalorisation économique et politique potentielle des Etats latino- américains, la pénétration chinoise en Amérique latine suscite en retour un regain d'intérêt des Etats-Unis et de l'UE vis-à-vis d'une région du monde où ils sont traditionnellement présents, voire influents. Semblant hésiter face à la montée en puissance de la Chine entre une position de défiance concurrentielle ou celle d'opportunité partenariale, les Américains tout comme les Européens sont aujourd'hui amenés à revoir leur stratégie commerciale respective à l'égard du sous-continent latino-américain et plus largement mondiale.

Tout en pointant les risques économiques (désindustrialisation), sociaux (pertes d'emplois, en particulier pour les PME) ou encore environnementaux liés à la pénétration chinoise en Amérique latine, les Etats-Unis et l'UE mettent désormais l'accent sur un nécessaire renforcement des normes industrielles et commerciales internationales. Ils appellent à ce titre les autres acteurs mondiaux à s'aligner sur leurs propres normes, comme en témoigne la reprise des négociations en vue de la conclusion d'accords de Partenariats transpacifique (TTP) et transatlantique (TTIP). De là à en conclure que la montée en puissance de la Chine s'incarne aujourd'hui dans une "nouvelle multipolarité", c'est-à-dire mettant en concurrence des dynamiques de blocs régionaux portées par les projets stratégiques d'Etats américain, asiatiques et européens économiquement, commercialement et financièrement dominants, l'hypothèse reste entière.

Sophie Wintgens
maître de conférences au département de science
politique (ULg), chercheur associé au Center for
International Relations Studies (Cefir), chercheur invité au
Centre d'études et de recherches

 

 


18/12/2014  

Chat: que va changer le rapprochement entre les Etats-Unis et Cuba ?


Sebastian Santander, professeur en sciences politiques à l'Université de Liège répond à vos questions dès 13 heures.

 

Les Etats-Unis et Cuba ont engagé mercredi un rapprochement spectaculaire après des décennies de tensions héritées de la Guerre froide, avec les promesses d'un rétablissement des relations diplomatiques et d'une plus grande coopération économique.

«Todos somos americanos» (Nous sommes tous américains), a lancé Barack Obama lors d'une allocution qui devrait marquer son passage à la Maison Blanche.

Que va changer ce rapprochement entre les deux pays  ? Sebastian Santander, professeur en sciences politiques à l'Université de Liège répond à vos questions :

http://www.lesoir.be/737673/article/debats/chats/2014-12-18/chat-que-va-changer-rapprochement-entre-etats-unis-et-cuba 


10/12/2014

Madame Sophie Wintgens a soutenu avec succès sa thèse de doctorat


 

Madame Sophie Wintgens a soutenu avec succès sa thèse de doctorat intitulée « La stratégie de construction de puissance de la Chine sur la scène internationale : le cas de la pénétration chinoise en Amérique latine », le vendredi 28 novembre 2014.

 

Le jury était composé de :

 

Monsieur Sebastian SANTANDER, Professeur à l'Université de Liège, co-promoteur

Monsieur Jean-Christophe DEFRAIGNE, Professeur à l'Université Saint-Louis-Bruxelles, co-promoteur

Monsieur Eric FLORENCE, Professeur à l'Université de Liège

Madame Danielly RAMOS BECARD, Professeur à l'Universidade de Brasilia

Madame Qiujun ZHOU, Professeur à la Shanghai University of Political Science and Law

Monsieur Pierre CHABAL, Professeur à l'Université du Havre

 

Madame Sophie Wintgens est dorénavant Docteur en Sciences Politiques.

 

 


09/12/2014  

Monsieur Kamal Bayramzadeh, membre du Center for International Relations Studies (CEFIR), effectuera un séjour de recherche scientifique entre le 1er avril et le 31 mai 2015 auprès des Hautes études internationales de l'Université Laval (Canada).


Monsieur Kamal Bayramzadeh, membre du Center for International Relations Studies (CEFIR), effectuera un séjour de recherche scientifique entre le 1er avril et le 31 mai 2015 auprès des Hautes études internationales de l'Université Laval (Canada).

Monsieur Bayramzadeh menera une recherche sur « La politique européenne au Moyen-Orient ».


23/10/2014  

Crisis en Europa


Une interview du professeur Sebastian Santander en langue espagnole pour la UNRadio (Colombie) sur la "Crise en Europe". 


22/10/2014  

Le professeur Sebastian Santander (CEFIR) donnera une conférence sur :"BRASIL FRENTE A EUROPA : logica de la estrategia de la Union Europea hacia la potencia emergente", à  l'Universidad Nacional de Colombia (Bogota, Colombie)


Le professeur Sebastian Santander (CEFIR) donnera une conférence sur :"BRASIL FRENTE A EUROPA : logica de la estrategia de la Union Europea hacia la potencia emergente", à  l'Instituto de Estudios Politicos y Relaciones Internacionales de l'Universidad Nacional de Colombia (Bogota, Colombie).

Date : Mercredi 22 octobre 2014 de 9h à 11h.


10/10/2014  

L'Europe face aux crises internationales


Une interview de Liridon Lika pour le 15e jour du mois (mensuel de l'Université de Liège) sur la thématique suivante : "L'Europe face aux crises internationales".

L'Union européenne (UE) ne veut pas mener d'opération militaire, même si elle condamne ce qui se passe pour l'instant en Syrie et en Irak. A la demande des autorités irakiennes, la France et le Royaume-Uni, soutenues par la Belgique et le Danemark par l'envoi des avions de combat F 16, ont décidé d'agir manu militari (par des frappes aériennes) contre les jihadistes, mais elles agissent de manière individuelle, c'est-à-dire en dehors des instances européennes ; d'autres États européens tels que l'Allemagne ou encore l'Italie livrent seulement des armes aux combattants kurdes dans le nord de l'Irak. La liberté d'action militaire relève de la compétence exclusive de chaque Etat.

C'était aussi le cas dans les années 1990 : l'Europe communautaire a essayé d'arrêter la désintégration de l'ex-Yougoslavie, mais elle s'est montrée incapable d'agir collectivement et d'éviter de graves violations des droits de l'homme : je pense notamment au massacre de Srebrenica. Toutefois, depuis les années 2000, l'UE a notamment envoyé des missions de paix dans les Balkans occidentaux et ouvert la porte aux différents Etats de cette région. La Slovénie puis la Croatie ont rejoint ses rangs ; l'Albanie, la Macédoine, le Monténégro et la Serbie sont candidats à l'adhésion. Mais les pourparlers concernant le Kosovo sont encore au point mort : cinq pays sur 28 refusent encore aujourd'hui de reconnaître son indépendance.

Liridon Lika,
assistant et doctorant au sein du "Center for International Relations Studies" (Cefir) du département de science politique.

(Propos recueillis le 29 septembre) 

 


02/09/2014

Madame Lusmiriam Andrea Parra Santamaria a soutenu avec succès sa thèse de doctorat



Madame Lusmiriam Andrea Parra Santamaria a soutenu avec succès sa thèse de doctorat intitulée « La stratégie européenne d'appui à l'intégration latino-américaine : une construction sociale. Le cas de la CAN », le 2 septembre 2014.

 

Le jury était composé de :

 

Philippe De Lombaerde, Université des Nations unies, UNU-CRIS, 
Quentin Michel, Université de Liège
Sebastian Santander, promoteur, Université de Liège 
Mario Telò, Université Libre de Bruxelles
Luk Van Langenhove, Université des Nations unies, UNU-CRIS.

 

Madame Lusmiriam Andrea Parra Santamaria est dorénavant Docteur en Sciences Politiques. 

 


09/08/2014  

CEFIR WORKING PAPER N° 1 : Madalina Sisu Vicari and Liridon Lika, Presidential election in Turkey: a wide range of intricate challenges ahead of the next president .


On 10 August 2014, Turkey will hold the first round of presidential election which are of specific importance, as its results will shape the country's both domestic politics and external relations. This paper discusses the key challenges which Turkey's next president must undertake. The domestic challenges range from revision of Constitution, Kurdish peace process and economic growth to polarization of society, freedom of judiciary, separation of powers and civil liberties. In the external relations area, the principal challenges are the worsening of country's relations with its neighbours, security threats and the stalemate of the EU integration. Several domestic and external challenges are inter-related: for instance, the freedom of judiciary, separation of powers and civil liberties affect the EU integration process; the political uncertainty relates to economic growth and foreign investments; the Kurdish peace process impacts on the external security issues; the economic factors influence the relations with the Kurdistan Regional Government and Iraq's central government; the Syrian crisis raises new challenges with regard to the Syrian refugees in Turkey. Therefore, addressing Turkey's current domestic and external challenges will be a long, puzzling and often conflicting-results process.  


02/07/2014  

CEFIR POLICY BRIEFING n° 1 : Madalina SISU VICARI, The South Stream project, first hurdle of European Energy Security Strategy's implementation


On June 24, 2014, Austria's OMV and Russia's Gazprom sealed a deal for building the Austrian branch of the controversial South Stream project. This agreement was signed just two days before the European Council meeting which took into discussion the European Energy Security Strategy, which calls for the suspension of South Stream. The European Commission succeeded in halting the work on South Stream's Bulgarian section by launching infringement proceedings against Bulgaria on the grounds regarding the breach of internal market rules. The outcomes of OMV-Gazprom agreement are significant, as on short run the deal considerably restrains the European Commission's room of manoeuvre towards South Stream and on medium- and long run can take Ukraine out of the European energy game and prevent the developing of the Southern Gas Corridor.

 


27/06/2014  

Mlle Gladys Fontaine a obtenu le prix Consulaire 2013-2014 pour son mémoire.


Mlle Gladys Fontaine, Master en science politique à finalité RI, a obtenu le prix Consulaire 2013-2014 pour son mémoire intitulé "Les nouvelles puissances et la gouvernance mondiale. Le forum de dialogue IBSA: pilier de démocratisation de la gouvernance mondiale?" (sous la direction du prof. Sebastian Santander).


26/06/2014

Antonios VLASSIS et Michal NATORSKI du Center for International Relations Studies (CEFIR) ont reçu des bourses post-doctorales.


Antonios VLASSIS et Michal NATORSKI du Center for International Relations Studies (CEFIR) ont reçu des bourses post-doctorales. Antonios VLASSIS a obtenu le mandat de chargé de recherches (3 ans) du F.R.S.-FNRS, tandis que Michal NATORSKI a obtenu la bourse BEIPD-COFUND-IPD - ULg postdoctoral positions for foreign PhD fellows.

Antonios VLASSIS and Michal NATORSKI from the Center for International Relations Studies (CEFIR) received post-doctoral fellowshipsAntonios VLASSIS got the mandate of Research Fellow (3 years) of the FRS-FNRS, while Michal NATORSKI got the fellowship BEIPD-COFUND-IPD - ULg postdoctoral positions for foreign PhD fellows.

 

 


25/06/2014    

CALL FOR APPLICATIONS : PhD Summer School on "The EU COMPETING FOR GROWTH, TRADE & INFLUENCE" (DEADLINE JUNE 30TH 2014)


 

 

 

CALL FOR APPLICATIONS (DEADLINE JUNE 30TH 2014)

4th GR:EEN - GEM PhD SUMMER SCHOOL

31 August - 5 Septembre 2014

@ Institut d'Etudes Européennes Université Libre de Bruxelles 39-41 av. F.D. Roosevelt, B-1050 Brussels

ON

COMPETING FOR GROWTH, TRADE & INFLUENCE

The Externalization of the EU's Policies through:

Multilateral Governance, Interregionalism, & Global Networks.


25/06/2014  

Appel à candidature pour un mandat d'assistant


APPEL INTERNE ET EXTERNE: nouvelle date de dépôt des candidature: 20 août au plus tard

Le professeur Sebastian Santander directeur du Center for International Relations Studies

(CEFIR) du Département de science politique de la Faculté de Droit, de Science politique et

de Criminologie de l'Université de Liège, recherche :

UN(E) DIPLOMÉ(E) UNIVERSITAIRE : MASTER EN SCIENCE POLITIQUE

(avec de préférence une orientation en Relations Internationales)

Profil souhaité :

 

 

- vous avez un Master en Science politique ou êtes en passe de l'obtenir durant l'année 2013-2014 ;

- vous vous êtes distingué durant vos études ;

- vous avez un intérêt pour la pédagogie ;

- vous alliez rigueur et capacités d'analyse ;

- vous aimez le travail en équipe, mais vous faites preuve d'autonomie ;

- vous avez une très bonne connaissance du français et un bon bagage en anglais (la connaissance

d'une troisième langue constitue un atout mais n'est pas déterminant) ;

Description de la fonction :

En tant qu'assistant(e), vous :

- apporterez votre soutien à l'organisation du « Séminaire de relations internationales » ;

- apporterez un soutien à l'encadrement des mémoires et travaux ;

- assumerez un appui aux corrections d'examens et travaux ;

- assumerez des répétitions (lecture d'ouvrages avec étudiants dans le cadre de cours ex-cathedra) ;

- apporterez un appui à l'organisation d'activités scientifiques (colloques, conférences ...) ;

- participerez à des conférences en Belgique et/ou à l'étranger ;

- ferez de la recherche en relations internationales ;

- tâches administratives (encodages de résultats, organisation de visites de copies...) ;

Description du poste :

Mandat d'assistant de deux ans à ¼ de temps, à partir du 1er octobre 2014.

Lieux de travail :

Université de Liège/Département de science politique/Centre de Relations internationales.

Renseignements complémentaires :

Les candidatures, associées d'un curriculum vitae (en indiquant les mentions obtenues) ainsi que d'une

lettre de motivation, doivent parvenir à Mr. Liridon Lika par courriel (Liridon.Lika@ulg.ac.be) pour le

mercredi 20 août 2014 au plus tard. Pour plus d'informations, les personnes intéressées sont invités

à s'adresser à Mr. Liridon Lika - Tél. : 04/366 42 59 - Courriel: Liridon.Lika@ulg.ac.be

Les candidat(e)s retenu(e)s seront invités pour un entretien oral organisé à partir du 21 août 2014.

 


13/06/2014

Professor Sebastian Santander invited to the University of Lubumbashi


Professor Sebastian Santander from the Center for International Relations Studies (CEFIR), Department of Political Science (University of Liège) was invited to give lessons and conferences from May 26 to June 7, 2014, at the University of Lubumbashi (Democtratic Republic of the Congo).


02/05/2014  

The 10th European Community Studies Association-Canada (ECSA-C) biennial conference: Europe and Peace, Université de Montréal, Montreal, from 8-10 May 2014


Liridon Lika from the Center for International Relations (CEFIR), Department of Political Science (University of Liège), will participate in « The 10th European Community Studies Association-Canada (ECSA-C) biennial conference, which will be hosted by the Université de Montréal and be held in Montreal from 8-10 May 2014. The conference theme is "Europe and Peace."

For more information you can click on the following link:

http://www.centreurope-montreal.ca/en/events-news/ecsa-c2014/

 


23/04/2014  

Le 3 juin, les Syriens sont appelés aux urnes


Malgré le conflit qui s'enlise en Syrie, le régime de Bachar al Assad est bien décidé à organiser la présidentielle. La date est fixée au 3 juin. Les candidats ont jusqu'au 1er mai pour déposer leurs candidatures.

Que penser d'une telle élection alors que la Syrie est toujours déchirée par la guerre civile ?

Interview avec le professeur Sebastian Santander, politologue à l'Université de Liège

 


08/03/2014  

Un mois de chaos au pays du pétrole


Que se passe-t-il au Venezuela? Depuis un mois, des étudiants et des opposants descendent dans la rue partout dans le pays pour protester contre l'insécurité, la vie chère, les pénuries et la répression policière. Ils réclament la démission du président Maduro.

Interview avec le professeur Sebastian Santander, politologue à l'Université de Liège


17/02/2014  

Kosovo: international recognition after six years of independence


Six ans après la déclaration d'indépendance du Kosovo, où en est ce pays sur le plan international ? Plus de la moitié des pays membres de l'ONU l'ont reconnu ce qui, selon Liridon Lika, chercheur à l'ULg, montre que l'indépendance est un fait irréversible.

Page mise à jour le 23/11/2017